Ouvrir les angles

21 commentaires

C’est dans les parkings sous-terrains que j’ai naturellement appris à « ouvrir les angles ». Je n’ai en effet jamais été fans des parkings sous-terrains, l’un de ceux que j’utilisais était plein de coins & de recoins, souvent désert et quand je devais aller chercher ma voiture le soir, je ne me sentais vraiment pas à l’aise. Et en analysant ma crainte, celle d’être surpris par un agresseur, j’ai vite remarqué qu’il était possible de limiter certaines surprises en ayant un maximum de visibilité. C’est tout bête. Mais quand vous approchez d’un coin, d’une entrée, d’une bifurcation… d’une situation où un mur masque une partie de votre vue, cherchez à prendre du retrait (vous écarter de l’angle) pour :
– optimiser votre champ visuel (ouvrir l’angle de vision)
– prendre de la distance avec la zone où une surprise peut survenir (pour éviter un nez-à-nez)

Bons parkings sous-terrains !

COMMENTAIRES RESEAUX SOCIAUX

Pour commenter cet article, vous pouvez soit utiliser le module réseaux sociaux ci-dessous (s'il ne s'affiche pas c'est que votre ordinateur bloque l'affichage de facebook sur les sites tiers), ou bien le module traditionnel du blog situé un peu plus bas.

21 Comments

  1. sylvain

    3 novembre 2011 at 9:18

    J’utilise la même technique pour être « aware » dans les environnements sombres et sans visibilité depuis des années.

    Mais il y a quand même des gens qui doivent nous prendre pour des fous voir des ivrognes.

    Le chemin le plus court est droit.
    Le chemin le plus sûre est en zigzag.

  2. Robert Marchenoir

    3 novembre 2011 at 18:57

    Je fais pareil dans les couloirs du métro.

    Un sentiment d’insécurité, sûrement.

  3. Guillaume [admin]

    4 novembre 2011 at 0:25

    Idem — Les couloirs du métro s’y prêtent bien en effet… je voulais pas faire trop parisien 😉

  4. Cedric

    4 novembre 2011 at 7:47

    C’est d’ailleurs une technique de base de combat urbain enseignée dans nos armées et éprouvée chaque jour en OPEX! Une valeur sûre

  5. chris

    4 novembre 2011 at 14:38

    Bjr,

    Appris dans lors de formations dans la sécurité privée, histoire d’éviter un coup sur la tronche…idem pour ce qui concerne le point de repère avec le faisceau lumineux de la « Mag ».
    Prudence…l’ennemi veille.
    @+

    • antoinec

      17 janvier 2012 at 23:40

      « le point de repère avec le faisceau lumineux de la « Mag ». » je ne comprend pas la technique et n’ai rien trouvé sur internet si une bonne ame pouvait m’expliquer…

  6. Ratatosk

    5 novembre 2011 at 20:38

    Ah ! C’était donc toi qui faisait le con, à monter en crabe, dans l’escalier en colimaçon ! XD

  7. voulaz

    6 novembre 2011 at 17:05

    Cette technique date !! en effet déjà le père du karaté do shotokan employait cette mesure de vigilance ( toujours faire en sorte d’ouvrir son champs de vision). Vigilance + attitude à avoir dans la rue = base de la self défense bien avant la technique ou le contact physique avec l’assaillant

  8. Guillaume [admin]

    6 novembre 2011 at 19:04

    L’ancienneté n’est hélas pas gage de notoriété…

  9. voulaz

    7 novembre 2011 at 6:58

    Eh oui, et permettez moi de dire que c’est dommage de ne pas revenir un peu aux sources ( par exemple le Budo). Et j’ai constaté dans votre livre PROTEGOR très complet, très intéressant que vous vous faites souvent référence à certains préceptes ( nijukun) de Gichin Funakoshi. Comme quoi, beaucoup de critiques aujourd’hui sur les arts martiaux ( je parle du karatedo pas du karat’ ou du karaté de compétition !!!)

  10. Guillaume [admin]

    7 novembre 2011 at 9:24

    Oui car ça a été ma formation initiale… maintenant je compte bien rester en mode « absorb what is useful » dans l’approche arts martiaux / self (versus « Classical Karate » :))

  11. voulaz

    7 novembre 2011 at 13:18

    …et rejeter ce qui est inutile !! bien raison !!

  12. chap

    7 novembre 2011 at 22:05

    Simple mais fallait encore y penser !

    Je me suis souvent demandé comment sortir en sécurité par une porte d’appartement : difficile d’ouvrir l’angle.

  13. Pingback: Utiliser les reflets… ou l’Art de l’Observation Discrète - PROTEGOR® guide & blog de sécurité personnelle, self-défense & survie urbaine

  14. alex90

    21 janvier 2013 at 11:38

    C’est que je fais, lors de mes rondes au travail. Certains de mes collègues se foutent de moi, mais bon, j’en ai connu un qui le fesait pas et qui s’est pris un coup de batte de baseball dans les dents ….

    • Alefe

      5 juin 2016 at 13:58

      Entre le ridicule et le dentier … J’hésite pas une demi seconde. ?

  15. legrand

    21 janvier 2013 at 11:49

    j’aime beaucoup bonne idée

  16. Pingback: Où se placer sur un quai de métro ? - PROTEGOR® guide & blog de sécurité personnelle, self-défense & survie urbaine

  17. Morphéus

    3 octobre 2013 at 15:47

    Ouvrir les angles est une technique ancienne mais efficace lors d’un déplacement  » normal  » ( l’exemple du métro est parfait ) lorsqu’on ne sait pas ce qui se trouve aprés l’angle en question. Par contre, cette technique est dépassée lorqu’il s’agit d’une progression vers un ou plusieurs individus hostilles et armés, ce qui implique une progression arme en main. Bien entendu, ce genre de progression ne peut être pratiquée par un civil, puisque, législation sur les armes oblige, trés peu de personnes sont autorisées à être porteur d’une arme à feu.

    • Dimitri

      6 juin 2016 at 0:50

      Cette technique est loin d’être dépassée quand il s’agit de faire face à des hommes armés !
      Cette technique est enseigné en combat urbain et dans les forces de l’ordre…et je parle en connaissance de cause !

  18. Pingback: Sécurité dans les parkings sous-terrains - PROTEGOR® sécurité personnelle, self défense & survie urbaine

Laisser un commentaire