King Of The Street : jusqu’où faut-il aller dans les combats extrêmes ?

Vu que BrutX tapine avec un sujet sur le fameux KOST (King Of The Street), cette compétition underground suédoise de combats extrêmes qui officie depuis plusieurs mois sous le regard intéressé de tous les fans de fight… il est temps de faire un point avec un regard martial sur cette pratique… ancestrale et naturelle. Et oui, le Fight Club n’a rien de moderne.

Le KOST, c’est quoi ?

C’est ça !

Est-ce une bonne chose ?

Quand on imagine que la France a été l’un des tous derniers pays à autoriser le MMA (merci Macron & Maracineanu ; Sarkozy & Douillet n’ont pas eu le courage politique d’y aller), une discipline qui répond à toutes les contraintes et valeurs du sport, moins dangereuse que le rugby, on peut imaginer la floppée de critiques que va recevoir le KOST par tous les ultracrépidariens (ceux qui passent leur temps à commenter tout et n’importe quoi sans savoir (pauvre vie)).

Alors rappelons quelques principes importants :

  • On parle de combats entre personnes consentantes qui savent exactement ce qu’ils font et sont préparés pour
  • On parle de pratiques personnelles et ni le KOST ni les combattants n’imposent quoique ce soit aux autres, ils ne font prendre de risques à personne (à part leur adversaire, préparé et consentant) et ne font aucun prosélytisme. Critiquons plutôt ceux qui essayent d’imposer leurs modes de vie particuliers aux autres
  • On parle d’êtres humains qui cherchent leurs limites. Ils sont dans la recherche ultime du « connais-toi toi-même », dans l’affrontement de la peur de la mort, dans la version la plus extrême que les arts martiaux puissent offrir de nos jours. Ce sont des passionnés du monde du combat qui vivent leur expériences à fond
  • On parle d’activités physiques qui ne sont pas plus risquées que le Parkour, l’Urbex et escalade urbaine, l’escalade en falaise / haute montagne & l’alpinisme, le parachutisme, le base-jump, les plongées record en apnée, le surf dans les énormes vagues d’Hawaii ; je me demande même si c’est plus risqué que le rugby (vous ne vous rendez pas compte des traumatismes & dangers de ce sport « populaire »)…
  • A l’origine l’UFC était pas loin d’être ça avant de devenir un sport médiatisé, pro et orienté business. Le « free fight » ou « combat libre », nom qui a été effacé au profit du MMA renaîtra tant qu’il y aura des humains qui voudront aller au bout de l’expérience du combat. Ca ne s’arrêtera jamais, il y aura toujours des humains qui auront envie de savoir ce qu’ils valent face à la vérité du combat face à un autre humain

Conclusion sur les combats extrêmes

Longue vie au KOST et aux initiatives du genre tant qu’elles sont « pro », limitent les prises de produits et ont un staff médical prêts à intervenir sur le champ. Respect et courage à celles et ceux qui oseront aller s’y tester, ça dépasse mes compétences et mon mental.

Post Scriptum

Je parle du KOST sur Protegor, site orienté sur la sécurité personnelle & la self-défense, pourtant le « King Of The Street » est bien du combat rituel et pas du combat de rue. En revanche, un combattant qui a le mental pour aller dans ce « Fight Klub »… devrait donner beaucoup de fil à retordre à une majorité d’agresseurs.

COMMENTAIRES RESEAUX SOCIAUX

Pour commenter cet article, vous pouvez soit utiliser le module réseaux sociaux ci-dessous (s'il ne s'affiche pas c'est que votre ordinateur bloque l'affichage de facebook sur les sites tiers), ou bien le module traditionnel du blog situé un peu plus bas.

Laisser un commentaire