Les chaussures mythiques des arts martiaux

commentaire(s)

Les chaussures du fight, sujet original hein… j’y ai pensé en Chine cet été, après m’être racheté une paire de Onitsuka Tiger jaune (car les miennes étaient mortes) et après être passé devant autant de magasins Feiyue à Pékin.

L’idée est simple : passer en revue les chaussures « classiques » (je dis « mythiques » dans le titre car certaines le sont vraiment) des arts martiaux, tous continents confondus (ou presque — j’ai classé vaguement par géographies).

Magasin de chaussures Feiyue à Beijing
Un magasin Feiyue de la rue Nanluo Guxiang, à Pékin

Chine

Chaussons "Bu Xie"

Chaussons de Gung-fu : ce fut les pantoufles de toute mon adolescence, directement kiffé des films de Bruce Lee. Faisant partie intégrante de la « tenue traditionnelle » (avec veste à brandebourg et col mao), les chaussons de Kung-Fu comme on les appelle en France, s’appelle « Bu Xie » en Chine et sont très très connus, et parfois très côtés. Certaines marques sont hors de prix, bien plus chères que des vraies Nike ou autre… on est dans le vrai traditionnel chinois (plutôt porté par les seniors du coup), pas rattaché aux arts martiaux là-bas, mais chez nous ça l’est grâce au Petit Dragon.

Les Feiyue du Wushu

Feiyue : ah les chaussures des pratiquants de Wushu… de Shichahai (école des sports de Pékin) à Shaolin (là où j’ai eu ma première paire, en 1998), c’est LA paire de chaussures de toile hyper légère pour tous les entraînements, en intérieur comme en extérieur. La marque « Dabowen » (phonétique pour Top One) a été lancée dans les années 1960 à Shanghai. Ce sont des chaussures qui s’usent vite mais qui ne valaient rien (moins de 2€ la paire quand je vivais en Chine en 2003). Et puis un français a eu l’idée d’importer ça en France, en changeant un peu les couleurs et en réduisant la largeur de l’avant du pied (ce qui la rendait un peu moins pataude et presque moins jolie du coup). Succès en France, ça a buzzé un moment, et tout le monde connait désormais. Et retour en Chine où ces chaussures qui se trouvaient dans les bouibouis et autres bazars sont désormais dans des beaux magasins dédiés, dans les rues commerçantes… la paire de base (l’originelle) est dans le 6€ la paire, ça reste très accessible, ensuite les nouveaux modèles ça double.

Warrior : c’est un peu le concurrent des Feiyue, positionné sport & Tai Ji Quan, je dirais, elles sont un peu plus rigides que les Feiyue. J’en avais acheté une paire en 2003 car le logo Warrior me plaisait (suis con parfois…), et la marque (« Hui Li » en chinois, rien à voir avec « guerrier ») a essayé de prendre le même chemin que Feiyue avec des magasins dédiés, plus de modèles…

Les Warrior de Huili en pub à Beijing
Une publicité Huili Warrior dans un magasin pékinois. « Hui tian zhi li » en gros sinogrammes noirs veut dire « le pouvoir de changer une situation difficile / rendre possible l’impossible »

Japon

Zoori en paille

Zoori & Geta : en arts martiaux traditionnels japonais, Aikido, Judo, Karate, etc. on est souvent pieds nus pour la pratique, mais du coup, autour du dôjô, la tendance est à la « tong » (brrr) traditionnelle, historiquement en paille ou en bois (« geta »), désormais souvent en plastique imitation jaunâtre ^^

Tabi d'extérieur

Tabi & Jika-Tabi : ah les fameuses chaussures de Ninja avec le gros orteil séparé. Un putain de kif. J’en ai porté à Paris, j’avais dégotté une paire bleue sombre coquée en métal au Japon, du pur bonheur. On me regardait bizarre (… tg). En fait, les tabi (« jika-tabi » c’est pour préciser « tabi d’extérieur », à l’opposée de certaines tabi qui sont seulement pour l’intérieur, sans semelle plastique) n’ont rien de martial à la base, c’est une chaussure traditionnelle que l’on voit aux pieds des ouvriers et travailleurs quand on voyage au Japon. Du coup, on va dans un magasin d’habits d’ouvrier et ya un super choix de tabi très solides et utiles, et chaussettes associées.

Bruce Lee, Kill Bill... ?

Onitsuka Tiger (Asics) modèle « Mexico 66 » jaune : bah ce n’était pas des chaussures d’arts martiaux jusqu’au jour où Bruce Lee les a portées avec sa jolie combinaisons jaune à bande noire dans son dernier film « Game of Death / Le Jeu de la Mort »… puis Kill Bill (s’inspirant du précédent) et banzai, Asics a pu ressortir la bestiole et en vendre des milliers.

Corée

Chaussures de Taekwondo : alors que le Karate se pratique toujours pieds-nus, son cousin coréen, le Taekwondo peut se pratiquer en chaussures, qui sont des chaussures plutôt d’intérieur (on les use vite dehors… j’ai essayé ;)). La marque de référence était et est toujours, je crois, Adidas. Dans les années 90, j’avais pris des Macho américaines, puis je m’étais intéressé aux marques coréennes (la base quoi) et me souviens de Pine Tree, de LeCAF et de Prospecs… ça a du changer tout ça, les amis Taekwondoistes, updatez moi !

Occident

Boxe Française shoes :D

Chaussons de BF « Rivat » : notre Savate à nous, ce superbe art martial local que l’on oublie, que l’on délaisse, que la fédération ne sait pas mettre en avant… et nous allons chercher des techniques en extrême-orient alors que nous avons déjà tout devant nos yeux (si seulement on savait se vendre, arf), bon vous l’aurez compris, je suis sensible sur la Boxe Française, son potentiel et ce qu’elle est devenue aujourd’hui. Mais revenons aux godillots. La BF a des godasses aussi… c’est d’ailleurs dans son ADN, et c’est même une arme 🙂 et les Rivat sont une référence.

US Boxing shoes

Chaussures de boxe anglaise : la boxe a un type de chaussures montantes très typées, permettant un maintien fort de la cheville (il n’y a pas de coup de pied après tout, la cheville n’a pas à faire de grandes rotations… et il faut rester stable au maximum).

A noter que Décathlon vient de sortir un nouveau modèle, dit « 500 » assez moderne.

Ôtomix, chaussures pour le MMA, la cascade, la muscu, etc.

Ôtomix : dans les années 90, c’était la marque américaine utilisée par pas mal de Taekwondoistes et autres Karatekas mode US, et par les cascadeurs aussi… ma première paire était une Stingray blanche. Lors d’un voyage à Vegas, il y a quelques années, je me suis repris une paire en gris, mode madeleine de Proust. Mitchell Bobrow, le boss de la marque, est un pratiquant et ancien champion d’arts martiaux, de l’époque Chuck Norris, Joe Lewis, etc. Passionné aussi de culturisme, sa marque est un cross-over entre les deux mondes. Les chaussures sont hyper confortables, des sortes de sneakers-charentaises ^^

Dites moi ce que j’ai oublié (Sanda, Sambo, Luttes maybe… chaussures de sécu pour la self), je rajouterai au fur & à mesure si c’est vraiment du légendaire 🙂

Autre magasin Feiyue à Beijing

COMMENTAIRES RESEAUX SOCIAUX

Pour commenter cet article, vous pouvez soit utiliser le module réseaux sociaux ci-dessous (s'il ne s'affiche pas c'est que votre ordinateur bloque l'affichage de facebook sur les sites tiers), ou bien le module traditionnel du blog situé un peu plus bas.

2 Comments

  1. Bastoun

    23 septembre 2019 at 11:13

    Je me souviens d’un article où tu décris ta tenue estivale, avec notamment une paire de Feiyue aux pieds. D’où ma question: ça se porte extérieur, et surtout, ça tient le coup?

    • Guillaume [admin]

      23 septembre 2019 at 11:55

      https://www.protegor.net/blog/2018/07/edc-estival-minimaliste-ii/

      Oui je ne les porte qu’en extérieur en fait ; ça tient le coup oui, c’est pas hyper solide non plus, plus qu’une paire d’espadrille, moins qu’une paire de Nike ^^

      La semelle a tendance à être un peu glissante sur le mouillé et c’est souvent elle qui se fissure latéralement après quelques années (le reste c’est de la bonne grosse toile épaisse, ça tient)

Laisser un commentaire