Callisthénie

commentaire(s)

La première fois que mon éditeur m’a dit « hey tu sais, on va sortir un livre sur la callisthénie », j’ai du prendre un dico. Enfin google quoi, et le wiktionary de m’expliquer :

callisthénie \ka.lis.te.ni\ féminin

  1. (Rare) (Gymnastique) Exercices de gymnastique ou de sport visant un développement harmonieux du corps particulièrement pour les jeunes.
    • Il arpentait les sentiers de corail en sandales ou même les pieds nus, afin d’en endurcir la corne et de les habituer au sol brûlant, un spectacle qui interloquait les Arabes ; qu’un étranger, officier de surcroît et conseiller intime de leur grand chef, se laisse aller à ce genre de callisthénie leur paraissait dégradant et un peu ridicule, alors qu’il avait toujours à sa disposition des montures d’élite. — (Christian DestremauLawrence d’Arabie, 2014)
    • Le sport, j’ai tout pratiqué, y compris les nages de style, la callisthénie. — (Alexandre ArnouxLes Gentilshommes de ceinture, 1928)

Amphora publient régulièrement des méthodes de musculation, de conditionnement physique, allant des célèbres Lafay à des méthodes pour les ops / forces de l’ordre… et chacun a des objectifs, des axes de travail, des principes bien spécifiques.

Callisthénie, la musculation globale est un manuel avec plus 230 exercices « poids de corps » pour développer un physique athlétique et se base sur la gymnastique. Or la gymnastique a tendance, vous le reconnaîtrez, à former des « chats maigres » comme il se dit dans le jargon intervention, à savoir un bon rapport musculation / poids permettant une agilité maximale. Etant de plus en plus attiré aussi par les disciplines modernes de déplacement (Yamakasi – art du déplacement, Parkour, Free-running) qui sont à cheval entre gymnastique, athlétisme & escalade (mais plus fun… c’est la ronde de la mode des sports, que voulez-vous ma brave dame ^^), j’ai demandé à voir un peu de quoi il en retournait.

L’auteur a fait un super boulot, le livre est très complet :

  • Après quelques définitions et un zoom matériel (certains exercices nécessitent du matériel, on apprend même à en fabriquer certains pour les bricoleurs), le livre commence par de la théorie courte mais efficace sur la compréhension du corps, la base à savoir sur son squelette, ses articulations, les muscles, l’ATP, le système nerveux, puis les bases de la biomécanique ; zoom alors sur les 11 actions motrices principales en gymnastique (répulsion, traction, antépulsion, etc.)
  • Ensuite on rentre dans le vif du sujet : comment organiser ses séances d’entraînement ! … avec pour commencer des tests fun à faire pour savoir d’où on part. Tests de pompes, tractions… mais aussi la chaise de Killy, le flamand aveugle en équilibre sur un pied (je ne l’invente pas) ; après 8 tests, vous saurez à quel niveau vous pouvez démarrer
  • Puis ce sont les exercices… ça commence par les mouvements d’animaux (l’ours, le canard, le lémurien, la grenouille, le crabe, le lombric, le lapin, l’alligator, le caméléon, et le chimpanzé), certains pratiquants d’arts martiaux apprécieront ce genre d’analogies. Ensuite, les exos de renforcement, les situp, les gainages, etc. Puis des exos sur des agrès (barres parallèles) où là je me dis « ah zut, j’ai pas ça sous la main » (mais pas grave, y en a pas beaucoup). Les exercices de souplesse, ahhh avec les écarts dans tous les sens, des dislocations (aïe), etc. Les exercices d’équilibre : planches, Y, poiriers, ATR, marcher sur les mains, etc. Les sauts aussi, bon là par contre ça manque de kicks 😉 Une partie sur les « leviers » aussi (équerres, ciseaux, élévations, suspensions, dragon flag… je vais pas tout lister). Et un travail sur l’élan aussi (avec des muscle-up, des balancés, et pas mal de trucs aux agrès ici)

Franchement, pour un entraînement d’arts martiaux ou d’arts du déplacement, il y a des dizaines d’exos à picorer (à absorber dirait Bruce) dans ce bouquin, n’hésitez pas !

Laisser un commentaire