EDC de défense : 1 objet 2 fonctions

11 commentaires

Pour rappel un EDC est un « every-day-carry », un objet que l’on aime avoir toujours avec soi. Les « EDC de défense », ou plus largement « accessoires de défense » (que l’on peut ne pas porter « tous les jours » avec soi, mais selon le contexte) peuvent remplir un rôle d’arme, dans tous les sens du terme en théorie. Cela va des armes à feu aux armes de hast en théorie… mais dans les faits, ils seront en majorité, pour des raisons légales évoquées plus bas, des objets contondants, ou « impact tools ». Détaillons celà !

Les catégories d’EDC de défense

Parmi les accessoires de défense que l’on peut utiliser en self-défense (au sens large : défense dans la rue, défense du domicile, défense en cas de situation extrême / survie), il est possible de distinguer différentes catégories, selon leurs caractéristiques « hoplotiques » (oui, c’est un néologisme… pour distinguer les objets conçus pour être des armes, et ceux qui ne le sont pas à la base) & leur létalité :

  • Les armes létales : armes à feu (PA, FA, FAP…), couteaux / armes avec lame (dites « de taille & d’estoc »), etc.
  • Les armes non létales : armes contondantes (non tranchantes) comme le bâton telescopique, bombes lacrymogènes, stun-gun (matraques électriques), taser, gomme-cogne, flashball, etc.
  • Les accessoires de défense : très proches de la catégorie précédente, ce sont des armes non létales conçues pour être des accessoires urbains
  • Les objets usuels : ils ne sont pas pensés pour servir pour la défense personnelle, mais en y réfléchissant peuvent devenir des « armes improvisées »
Classification des EDC & accessoires de défense selon leur létalité et usage

La réglementation en France et dans beaucoup de pays, classe les 3 premières catégories en « armes » (en France, catégorie D dans la nouvelle loi, anciennement 6, pour les accessoires de défense), rendant le port interdit (*).

(*) sauf motif légitime, mais les cas de motifs légitimes sont très restreints.

Des EDC de défense « objets usuels »

Le focus de cet article est donc sur la catégorie des « objets usuels », et plus précisément sur ce qui est à la limite avec la catégorie des accessoires de défense.

Comment rendre des objets usuels (donc avec une utilité de base totalement déliée de la self-défense), plus pratiques le jour où l’on a besoin de s’en servir comme accessoire de défense improvisé ?

Le principe que certains militaires & que certains survivalistes utilisent (pour d’autres raisons, notamment pour optimiser/minimaliser la quantité/poids de matériel embarqué), « 1 objet 2 fonctions », peut servir en sécurité personnelle.

Revoyons nos EDC à la lumière de cette règle, quels sont les accessoires qui ont une double utilité ?

  • Le stylo durci (exemples, le top pour moi), est à la fois un stylo, et une objet de frappe contondante (voire d’estoc, non recommandé :/)
  • La lampe tactique (exemples, le top pour moi), est à la fois une lampe souvent à haute intensité (utilités multiples) et un objet de frappe contondante (voire de taille selon l’éventuel crénelage)
  • Le porte-clés (voir cet article, le top pour moi), est à la fois un moyen de rassembler ses clés, et un fléau / objet de frappe
  • Le porte-monnaie-sap (voir cet article, le top pour moi), est à la fois un porte-monnaie, est un accessoire de frappe flexible très efficace
  • Le parapluie renforcé (exemples, le top pour moi), à la fois protège de la pluie, et sert de bâton de défense si besoin
  • Les bracelets de défense (voir cet article), sont à la fois des bijoux & des zones durcies renforçant une frappe du poignet
  • Les bagues métalliques sont à la fois des bijoux & des petits « poings américains »

Quels sont les autres objets mixtes de défense que vous connaissez ?

COMMENTAIRES RESEAUX SOCIAUX

Pour commenter cet article, vous pouvez soit utiliser le module réseaux sociaux ci-dessous (s'il ne s'affiche pas c'est que votre ordinateur bloque l'affichage de facebook sur les sites tiers), ou bien le module traditionnel du blog situé un peu plus bas.

