Damage Control, formez-vous aux secours comme primo-intervenants

commentaire(s)

L’attaque au couteau récente et toutes les agressions terroristes ou pas, qu’elles soient à l’arme à feu ou au couteau, font se poser la question de la réaction des primo-intervenants face aux blessés, lorsqu’ils sont plusieurs, avec de fortes hémorragies, ou après avoir reçu un blast, etc.

Le TCCC, le SC (secourisme au combat) se basent sur une méthode commune, le SAFE ABC MARCHE RYAN qu’il faut apprendre en cours de secourisme spécialisé. C’est une étape plus avancée (et complémentaire) que le PSC1 habituel (la formation par laquelle il est bon de commencer pour avoir des bases), car il traite de cas à plusieurs blessés, et dans des cas moins « civils » / « accidents de la vie quotidienne » et plus « blessures de guerre ».

Chez Terrang, je suis tombé sur Damage Control, un petit carnet pratique, en français, en papier plastifié, qui récap’ le cours de SC1 que j’ai suivi il y a 1 an. Super moyen de réviser, de relire, de se remettre en tête la méthodo, surtout quand on est civil et que l’on ne baigne dans le secourisme au quotidien. Ce genre de document récap est un must pour ceux qui se disent qu’ils aimeraient bien aider au max si un jour ils primo-intervenants, mais qui ne remplace en aucun cas le cours physique par un professionnel (of course).

Conclusion & rappels :

1 – vous lisez ce blog, donc vous devez être formé au secourisme de base : PSC1 ou SST, la liste des associations qui proposent une formation gratuitement ou pour une bouchée de pain est ici
Il est inconcevable de pratiquer les arts martiaux, les sports de combat, ou la self-défense, ou bien de faire du tir, ou bien de s’intéresser à la survie ou au survivalisme, ou bien de chercher à protéger sa famille et de ne pas avoir pris le temps de suivre ce genre de formation

2 – vous vous recyclez régulièrement, et vous pouvez aussi relire de temps en temps les principes de base dans Protegor ou dans ce recueil du Ministère de l’Intérieur ; c’est important car on n’utilise pas ces gestes tous les jours (à moins d’être un professionnel des secours, mais à ce niveau on a d’autres formations) et ces compétences utilisées irrégulièrement s’oublient… et les évolutions des stratégies de secours font aussi changer certaines méthodes pour toujours essayer d’optimiser les résultats (ie les chances de sauver)

3 – vous voulez un cran plus loin et avoir une base de réaction pour des situations d’urgence moins « accidentelles / civiles » comme les attaques au couteau, à l’arme à feu, les explosions, les risques NRBC… et là on tombe donc dans des formations plus « militaires » que vous pouvez suivre, si vous êtes civils, dans des organismes privés proposant du « TCCC », du « SC1 », du « secours de rue », du « stop the bleed »… je n’ai pas encore dressé de liste de formateurs, mais ils peuvent se signaler en commentaire de cet article. Que ce soit avant ou après cette formation, le livre Damage Control est intéressant pour découvrir ou réviser

Extrait du manuel "Damage Control", page récap du SAFE ABC MARCHE RYAN

COMMENTAIRES RESEAUX SOCIAUX

Pour commenter cet article, vous pouvez soit utiliser le module réseaux sociaux ci-dessous (s'il ne s'affiche pas c'est que votre ordinateur bloque l'affichage de facebook sur les sites tiers), ou bien le module traditionnel du blog situé un peu plus bas.

4 Comments

  1. christophe

    6 octobre 2019 at 10:48

    Merci pour cette info 😉

  2. Guillaume [admin]

    6 octobre 2019 at 19:09

    Pour ceux qui veulent aller plus loin, la référence du TCCC en PDF : https://usacac.army.mil/sites/default/files/publications/17493.pdf

  3. jd

    10 novembre 2019 at 20:51

    Merci pour toutes ces références.

Laisser un commentaire