Trois garrots dans le vent

12 commentaires

Les guerres sont, on le sait, des sources d’améliorations des techniques de secours d’urgence. Les guerres du Moyen-Orient ont remis en évidence l’efficacité du garrot, que les premiers secours urbains avaient précédemment bannis. Le garrot (« tourniquet » en anglais) est en effet un accessoire de sécurité vital dans le cas de blessures potentiellement fatales, du type membres sectionnés ; il permet dans ces cas l’arrêt rapide, efficace et durable des hémorragies massives causes potentielles de décès. En revanche son usage demande une formation pointue et spécifique, et même s’il peut sauver une victime, le garrot peut aussi compliquer la prise en charge du blessé à l’hôpital. Cet article n’est donc pas pour faire l’apologie de l’utilisation du garrot, sans pour autant bannir cet outil efficace dans certains contextes d’urgence. Cet article a pour simple objectif de présenter 3 modèles de garrots qui sont actuellement en dotation opérationnelle, pour référence.

CAT-Tourniquet
Fabriqué en cordura et bouclerie composite, il est la référence du comité TCCC. Léger et compact il se loge dans une poche de costume ou un porte-chargeur M4 facilement. En dotation dans plusieurs armées de L’OTAN, il se décline en noir, bleu (training) et orange (civil). Rapide à mettre en œuvre. Importé en France par USMC et CIR Médical.

 

SOFT-Tourniquet
Fabriqué en cordura et bouclerie métal, il est en dotation dans l’armée française et a été, à ce titre, validé par le service de santé des armées. Plus lourd que le CAT, l’accent est mis sur la robustesse et la minimisation du risque de desserrage. Moyennement rapide à mettre en œuvre surtout avec des gants tactiques. Importé en France par EFS/ESDT.

 

MAT-Tourniquet
C’est la nouvelle génération de garrot. Design spécifique pour l’usage à une main et selon les dix nouvelles recommandations de l’US Army Surgical Center. Son efficacité a été optimisée et des tests par scintigraphie à l’hôpital d’instruction des armées ont montré 100% de réussite. Réglementaire dans l’US Navy. Léger mais très encombrant du fait de son châssis rigide en composite. Ultra rapide à mettre en œuvre. Molette de serrage très efficace. Importé en France par CIR Médical.

Trois points clés pour conclure :
– Le garrot est comme le gilet-pare-balles : pour qu’il serve il faut qu’il soit porté
– Le garrot est comme toute technique : il faut du drill, du drill et encore du drill
– Le garrot est comme un préservatif : à usage unique, sans exception !

Merci à Yann pour l’article.

COMMENTAIRES RESEAUX SOCIAUX

Pour commenter cet article, vous pouvez soit utiliser le module réseaux sociaux ci-dessous (s'il ne s'affiche pas c'est que votre ordinateur bloque l'affichage de facebook sur les sites tiers), ou bien le module traditionnel du blog situé un peu plus bas.

12 Comments

  1. jc

    26 octobre 2011 at 22:23

    On ne peut pas laver un garrot ?
    Le dernier avec son châssis en composite doit être impossible à recycler non ?

  2. chris

    27 octobre 2011 at 18:04

    Bsr,
    En tant qu’ex-S.P.V. je confirme que le garrot est une bombe à retardement pour le corps.

    Un point de compression est aussi efficace avec les risques en moins.

    @+

    • Ecureuil

      12 novembre 2012 at 1:56

      Désolé Chris,
      Visiblement tu est un très ancien SPV, car il y a quelques années que les points de compressions ne sont plus enseignés, motif: techniques trop difficiles à réaliser (repères anatomiques etc…), très difficile voir impossible à tenir dans le temps (crampes, relachement…), neutralise un opérateur, parfois douloureux pour la vicitime etc…

      La prise en charge post-garrot ne pose pas de problèmes particuliers à une équipe chirugicale classique en dessous de T<3h, qui a juste besoin de connaître le poids, les antécédents du patient, l'heure de pose du garrot et un bilan sanguin complet pour effectuer un "déchocage" correcte de la victime.
      Au delà de 3h, le pricipal soucis concernera plus la conservation du membre garroté (début de nécrose des tissus) que les effets secondaires du relachement du garrot proprement dit qui dépendent de la bonne anticipation par l'équipe d'anesthésie des déséquilibres de la métabolie cellulaire.

      En revanche, les points de compressions demeurent à mon sens un bon geste de toute 1ère urgence sur une hémorragie massive en attendant par exemple la mise en oeuvre d'un garrot efficace comme les modèles ci-dessus; ceci-dit, une bonne cravate ou ceinture bien posé peut faire très bien l'affaire…

      Et n'oublions pas que dans la majorité des plaies hémorragique un pansement compressif suffit à stoper le saignement.

    • Christophe Manier

      15 janvier 2013 at 17:15

      n’importe quoi, essaye d’arreter une hemo massive du a un IED situe sur les deux jambes avec tes points de compression on verra le resulat

  3. YannC

    30 octobre 2011 at 19:50

    @JC : effectivement c’est un produit à usage unique !
    une version training bleue OTAN existe pour l’entrainement.
    Le modèle de sa trousse perso ne doit jamais avoir un usage training.(sinon le cordura s’assouplit et donc le serrage ne sera pas optimal le jour J)

    @chris :
    C’est absolument vrai dans un cadre civil !
    Le garrot est un outil spécialisé pour usage extrême en zone de danger, dans le sens où il doit être posé par une personne formée, selon un protocole strict, et que son usage se fait dans un cadre tactique où le danger immédiat perdure (contre-attaque ennemi, embuscade etc…)
    Maintenant sa ré-introduction à large échelle dans les armées modernes est le fruit des réflexions de plusieurs services de santés des armées (US, France) et de leurs chirurgiens et médecins qui ont estimés que le rapport risque/bénéfice (comprendre vies sauvées) justifiait son emploi.

  4. Patrick O'Flannagan

    1 février 2012 at 15:02

    Et quand vous aurez affaire à un blessé par balles en milieu civil, vous direz quoi ? « Zut, on n’est pas dans la bonne zone, je n’ai pas mon garrot » ?

    Pour Chris : a retardement de combien de temps ? Réponse, environ 6 fois plus de temps que la période d’or. Ou alors 3 fois plus que le temps nécessaire à une équipe « d’urgence » française pour amener un blessé grave à l’hopital. 🙂

  5. Christophe Manier

    15 janvier 2013 at 17:19

    pour info le tourniquet orange n’est pas l’utilisation exclusif aux civil mais est pose en premiere intention de certaines unites US

  6. Christophe

    3 septembre 2015 at 8:29

    Bonjour, juste pour signaler que ce lien : http://www.efs-pro.fr ne semble pas proposer de tourniquets.
    Cordialement
    Christophe

  7. Pingback: EDC by Kevin, pompier – PROTEGOR® sécurité personnelle, self défense & survie urbaine

  8. furic

    5 octobre 2016 at 19:03

    il est clair que l’usage du tourniquet doit nécessiter un minimum de formation et de réflexion
    vu le contexte particulier il n’est pas inutile d’en avoir un dans son edc.
    A ce sujet je trouve hallucinant et irresponsable de la part des distributeurs d’avoir augmenté les tarifs à ce point.
    passer d’une moyenne de 25 euros à parfois 50 euros…

  9. Max

    23 juin 2017 at 7:55

    Bonjour,
    pour vous aider a faire quelques économies sur l’achat de matériels de qualité…:
    http://www.israelifirstaid.com/
    Tester a plusieurs reprises par mes soins, aucun soucis dans les commandes que dans le matériel livré.
    Je n’ai aucun intérêt financier personnel dans cette société
    Cordialement

Laisser un commentaire