Rapport IGPN & IGGN sur les munitions utilisées dans les émeutes par les forces de l’ordre

commentaire(s)

Suite à l’affaire de Sivens & la mort de Rémi Fraisse, les moyens utilisés par les forces de l’ordre lors des manifestations sont remis en cause. L’opinion public & certains politiques semblent ne pas comprendre que le « non-létal » n’existe pas par essence (puisque l’on peut tuer avec une cuillère en plastique), et que tout accessoire de défense ne peut être au mieux qu’à « létalité réduite ».

En tous cas, quelque soit les opinions, il est très intéressant de lire le rapport que vient de publier, de manière commune, l’Inspection Générale de la Police Nationale & l’Inspection Générale de la Gendarmerie Nationale. Ce document administratif a pour une fois la vertu d’être très clairement réalisé, structuré et rédigé (bravo aux auteurs).

On y retrouve :
– des schémas récapitulatif des moyens employés :
rapport-igpn-iggn-emeute-ma
– un descriptif détaillé & compréhensible des différentes munitions employées (cela pourra éclairer certains médias qui s’imaginent que les grenades bêtement appelées « offensives » sont des grenades de guerre), notamment les fameuses grenades OF-F1 et GLI-F4
– et aussi 13 recommandations (voir récapitulatif en fin de rapport), notamment sur la communication auprès des manifestations, la redéfinition des sommations, le classement des munitions, le processus de décision de lancement de grenades, etc.

La conclusion du rapport conduit aux recommandations :
– de l’IGPN à soutenir le maintien en service de la GLI/F4 ;
– de l’IGGN à soutenir la remise en service de la GLI/F4 et de l’OF/F1. Pour cette dernière munition, dans le cadre des propositions formulées, l’IGGN conditionne sa remise en service à un renforcement du contrôle interne et des processus de mise en œuvre.

Pour ou contre les grenades à effet de souffle en cas d’émeutes violentes ?

10 Comments

  1. Freez

    14 novembre 2014 at 18:03

    Ce qui est arrivé Rémi Fraisse est dramatique, mais il s’agit ici d’un malheureuse accident. La grenade OF est une arme à « létalité réduite » car comme dit « une arme non létal n’existe pas ». Même si Rémi est peut-être une innocente victime (peut-être que l’usage de la grenade sur l’individu été justifiée ?!!) Il n’en reste pas moins la seul victime connu a ce jour par rapport au nombreuse utilisation de la grenade OF.

    En conclusion, je ne remet pas en cause le drame qui c’est produit mais faut-il interdit cette « outil » de maintient de l’ordre pour le 0,0001% de chance qu’un drame comme celui-ci ce reproduise.

  2. Humbert

    15 novembre 2014 at 11:15

    « En conclusion, je ne remet pas en cause le drame qui c’est produit mais faut-il interdit cette « outil » de maintient de l’ordre pour le 0,0001% de chance qu’un drame comme celui-ci ce reproduise. »
    Je vais me faire l’avocat du diable mais…
    Pour ma part, si le 0,0001% de chance c’est moi ou un proche, je suis contre :D.
    Plus sérieusement: tout dépend si les autres moyens permettent d’obtenir des résultats similaires (ou quasi similaires) ou non.
    Question de gradation…
    Idem, le flashball me met mal à l’aise dans le cadre de son usage lors de manifestations eut égard aux nombres de manifestant ayant perdu un œil ces dernières années. Je ne pense pas que le bénéfice apporté soit si important (dans le cadre de manifestations). Après tout, avant que le flashball soit utilisé, les forces de l’ordre arrivaient bien à gérer les manifestations…
    Ou alors on impose (et on organise la distribution!) le(du) port du masque protecteur des yeux aux manifestants :D.

    Je me demande si la diffusions d’armes présentés comme non-létales n’a pas eu un effet dangereux à la fois sur les manifestant comme sur les forces de l’ordre. Les manifestants n’ayant pas conscience que les armes non-létales utilisées contre eux étaient dangereuses et nécessitait de se mettre à l’abri le plus rapidement possible, et les forces de l’ordre ayant plus facilement tendance à en faire usage du fait de leur « non-létalité ».

  3. Humbert

    15 novembre 2014 at 11:21

    Je redoute aussi que si des mesures sérieuses ne sont pas prises pour limiter ce genre d’incident/ accident, les futures manifestations ne soient plus violentes.
    Un manifestant qui s’attend à prendre du gaz lacrymogène fuira les forces de l’ordre dès que ce gaz lacrymogène sera mis en œuvre. C’est « le jeu ».
    Par contre, un manifestant qui s’attend à prendre une grenade ou un tir de flash ball risque d’être tenté de venir avec un lance-pierre et de quoi faire des cocktails molotov. Pour riposter. Et donc d’agresser les forces de l’ordre. Qui à leur tour seront obligées d’utiliser des moyens plus lourds, etc. 🙁
    Je n’ai aucune envie de voir ma ville et mon pays se transformer en champ de bataille.

