Les limites de la vigilance & de la sécurité de voisinage

Plusieurs app’ d’entraide entre citoyens ou via des services privés ou boutons d’alerte déportés (comme feu Gaspard, Fastority, My Angel, etc.) ont essayé de changer la donne en matière de sécurité personnelle — sans grand succès pour le moment. Ces solutions oeuvrent à développer la vigilance, l’entraide citoyenne, et/ou l’appel à des services professionnels à la place de services publiques (avec la même limite pour ces services privés que pour les services publiques : le temps logistique d’intervention). Par ailleurs, dans Protedom, on apprend notamment l’importance des relations de voisinage dans la protection du domicile, là aussi une façon de jouer sur l’entraide immédiate et l’accès à des primo-intervenants au plus près de la situation à gérer.

D’ailleurs, nous sommes plusieurs dans le milieu de la sécurité personnelle à nous être penchés sur cet outil d’alerte qu’est le téléphone mobile et le champ incroyable de fonctionnalités que peuvent proposer les applications qu’il embarque. Il est facile en une pression du doigt de déclencher un message d’urgence auprès de ses proches avec sa dernière localisation (précise) connue par exemple. So what cela dit… c’est rassurant de savoir que l’on peut mais dans les faits, à part s’inquiéter et appeler les forces de l’ordre avec assez peu d’information, ils ne pourront pas faire grand chose dans la majorité des cas. Faire appel à des personnes situées à une distance proche est plus efficace (comme Waze a su faire avec ses Wazers qui signalent les accidents/travaux/radars… sur la route), mais il faudrait alors que l’application en question soit un succès avec des centaines de milliers d’utilisateurs et de personnes prêtes à intervenir pour aider un inconnu… un présupposé d’altruisme et de déploiement de l’app avec un coût marketing énorme, pour a priori aucun gain en face. Mais pourquoi les services publiques ne proposent-ils pas eux-même un tel service de vigilance / intervention via une app’… après TousAntiCovid, un TousAntiAgression ou TousPrimoIntervenants ?

Déjà, cela ferait exploser les stats de signalements. Ensuite et surtout, la partie entraide serait sûrement interprété comme une forme d’aveu d’échec des forces de l’ordre (alors que sur le fond non, il est évident que les personnes situées sur place seront toujours plus efficaces à intervenir que celles qui sont à plusieurs kilomètres au moment où l’agression se déroule… et on ne va pas décupler les effectifs de police pour avoir des policiers à tous les coins de rue prêts à intervenir).

Il y a une troisième limite intéressante qui est décrite dans cette expérience américaine de l’application Citizen dans cet article de Vice (pour le lire en Français, activez la traduction de votre navigateur) : « l’effort dangereux de l’application Citizen pour récompenser la vigilance. »

L'application américaine Citizen

Nous sommes ici sur la limite du mauvais mélange argent, buzz & sécurité. Citizen a besoin de se monétiser (sinon elle ne vit pas, c’est une entreprise privée), et pour cela elle a besoin de fonctionner et d’enregistrer un maximum d’utilisateurs (pour en convertir une partie en abonnés payants), donc elle a besoin d’être efficace et faire du « buzz ». Pour cela il y a déjà une fonctionnalité de partage des vidéos des situations d’urgence à but d’actualités (savoir ce qu’il se passe pas loin de chez soi) qui promeut aussi à mon sens une forme de voyeurisme (les vidéos d’urgence sont intéressantes à analyser à posteriori… pas en flux permanent et chaud de vidéos). Ce n’est pas de la vigilance ça…

Citizen a lancé aussi une fonctionnalité de Live stream (« vidéo en direct »). Sur un incendie à Pacific Palisades (Los Angeles) lancé par un pyromane, ce « direct » a été utilisé par l’app’ pour lancer un appel à information avec 10000$ de gains pour celui ou celle qui permettrait de trouver le fautif. Retour à la mode du REWARD des films de cow-boys en quelque sorte. En France on n’aime pas la dénonciation (rappelant de mauvais souvenirs du début des années 40), mais ailleurs c’est culturellement plus accepté. Revenons-en à Citizen… l’app a décidé de se faire le pryomane de Pacific Palisades. Les infos remontent à l’app. Une photo du suspect leur parvient, ils la diffusent sur le Live. Les décideurs de Citizen s’excitent sur leur outils de messaging interne… ils veulent trouver ce pyromane à tous prix et « avant minuit ». Un mélange d’excitation de pseudo-enquêteur derrière son écran et de business-man qui veut faire buzzer son app. Ils augmentent la prime : 20000$. Ils envoient un message à tous leurs utilisateurs de Los Angeles (plus de 800000 personnes !). Ils augmentent la prime à 30000$. Ca tourne à la chasse-à-l’homme.

En interne, un employé mentionne que l’application est elle-même en train de violer ses termes de services en dévoilant des éléments d’identification de personnes impliquées. L’audience du flux vidéo en direct augmente, 40000 suivent la chasse au pyromane (et en tout sur la journée, ce serait plus de 1,4 millions de personnes qui seront passées un moment sur ce Live). Les téléchargements de Citizen aussi.

Après minuit, la police arrête le coupable, ce n’est pas la personne innocente dont Citizen a affiché la photo (et le nom) auprès de milliers de personnes en promettant 30000$ pour savoir où il était ! 😮

L’article donne aussi des témoignages d’employés de l’app qui expliquent comment les notifications de l’app sont faites pour maximiser la sensation qu’il se passe plein de situations d’urgence autour de soi, et ainsi inciter les utilisateurs à devenir abonnés du service « Protect » que propose l’app pour 19,99$ par mois. Comme les réseaux sociaux travaillent sur vos biais cognitifs et vos croyances, Citizen joue sur votre anxiété plus que votre vigilance.

Citizen explique d’ailleurs que le cas de l’erreur sur le pyromane de Pacific Palisades n’est pas bien grave en fait, et que leur produit est le futur, que les investisseurs sont surexcités depuis cette chasse à l’homme, et que c’est juste une évolution progressive de la culture… on a l’impression d’être dans un mauvais film de SF. Pour info, Citizen recherchent toujours l’innocent pyromane… pour s’excuser cette fois-ci ! 😀

D’autres applications possibles de Citizen est de pouvoir regrouper des gens pour des recherches de personnes disparues… super sur le papier. Sauf quand cette fonctionnalité de regroupement peut tout aussi se faire pour des chasses à l’homme, par des pseudo-milices ou autres excités.

Le vrai risque de ces app’ de vigilance, notamment si elles sont privées et associées à un modèle de développement de revenus (et non publiques ou subventionnées et sans intérêt financier), c’est de devenir des app’ de paranoïa (moteur de l’abonnement), avec tout l’effet contraire déjà expliqué de nombreuses fois dans ces colonnes et dans Protegor. La paranoïa est l’ennemi de la sécu perso, au même titre que lancer une meute d’inconnus auprès d’une personne dans le feu de l’action n’est ni un acte de police ni de justice. C’est le Far West… oh wait!

COMMENTAIRES RESEAUX SOCIAUX

Pour commenter cet article, vous pouvez soit utiliser le module réseaux sociaux ci-dessous (s'il ne s'affiche pas c'est que votre ordinateur bloque l'affichage de facebook sur les sites tiers), ou bien le module traditionnel du blog situé un peu plus bas.

Laisser un commentaire