Libérez-vous du Karaté traditionnel (Bruce Lee)

commentaire(s)

« Libérez-vous du Karaté classique », « Liberate yourself from classical Karate » est un article écrit par Bruce Lee pour le magazine américain Black Belt, dans la publication de septembre 1971.

J’ai pris le temps de ce confinement pour relire cet article qui a beaucoup marqué ma jeunesse de pratiquant d’arts martiaux, et de le traduire moi-même, sans regarder les éventuelles traductions en français qui existent sûrement déjà. A l’origine, c’était un exercice personnel, pour prendre du temps avec le texte et ne pas juste le relire en diagonal, et s’attarder sur certains paragraphes soit que j’avais mal compris soit pour lesquels ma compréhension avait pu évoluer avec le temps (j’espère qu’elle évolue…).

Cet article m’avait marqué et plu par son ouverture et la vision qu’il donne de la Voie des arts martiaux (ici « Karate » vaut pour tous les arts martiaux), à savoir un chemin de vie absolument personnel dans lequel il ne faut se mettre aucune barrière… et être conscient que s’il y a des barrières, c’est de votre faute ; et que si c’est un « maître » qui vous les imposent, ce n’est alors sûrement pas le bon « maître ». Cet article est aussi un hymne contre le sectarisme et le dogmatisme, si présent dans les arts martiaux.

Et c’est aussi une belle introduction au fameux « absorb what is useful, reject what is useless, have no limitation as limitation » (« prends ce qui t’es utile, oublie ce qui ne te l’est pas, n’ai pas de limite ») qui est restée comme une des grandes devises du petit dragon et qui peut s’appliquer à tellement plus que les arts martiaux.

>>> Téléchargez la traduction ici <<<


Accès à l’article original en cliquant sur l’image ci-dessous :

"Liberate yourelf from classical karate" by Bruce Lee (Black Belt Magazine, September 1971)

COMMENTAIRES RESEAUX SOCIAUX

Pour commenter cet article, vous pouvez soit utiliser le module réseaux sociaux ci-dessous (s'il ne s'affiche pas c'est que votre ordinateur bloque l'affichage de facebook sur les sites tiers), ou bien le module traditionnel du blog situé un peu plus bas.

Commentaire

  1. Guillaume [admin]

    30 avril 2020 at 22:01

    « Traduire, c’est avoir l’honnêteté de s’en tenir à une imperfection allusive »

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :