Oh belle sirène…

14 commentaires

Oh belle sirène, que nous souffles-tu ?

Et bien les séquences de 1 minute 41 secondes que j’espère nous n’entendrons jamais ont un sens, et il faut savoir réagir à cela. Mode d’emploi par le Ministère de l’Intérieur, ici.

COMMENTAIRES RESEAUX SOCIAUX

Pour commenter cet article, vous pouvez soit utiliser le module réseaux sociaux ci-dessous (s'il ne s'affiche pas c'est que votre ordinateur bloque l'affichage de facebook sur les sites tiers), ou bien le module traditionnel du blog situé un peu plus bas.

14 Comments

  1. Sylvain

    1 mars 2012 at 9:01

    Le scotch sur les vitres ne va pas offrir beaucoup de protection contre les attaques aériennes et les bombes de 250 kgs lachées sur la maison en temps de guerre.
    Mais bon ça coute moins cher que de construire des abris comme en Suisse ou en Israel.
    Aussi j’espère que les vraies alertes n’auront pas lieu le premier mercredi du moi à midi.
    Dans ce cas tout le monde reagira une minute et 41 secondes trop tard en entendant la deuxième sonnerie.

  2. Curieux

    1 mars 2012 at 12:25

    La probabilité d’une attaque aérienne en France est aujourd’hui proche de zéro.
    On peut considérer à la rigueur envisager une attaque par missile stratégique d’un rogue state ayant un missile de portée suffisante. Mais il faudrait un missile d’au moins 4000 km de portée aux pasdarans iraniens pour toucher Marseille ou Lyon.

    Il me semble plus rationnel de se préparer à un aléa de type inondation, tempête, accident chimique ou nucléaire.

  3. YannC

    2 mars 2012 at 16:38

    Les gens ne savent même plus pourquoi ça sonne !
    Le niveau de non-préparation de nos concitoyens est effrayant.
    Idem avec la capacité d’adaptabilité pour preuve les gens sur le paquebot des Seychelles, « traumatisés », par 3 jours un peu dur ! éh bé !
    En cas de gros coup dur, va y en avoir du suicidé qui refusera la réalité….

    @sylvain : le coup du scotch, c’est plus pour éviter la création de multiples éclats et que la vitre tombe ! au pire elle est brisée de partout mais reste sur le châssis de la fenêtre. Elle continuera de faire un peu obstacle au vent et à la pluie ce qui peut être un vrai luxe dans certaines circonstances.
    Bien sur avec un souffle proche la vitre sera pulvérisée scotch ou pas !

  4. Robert Marchenoir

    2 mars 2012 at 18:33

    Toujours pareil : document illisible, police de caractère infantile et difficile à lire, schémas peu clairs, graphisme laid et dissuasif, instructions ambigües ou insuffisantes, informatique datant du Minitel…

    • Robert Marchenoir

      4 mars 2012 at 23:02

      Effectivement, il n’y a pas photo. La page de la sécurité civile de Genève est bien meilleure.

      Il y a beaucoup plus d’explications, elles sont plus précises, on ne prend pas les gens pour des idiots ou des enfants… Enfin bref, on est en Suisse.

  5. aramis

    4 mars 2012 at 11:59

    d’accord avec robert marchenoir, ce document frise le ridicule. Et il est incomplet.
    EXEMPLE : la radioe à écouter est france inter (radio publique)en grandes ondes, sur 1 852 m, 162 kHz.
    La page wikipedia est largement mieux faite.

    • Robert Marchenoir

      5 mars 2012 at 11:52

      En grandes ondes ? Vous êtes sûr ? C’est à dire que les alertes ne seront pas données sur la FM ? Quelle est la justification de ce choix ?

      Certes, un émetteur en grandes ondes est théoriquement capable de couvrir tout le territoire, et par conséquent les gens n’ont besoin de noter qu’une seule fréquence, mais qui utilise encore les grandes ondes ? Qui possède un récepteur doté des grandes ondes ? Qui, même, sait ce que c’est ?

      Faites un petit sondage, et demandez aux gens : qu’est-ce que c’est que les grandes ondes ? A mon avis, on aura des surprises…

      • George Smiley

        5 mars 2012 at 21:35

        Moi, j’ai ce type d’équipements chez mes parents. Je suis peut-être une relique, mais j’ai encore mon certificat et ma licence de station HAM valide.

        Il est prouvé que nous sommes plus rapide que l’armée pour établir un centre de communication en cas de sinistre. En 1985, les premières nouvelles du tremblement de terre de Mexico ont été sur onde courte. Il y a aussi beaucoup de club qui ont des répéteur radio.

        Par exemple, lors d’une inondation locale, j’ai été mobilisé en vertu de la loi sur les mesures d’urgences pour assurer un périmètre de sécurité. Nous assurions un surveillance et un relais radio avec les forces de l’ordre.

        Pendant la crise du verglas de 1998 (Québec), j’avais ma station 2M opérationnel pour établir une liaison en cas de perte des communications téléphoniques. Montréal étant une île, la situation pouvais rapidement devenir critique. Seul un pont était utilisable.

        • Robert Marchenoir

          5 mars 2012 at 23:31

          Ah, vous êtes un radio-amateur ? C’est très bien, mais c’est autre chose : là, on parlait de la réception des nouvelles officielles par le grand public.

          En ce qui concerne les ondes courtes, elles ont été tellement abandonnées que, si j’ai bien compris, les gouvernements ont largement abandonné l’écoute systématique à laquelle ils se livraient.

          Du coup, Ben Laden avait mis sur pied, pour communiquer avec ses antennes africaines, un système mixte, à base d’Internet relayé par les ondes courtes… ces dernières devenant, paradoxalement, plus sûres et moins surveillées qu’Internet !

          • George Smiley

            6 mars 2012 at 17:46

            Personnellement, j’utiliserais plus les fréquences NOAA. Oui, c’est du FM donc moins de porté. Mais elle donne l’information officiel en cas d’alerte. Il y a des redondance pour permettre de diffuser même en cas de perte de la station initiale.

            Je donnais l’exemple des ondes courtes car certaine station peuvent devenir HS après un certain temps. Quand les lignes a hautes tensions tombes…

  6. George Smiley

    5 mars 2012 at 4:21

    Les fréquences à écouter en Amérique du Nord:
    162.400 MHz
    162.425 MHz
    162.450 MHz
    162.475 MHz
    162.500 MHz
    162.525 MHz
    162.550 MHz

    Il s’agit de fréquence utilisé pour transmettre la météo et les alertes. La modulation est en FM. On parle couramment de radio NOAA.

    Certains peuvent supporter les nouveaux codage numérique. Par exemple, rester muette en temps normal mais s’il y a une tornade… Volume au Maximum, par contre ne pas donner une alerte s’il y a une inondation (étant hors de la zone inondable).

  7. aramis

    5 mars 2012 at 20:52

    les grandes ondes ? Tout simplement parce qu’elles seront toujours captables en cas de destruction des émetteurs MF. Et ne prenons pas nos concitoyens pour des demeurés. Et tout les recepteurs recoivent en GO.

Laisser un commentaire