  4. Humbert

    15 novembre 2014 at 11:46

    Un dernier…
    Je viens de lire le rapport, et de ce que j’en retiens, il existe deux grandes catégories de manifestants. Les pas-méchants qui viennent pour manifester et les fous-furieux qui viennent pour casser du CRS.
    M’est avis que l’objectif doit être de séparer les deux groupes. Faire comprendre aux « pas-méchants » que ça va barder sec et qu’il est temps de foutre le camp ou d’assumer. Et pour les forces de l’ordre, s’assurer qu’aucun « pas-méchant » ne soit victime de bavure.
    Le problème est que les pas-méchants ne sont pas au courant de ce qu’est une arme « non-létale ». Il est urgent de communiquer à fond sur la question. Et d’être très explicite au moment de leur emploi.
    Quid des méthodes types projecteurs?
    Quand on voit un point rouge apparaître sur soi, on sait qu’un revolver vous met en joue. J’imagine une manifestation. Un groupe de manifestant qui ne comprenait pas qu’il fallait dégager se trouve soudain éclairé (par un projecteur) d’une lumière rouge violente. A coté d’eux, une zone éclairée en vert leur indique le chemin à suivre pour sortir de la zone dangereuse. Après un délai suffisant, la zone rouge est passée au canon à eau/ grenade lacrymo, etc. L’objectif est rempli: les manifestants ont fui la zone à dégager.

    Pour les « fous-furieux », l’affrontement ils sont là pour ça. Donc…

    • Foxtrot

      20 novembre 2014 at 21:49

      Beaucoup de confusions et de méconnaissances du maintien de l’ordre dans vos propos…

  5. chris

    15 novembre 2014 at 14:43

    Bjr,
    ce que je constate c’est que c’est la bêtise politicienne qui est la cause de ce drame.
    Les Forces e l’Ordre ne sont que des outils aux services de politocards refusant de dialoguer et de descendre de leurs piédestals.
    @+

  6. Foxtrot

    20 novembre 2014 at 18:26

    Beaucoup de confusions et de méconnaissances du maintien de l’ordre dans les propos d’Humbert…

  7. Ani7

    23 novembre 2014 at 8:15

    @Foxtrot
    Je déterre un peu, mais… Si vous était possible de préciser les confusions et méconnaissances dont vous parlez, cela nous éclairerait. Merci.

  8. Foxtrot

    23 novembre 2014 at 15:20

    Merci mais si je devais reprendre point par point tout ce qui à été dit dans les trois paragraphes mon commentaire serait au moins aussi long que le rapport de l’IGPN…

    On peut essayer de résumer la chose en disant que:

    -Le risque zéro n’existe pas et personne ne peut garantir le risque d’accident zéro dans une manif peut importe l’équipement des forces de l’ordre(FO).(un accident du même genre pourrait se produire simplement avec du gaz lacrymogène)

    -Les armes à létalité réduites ont été incluses à cause des nouvelles violences de plus en plus fréquentes envers les FO et non l’inverse! (manif anti-CPE notamment)

    A ce sujet on entend souvent que les FO sont plus tentés de les utiliser… Il est logique qu’ils les utilisent plus que les armes létales…si les conditions d’utilisation étaient les mêmes que celles des armes à feu à quoi bon crée une nouvelle munition??

    Si elle a été créé c’est que les FO en éprouvaient le besoin face à une violence qui n’existait pas il y à quelques années, de même pour les grenades.

    Il n’y a pas que deux groupes de manifestants mais tout un panel des manifestants pacifiques aux anarchistes ultra violent.

    De même qu’il y a tout un panel de sommation qui sont faites au haut parleur et ceux pour chaque moyens utilisés: grenades, canon à eau, fumigènes, etc…
    Des fusées éclairantes rouges sont mêmes tires en guise d’avertissement.

    Enfin et c’est la base de la gestion des foules, il y a toujours un chemin de repli possible pour les manifestants de ce fait, ont ne se retrouve jamais en première ligne devant les CRS « au hasard »

  9. Curieux

    24 novembre 2014 at 17:05

    Je rappelle que le dernier mort dans une manif était Malik Ousekine en 86. Ce résultat est le fruit du professionnalisme des forces de l’ordre que je salue.
    Concernant la mort de Remi Fraisse, aucun manquement n’a apparemment été mis en évidence. Les autorités ont été plutôt transparentes.
    Je note que le sac de Remi a disparu. Pourquoi les forces de l’ordre l’aurait fait disparaitre? Je suis convaincu qu’il contenait des éléments peu conformes avec la version du gentil Remi paumé par hasard au milieu d’une manif…
    Maintenant ce n’est pas parce que les forces de l’ordre n’ont rien a se reprocher et que Remi était probablement loin d’être un saint, qu’on est obligé de se laisser aller à des commentaires douteux sur le mode « bien fait pour lui » etc…

    Concernant le flashball, je ne comprend pas pourquoi il y a autant d’accidents graves avec perte d’un œil alors que le tir vers la tête est a priori interdit.
    Je trouve que le flashball serait très bien pour tirer sur un fugitif mais le taux élevé d’accidents actuellement me laisse perplexe.

Répondre à Humbert Annuler la réponse.