Les règles de Peyton Quinn, désescalade une situation de violence

commentaire(s)

En retombant au détour de quelques clics sur ce vieil article de 2013 qui listait 8 règles pour la self-défense et que je trouve bonnes car mesurées, pleines de recul et de tolérance (à savoir, #1 oublier les situations vues à la TV, dans la rue ce n’est pas pareil, #2 être bien avec soi-même, heureux, #3 se connaître soi-même, #4 l’agresseur est un être humain lui aussi, #5 apprendre à se contrôler, #6 fuir, #7 suivre les règles de Peyton Quinn, #8 connaître et suivre « sa mission »), je me suis arrêté un moment sur la #7 et me suis dit que ça méritait une traduction française pour les anglophobes ou non-anglophones du blog :

Peyton Quinn a 4 règles très pratiques pour éviter et désescalade les situations violentes. Elles sont simples à comprendre :

  • Ne l’ignorez pas
  • Ne l’insultez pas
  • Ne le provoquez pas, ni n’acceptez ses provocations
  • Laissez-lui une porte de sortie honorable

(ndlr : le « le » désigne bien sûr « l’agresseur »)

Ces règles sont claires et s’appliquent à la vie de tous les jours. Mais elles demandent un engagement sérieux avant de pouvoir être efficace. Il faut les vouloir pour qu’elles marchent. Si vous cherchez secrètement une excuse pour vous battre avec quelqu’un, alors vous vous planterez misérablement en implémentant ces règles, et la violence viendra à vous.

***

La désescalade d’une situation potentiellement violente (comprenez « qui risque de s’envenimer en violences ») passe par une attitude ni trop forte ni trop faible… entre domination et soumission mais ni l’une ni l’autre. Peyton Quinn essaye avec ces 4 règles de définir ce juste milieu, cet équilibre à trouver.

Qu’en pensez-vous ?

4 Comments

  1. chris

    30 août 2017 at 5:50

    Bjr,
    bons conseils pouvant marcher sur un individu avec une once d’intelligence et d’éducation.
    Ce qui entre nous est une denrée rare….très rare même!

  2. chap

    2 septembre 2017 at 11:11

    Ces règles font appel au cerveau rationnel.
    Il n’est pas sûr que les émotions ne submergent pas cette partie du cerveau.
    Mais il serait bon de les « réviser » régulièrement…

  3. Carje525

    4 septembre 2017 at 12:26

    Comme tout, ces judicieux conseils demandent de l’entraînement et de la pratique pour parfaitement les intégrer.
    Cependant, je suis pas certain que beaucoup de clubs de sel-défense, d’arts martiaux ou apparentés proposent un module de « désescalade ».

  4. Alain

    29 septembre 2017 at 15:20

    Le #1 « ne l’ignorez pas » peut être à double tranchant. Souvent, des idiots (plus ou moins alcoolisés) lancent des provocations en l’air en espérant une réaction. Un ignorance totale de type « j’ai pas compris que c’était pour moi » ou « moi pas comprendre le français » peut suffire à désamorcer son intérêt.
    C’est s’il insiste qu’il est alors nécessaire de le prendre en compte et de passer aux autres règles.
    Du moins, c’est comme ça que je fais et ça n’a pas trop mal fonctionné jusqu’içi.

    Cordialement.

Laisser un commentaire