De la phobie des séismes à la survie en kit

12 commentaires

Dans Le Monde, il y a quelques mois, un article de Philippe Mesmer s’intitulait « Les japonais développent une véritable phobie des tremblements de terre ».

Le Japon connait donc lui aussi une forte tendance « preparedness », renforcée notamment par la catastrophe de Fukushima. Plusieurs marques ont donc développé des kits tous prêts, des BOB (bug-out-bag), des packs de nourriture lyophilisée… l’article mentionne Montbell et la photo de l’article en question illustre un pack de Survivor Industries. Et il y en a des dizaines d’autres.

Alors, le point de vue des survivalistes est clair : il vaut mieux faire ses kits/BOB, sa préparation soi-même, que de la confier à quelqu’un d’autre, et surtout à un chef de produit marketing qui sélectionnera les produits composant un éventuel kit en fonction de leur disponibilité en volume, et de leur bas coût (pour maximiser la marge de l’ensemble du pack). Par ailleurs, un kit de survie est personnel : des produits sont nécessaires/utiles à certains et inutiles à d’autres (selon les personnes, la zone où l’on vit, le type d’habitation, etc.).

Maintenant, plaçons nous du côté d’un non-survivaliste, de quelqu’un qui n’a pas l’envie et le temps de sélectionner un par un tous les éléments constitutifs de son BOB… bon ok, il va mourir. J/K. Sérieusement, ces « BOB tous faits » ne peuvent-ils pas être une base pour constituer son BOB perso ? Cela veut dire trouver un bon « BOB tout fait », et une fois qu’on l’a, ne pas le mettre dans un placard en se disant « c’est bon, je suis prêt » (ce qui constitue un autre piège des « BOB tous faits », la dé-responsabilisation de la préparation), mais prendre le temps de le vider entièrement, de voir/tester l’ensemble des produits qui le constituent (ne serait-ce déjà pour vérifier l’état des produits & dates éventuelles de péremption), et avoir la réflexion de se dire « que me manque-t-il ? ».

Question : certains d’entre vous ont-il déjà acheté des BOB complet ? des marques/produits à recommander en particulier ? (ou au contraire à ne pas recommander)

COMMENTAIRES RESEAUX SOCIAUX

Pour commenter cet article, vous pouvez soit utiliser le module réseaux sociaux ci-dessous (s'il ne s'affiche pas c'est que votre ordinateur bloque l'affichage de facebook sur les sites tiers), ou bien le module traditionnel du blog situé un peu plus bas.

12 Comments

  1. Christophe

    26 septembre 2012 at 15:20

    Marrant, je viens justement de lire quasi le même article (mais en anglais) ici :
    http://teotwawkiblog.blogspot.fr/2012/09/public-service-announcement-premade-72.html
    A mon humble avis, il me parait évident qu’il faut se constituer son propre sac. Ce que j’ai fait d’ailleur (il me reste encore à choisir le sac de couchage hivernal).
    J’ai même poussé le vice, à faire un sac de 72H en cas ou je serais coincé au taf. Il reste sur on lieu de travail, et me permettra de retourner chez moi en cas de SHTF.

    • Guillaume [admin]

      26 septembre 2012 at 15:34

      Cool l’article… mais « premade kits are crap », ok pour les « experts » ou très motivés comme beaucoup d’entre nous, après on oublie souvent les « moins motivés » — et là il est intéressant de voir :
      1 – les pièges du « kit tout fait » (« c’est bon j’ai acheté mon kit, je sais pas ce qu’il y a dedans, je sais pas quand il faut utiliser quoi, mais c’est bon, j’ai le kit »)
      2 – les opportunités du « kit tout fait » (qu’est-ce que je peux garder, comment il peut me servir à faire mon kit et gagner du temps dans ma préparation)

  2. Christophe

    27 septembre 2012 at 10:51

    Je pense qu’il y a une mauvaise interprétation du terme entretenu par les médias. Généralement le survivaliste, est vu comme un solitare parano surarmé. A l’opposé du citoyen responsable qui souhaite une certaine indépendance.
    Article intéressant sur le sujet ici :
    http://lesurvivaliste.blogspot.fr/2012/09/limage-du-survivaliste.html
    (désolé du HS Guillaume)

  3. Curieux

    27 septembre 2012 at 11:50

    Le terme survie me semble inapproprié pour parler de préparation à une catastrophe, quand tout va bien.
    C’est un fait que sur les sites étiquetés « survivalisme », on trouve probablement plus de mythos et de paranoïaques qu’ailleurs mais en faisant son tri, on trouve également des réflexions intéressantes.

    Pour revenir à l’article, je suis mesuré sur l’intérêt de tels kits. J’entends bien le raisonnement qui consiste à dire que c’est mieux que rien. Mais un kit oublié au fond d’un placard et dont on ne connait pas le contenu, que l’on a pas essayé d’utiliser, et constitué de toute façon d’éléments plutôt cheap, aura une utilité proche de zéro.
    Je pense préférable de sensibiliser les gens a des problèmes concrets en essayant de les mettre en situation pour qu’ils se rendent compte que de petits efforts peuvent avoir un impact important.
    Avant d’acheter un kit delamortquitue, peut être est-ce pertinent d’acheter une petite lampe de bonne qualité à avoir en permanence sur soi, faire un stage PSC1…

  4. Kushti

    27 septembre 2012 at 18:51

    Un couteau, une lampe, un sifflet, un briquet, de l’eau et une trousse de premiers soins. Point final. les survivalistes ont de trés bonnes idées mais avec un BOB de 15 kg sur le dos je ne suis pas sûr que l’on a plus de chances d’échapper a un Fukushima n°2!

    • Guillaume [admin]

      27 septembre 2012 at 19:06

      J’aime bien ta liste, c’est minimaliste mais efficace 🙂

      • Kushti

        27 septembre 2012 at 20:42

        Un grand merci pour ta réponse. Moi, je peux pas dire à quel point l’impact de Protegor a été important pour moi. Continue ton excellent travail!

        • Guillaume [admin]

          27 septembre 2012 at 21:36

          Cool, si le blog ou le bouquin servent à des gens, j’ai atteint mon but premier !

    • Christophe

      28 septembre 2012 at 14:49

      Là c’est plus un BOB mais un EDC 😉
      Mais je suis d’accord avec toi.

      • Kushti

        28 septembre 2012 at 20:32

        Un EDC doit toujours être avec toi. Et si tu es à 20 bornes de ton BOB, si tu en as un, ton EDC doit pouvoir t’aider toi et ta famille a sauver ta peau et celle de tes enfants. T’as pas tes repas lyophilisés? Pas grave, si tu as de l’eau ou de quoi traiter de l’eau. Franchement tu trouve pas que les emmerdes ça coupe l’appétit? C’est là, entre autre, que les survivalistes me font marrer avec leur scénarios noirs!

Laisser un commentaire