Ce qui nous tuera…

commentaire(s)

Il y a quelques jours, Bill Gates publiait un tweet finalement très « sécu perso », qui a fait écho à un article que j’ai depuis des années dans un des nombreux drafts du blog, sur les causes statistiques de la mort des êtres humains… ce sont des données faciles à trouver, plutôt fiables et intéressantes à analyser.



Des sources d’infos concordantes

La source de Bill Gates (Our World is Data : https://ourworldindata.org/does-the-news-reflect-what-we-die-from) est US-centric mais a l’avantage de comparer et souligner la différence entre la réalité des causes de décès aux Etats-Unis, avec ce dont on parle dans les médias, que ce soit via les recherches du public sur Google (donc ce qui stresse les gens), et ce que certains médias abordent dans leurs articles ou reportages.

D’autres sources statistiques sur les causes de mortalités intéressantes sont :

La méthodo « sécuperso » exhaustive

Pour un travail (trèèèès) rigoureux sur sa sécurité personnelle, il faudrait, en fonction de son sexe, de son âge et de son pays de résidence, extraire le classement des causes de mortalités associées (puisque les statistiques varient selon ces critères notamment), et adapter son « plan » en fonction des résultats.

Pour moi par exemple, je suis un homme de 43 ans vivant en région parisienne, si je regarde sur une dizaines d’années les causes de décès :
– sur http://cepidc-data.inserm.fr/inserm/html/index2.htm (pratique à utiliser et monte jusque 2015 mais très haut taux de « causes inconnues » qui laisse une grande interrogation)
– et/ou sur https://www.data.gouv.fr/fr/datasets/deces-par-cause/

J’obtiens des classements comme suit :

Paris, 2012, sans filtre sur le sexe et l’âge

Tumeurs 31,2
Ml.app.circul. 20,1
Sympt,état morbides mal définis 17,7
Ml.app.respirat 6,2
Causes externes 4,7
Mal.syst.nerv. 5,2
Mal.app.digest. 3,2
Troubl. mentaux 3,3
Maladies endocr 2,7
Mal.infect&par. 2,3
Mal.app.gén-ur. 1,5

ecosante.fr, 2012, Paris

et…

Paris, 2015, filtré sur les hommes de 35-44 ans

Causes inconnues ou non précisées 47%
Autres accidents 5%
Tumeur maligne des tissus lymphatiques et hématopoïétiques 4%
Autres tumeurs malignes 3%
Suicides 3%
Tumeur maligne du larynx de la trachée/bronches/poumon 3%
SIDA et maladies à VIH 2%
Tumeur maligne de la lèvre de la cavité buccale et du pharynx 2%
Tumeur maligne de l’estomac 2%
Autres maladies du système nerveux et des organes du sens 2%
Cardiopathies ischémiques 2%
Autres cardiopathies 2%
Autres maladie de l’appareil circulatoire 2%
Autres symptômes et états morbides mal définis 2%
Événements dont l’intention n’est pas déterminée 2%
Tumeur maligne du côlon 1%
Tumeur maligne du foie et des voies biliaires intrahépatiques 1%
Maladies cérébrovasculaires 1%
Autres tumeurs 1%
Autres maladies endocriniennes nutritionelles et métaboliques 1%
Abus d’alcool (y compris psychose alcoolique) 1%
Maladie chronique du foie 1%
Autres maladies du système ostéo-articulaire 1%
Accidents de transport 1%
Chutes accidentelles 1%
Intoxications accidentelles 1%

cepidc-data.inserm.fr

Globalement, les maladies sont en grande grande majorité la première cause de décès d’un être humain (cancer, maladie cardiaque, Alzheimer, etc.). Les accidents (de la route & chutes) sont ensuite la plus grande cause hors maladie, puis les overdoses & les suicides (selon les âges et zones géographiques). Les crimes & le terrorisme sont loin.

Donc le gros de son travail de sécu perso serait d’éviter les maladies… dont certaines ne sont pas suffisamment connues pour savoir comment elles apparaissent, mais on sait en gros qu’il faut faire attention à ce que l’on mange, faire du sport, éviter de se coller un mobile sur l’oreille pendant 3 heures, etc.

Les statistiques dans Protegor sur le nombre de meurtres par an en France montraient déjà l’importance de relativiser les aspects agressions & terrorisme, et de ne pas plonger dans de la parano…

Extrait du livre : « 800 homicides (ou coups et blessures ayant entraînés la mort) ont lieu chaque année environ en France (en 2015 en raison des attentats de Janvier & Novembre, ce chiffre est passé à 930) »

Protegor

La self-défense, ça sert à rien alors ?

La self-défense ne protège a priori pas d’une bonne partie des maladies listées (même si une activité physique doit contribuer positivement à réduire certains taux), et va de pair avec une bonne condition physique & alimentation.

Ajouté à cela un bon médecin, un bon suivi médical (pensez aux check-up complets & gratuits de la CPAM (« EPS », voir ici) et n’oubliez pas que l’on a une chance incroyable de vivre en France d’avoir ce genre de services…), alors il devient logique de passer du temps aux autres causes de mortalité dont nous sommes encore plus directement « en contrôle » :

A l’INSERM, ils appellent ça « Causes externes de blessure et d’empoisonnement » et ça se décompose ainsi, par ordre décroissant de décès (Paris, 2005-2015, tous âges) :

Autres accidents
Chutes accidentelles
Suicides
Accidents de transport
Autres causes externes de blessure et d’empoisonnement
Intoxications accidentelles
Homicides
Événements dont l’intention n’est pas déterminée

INSERM

On y voit que parmi les « 3A » de Protegor, Accident-Agression-Attentat, les accidents sont largement majoritaires, et que agressions & attentats comptent pour peu. Quand on fait une extraction de la catégorie des « causes externes… » sur 2015 par classe d’âge, on voit une augmentation très forte après 50-55 ans, avec un taux culminant pour les 75-85 ans, venant des accidents domestiques / chutes.

Tout le monde peut tomber, avoir un accident… plus on sera à l’aise, adroit avec son corps, moins il y a de risque que cela arrive. Même là, la pratique régulière d’une activité physique entre en jeu, et les arts martiaux sont idéaux pour ça, ils peuvent se pratiquer tard, vieux, et misent beaucoup sur l’équilibre.

La self-défense par ailleurs ne vise pas qu’à réduire le risque sur les causes de décès liés à une agression, un homicide, un attentat, etc. mais aussi sur les 3V (vol, violence, viol) qui conduisent rarement à la mort.

Ni parano, ni hypocondriaque

Il est primordial, quand on s’intéresse à la sécurité personnelle, la self-défense, la survie… d’être conscient que l’on ne travaille pas avec la même implication (en temps, en énergie) sur toutes les causes possibles de son décès. On travaille sur certains risques que l’on estime parfois plus probables que ce qu’ils ne sont réellement, et/ou sur des risques sur lesquels on peut avoir un certain « contrôle », une possibilité rationnelle d’évitement.

Dans Wenwu, il y a cette idée que la pratique martiale est importante mais qu’il faut l’équilibrer avec la culture, lire des livres, etc. Par extension un peu moderne de ce concept ancien, il est important de prendre du recul théorique sur sa pratique, et comprendre pourquoi on l’a fait, et dans quelle démarche elle s’inscrit.

La pratique des arts martiaux, historiquement, se base beaucoup sur la « peur de la mort ». Cela me fait penser à un vieux livre de référence qui pourra en intéresser certains, « La mort volontaire au Japon » de Maurice Pinguet. Apprendre la self-défense, c’est essayer de ne plus avoir peur de la mort. Devenir médecin aussi peut-être d’ailleurs.

Mais pragmatiquement, que tirer du tweet de Mister Microsoft ?

Attention à ne pas devenir parano à cause des médias qui sur-valorisent les sujets d’agression, de sécurité physique & de terrorisme… pour une raison simple, c’est plus « graphic », visible, et je vais être cynique, « divertissant ». Les médias restent le monde de l’entertainment, et que ce soit pour faire payer des abonnements ou faire voir des publicités, il ne faut pas des sujets chiants. Il faut du divertissement, du suspens, du story-telling, même dans les actualités. Quand on pense au sens pascalien du divertissement (l’homme se divertit pour ne pas penser à son issue fatale), on voit que l’on a atteint un niveau encore plus profond de nos jours dans les médias… on en est arrivé à se divertir sans évacuer l’idée de la mort, mais en la mettant en image comme elle n’est pas.

Tout ça n’est pas une raison pour devenir hypocondriaque 😉

Bonnes réflexions sur votre mort.

COMMENTAIRES RESEAUX SOCIAUX

Pour commenter cet article, vous pouvez soit utiliser le module réseaux sociaux ci-dessous (s'il ne s'affiche pas c'est que votre ordinateur bloque l'affichage de facebook sur les sites tiers), ou bien le module traditionnel du blog situé un peu plus bas.

4 Comments

  1. Bastoun

    18 juin 2019 at 11:25

    Ma compagne vient de se faire enlever un rein à cause d’une énorme tumeur apparue dessus en quelques mois. Et son urologue lui a dit qu’il y avait actuellement une explosion de ce genre de cas (tumeurs sur les reins, la vessie ou autre) chez des trentenaires. Donc effectivement, je te confirme que ça remet les idées en place et que ça fait prendre du recul.

    Après, sur la sécu perso, au delà de l’aspect « parano », je pense surtout que c’est un kiff pour la plupart d’entre nous. Sous couvert d’essayer de prévoir, de se préparer au pire, je pense qu’il y a un aspect ludique et plaisir qui est indéniable… Perso, j’avais même pas 10 ans que je m’amusais déjà à foutre tout un bordel dans une petite boîte étanche que je portais autour de mon cou (mon opinel N°6, des allumettes, de la ficelle, une épingle à nourrice pour faire hameçon…), sans jamais avoir entendu parler d’EDC ni de sécu perso… C’est juste que j’aimais ça, et que ça a pas vraiment changé, même 30 ans plus tard, et que je prends toujours autant de plaisir à enlever/rajouter des merdes qui me serviront probablement jamais dans ma sacoche 5.11. Au cas où. Mais surtout, prarce que c’est un kiff, tout simplement. Le tout, c’est d’en être conscient.

    • jean bec

      3 novembre 2019 at 0:00

      Pour la seconde partie de ton commentaire c’est tout afait ce que je faisais.

  2. jean bec

    3 novembre 2019 at 0:08

    Un excellent article,
    Autrement la pratique des arts martiaux est bénéfique du point de vue santé physique et peut donner une certaine assurance qui serait le tout petit plus qui pourra éviter d’être agresser par un prédateur

Laisser un commentaire