11 Comments

  1. t3va

    5 mai 2014 at 20:53

    Pour revenir rapidement sur la lampe tactique (qui est amha le meilleur compromis) vous donnez comme (top)-exemple une Surefire…
    C’est une très bonne marque qui fait de de très bonne lampes en effet mais elles sont aussi TRÈS cher !!!
    On trouve aussi bien et même beaucoup mieux niveau performance et nouveautés chez des marques comme Olight, Eagletac, Sunwayman, Thrunite, Jetbeam, Fenix, Nitecore, Klarus… Et à des prix tellement plus raisonnable 😉

  2. Kushti

    6 mai 2014 at 9:36

    Une brosse à cheveux solide peut devenir un yawara efficace pour les coups d’estoc et permet de « griffer » le visage les yeux de l’agresseur. Tient dans un sac, de dame le + souvent, et accessoirement remet de l’ordre dans les cheveux. Sinon perso le yawara ou koppo-stick en polymère reste le top pour moi. Léger, se fait oublier dans la poche, passe les portails de sécurité et permet de réaliser un panel technique important, réaliste et simple tout en démultipliant notre puissance de frappe. Lampe, stylo, kubotan découlent tous de ces principes là et permettent à tout instant de s’adapter à notre situation. Même à la plage j’ai toujours un système de défense de type yawara!

  3. vincent

    7 mai 2014 at 0:13

    En tant que néophyte total de self-défense, et ne lisant Protegor que par curiosité, mon intuition serait la suivante : utiliser l’objet avec le plus d’allonge, qui fait le plus mal, tout en occasionnant le moins de blessure grave possible. Mon choix (de débutant ignare, je le rappelle) serait donc le manche à balait comme arme de défense urbain absolu pour non-pratiquants. Suivant cette logique, le parapluie s’en rapproche beaucoup. (mais difficile de se ballader avec ça en aout ^^)

    • vincent

      7 mai 2014 at 0:15

      « manche à balai », au temps pour moi.

    • Alain

      30 août 2017 at 13:50

      Une canne, tout simplement. Tout le monde peut porté légalement cet « accessoire d’aide à la marche », même si la mode est depuis longtemps passée. Simplement attention à son utilisation comme arme. Elle devient ainsi, comme tous les objets usuels cités, une arme par destinantion, et ne doit juridiquement n’être utilisée qu’ en ça s de légitime defense, et de manière proportionnée à l’agression.

  4. sebastien

    8 mai 2014 at 21:38

    Le sarong, remplacé par une boucle en sangle d escalade. Pas cher, discret, indetectable, efficace et très douloureux. Impact psychologique et physique garanti
    http://www.coldsteel.com/Product/VDFS/FIGHTING_SARONG.aspx

  5. Joan

    11 mai 2015 at 19:37

    Bonjour, très bon article.

    J’avais fait un petit podcast sur le sujet avec les objets usuels présent que les femmes ont dans leur sac à main.

    Sur notre site (http://matranquillite.fr/catalog/no-categories/le-stylo-qui-peut-vous-sauver-la-vie/) nous proposons justement des stylos de défense.
    J’en ai toujours un sur moi, il est très discret et je ne doute pas de son efficacité (tout en état objectif ^^).
    Mais plus sérieusement, il s’agit d’un produit qui ne nécessite pas un grand apprentissage et qui peut sortir de situation difficile.

    #Sebastien, je suis pratiquant de Silat (Art Martial Malaisien) , et effectivement l’utilisation du Sarang est redoutable.
    Un Chèche, un foulard, une écharpe, une ceinture, peuvent être des armes terriblement efficace. Un peu de pratique est nécessaire mais une fois maitrisé…

    Joan – MaTranquillite.fr

  6. Pingback: Les porte-monnaie "Sap", accessoires de défense - PROTEGOR® sécurité personnelle, self défense & survie urbaine

  7. Pingback: Les variations du Kubotan - PROTEGOR® sécurité personnelle, self défense & survie urbaine

  8. Pingback: Clés hygiéniques, crochets anti-covid & autres ouvre-portes sans contact - PROTEGOR® sécurité personnelle, self défense & survie urbaine

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :