FRACT, Flinch Response And Combat Training

Commentaire

Quand je voyage à l’étranger, je prends toujours le temps d’aller acheter quelques magazines d’arts martiaux, d’armes à feu, de couteaux, etc. surmotivé par la découverte de publications/sujets/produits différents de chez nous. Et quand, à Paris, j’ai quelques mois sans voyage, je fais parfois un saut chez WH Smith, Junku, Book Off, Le Phenix ou YouFeng dans le même état d’esprit. Ce week-end, j’ai déploré la piètre sélection de WH Smith sur les sujets qui nous intéressent, mais suis reparti avec un bon vieux Martial Arts Illustrated (le magazine « tradi » de nos amis anglais en matière d’arts martiaux).

Guy Bloom y est interviewé et présente son approche de la self-défense, le FRACT, Flinch Response And Combat Training, une méthode qu’il a conçue et qu’il promeut comme une méthode de coaching de self-défense, plutôt qu’une discipline technique enseignée par un ancien pro de la sécurité… autrement dit, il mise tout (ou beaucoup) sur la pédagogie & l’efficacité à transmettre ses concepts.

L’interview (que Guy Bloom a déjà mis en ligne ici) présente certains passages qui peuvent intéresser certains :

Fight, flight, fright or freeze
Le concept « Fight or Flight » (« Combattre ou Fuir ») est connu dans les systèmes de self-défense. Sont moins connues (et simples à appliquer à la self) les versions avec « Freeze » ou « Fright ». Dans son interview, Guy Bloom retrace l’histoire de ce concept : « La caricature de la réponse ‘fuir ou combattre’, fut décrit en premier par Walter Bradford Cannon en 1915, pour décrire la réponse d’un animal à une menace. L’idée derrière est que quand on est en situation de menace, on décide entre « attaquer ou s’enfuir ». Cette approche a été revue en 1988 par Jeffrey A.Gray qui rajouta l’observation de « Freeze Response », ce qui ne veut pas dire « rester immobile et ne rien faire », mais dans des termes scientifiques « observation urgente, état d’alerte haut (hypervigilance) » (…) Puis en 2004, Stefan Bracha rajouta l’idée de « Fright », non pas dans le sens premier du terme (la peur), mais en référence au comportement anti-prédateur de l’ « immobilité tonique », qui est en fait la simulation de l’état de mort. Dans cet état, l’animal est actuellement véritablement paralysé. »
On pourrait rajouter qu’un 5e F s’est ajouté depuis… avec Faint (défaillir).
Pour aller plus loin, un article de fond sur Freeze, Flight, Fight, Fright, Faint ici.

Guy Bloom cite aussi :
– le concept d’OODA de John Boyd (US Air Force) et son application à la self-défense
– le code couleurs de John Cooper (légende du tir tactique) que tous les lecteurs de Protegor connaissent déjà
– et son propre concept :

Detect, Deter, Defuse, Disengage, Defend, Don’t Die
(détecter, repousser, désamorcer, désengager, défendre, ne pas mourir)

COMMENTAIRES RESEAUX SOCIAUX

Pour commenter cet article, vous pouvez soit utiliser le module réseaux sociaux ci-dessous (s'il ne s'affiche pas c'est que votre ordinateur bloque l'affichage de facebook sur les sites tiers), ou bien le module traditionnel du blog situé un peu plus bas.

Commentaire

  1. antoinec

    17 janvier 2012 at 23:20

    Merci pour le lien de l’article en anglais. Et pour le reste aussi bien sur !

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :