La peur de la mort

2 commentaires

bingmayong

Il y a quelques semaines j’étais devant ça (la photo), pas pour la première fois, mais avec un intérêt croissant pour ce patrimoine chinois, l’Armée des Bingmayong (guerriers de terre-cuite). Loin de moi l’idée de commencer à vous raconter mes vacances dans ce blog 🙂 mais je me disais devant ce spectacle de centaines de statues, que Shi Huangdi avait exporté la notion de protection personnelle au-delà de sa propre mort, en demandant à être enterré avec une armée entière pour le protéger, même parti.

Il faut dire que les empereurs chinois ou autres d’ailleurs, devaient tous en effet être des pros de leur sécurité personnelle, puisqu’ils risquaient à tout moment d’être empoisonnés, poignardés dans le dos par un frère ou par une concubine. Pour la nourriture par exemple, ils ne prenaient que quelques plats sur les dizaines qui leur étaient présentés, sans jamais montrer un goût pour certains mets, avec des baguettes en ivoire (détectant certaines substances en changeant de couleur) et après des gouteurs. Et ce Shi Huangdi, unificateur de la Chine, ne fut pas assassiné. Il s’est en fait auto-empoisonné, car tellement obnubilé par la peur de la mort, il faisait concocter par des alchimistes des potions de longévité… dont certaines contenaient du mercure.

COMMENTAIRES RESEAUX SOCIAUX

Pour commenter cet article, vous pouvez soit utiliser le module réseaux sociaux ci-dessous (s'il ne s'affiche pas c'est que votre ordinateur bloque l'affichage de facebook sur les sites tiers), ou bien le module traditionnel du blog situé un peu plus bas.

2 Comments

  1. YannC.

    1 septembre 2011 at 23:47

    nous sommes notre pire ennemi !! 🙂

  2. Dia

    22 mai 2012 at 3:12

    à propos d’intexication
    méfiez-vous des faux artistiques de la propagande chinoise !

    http://papiersdechine.ch/site/article.php?id=1539

    « ce qui est encore plus typique de l’époque c’est que toute cette élite de connaisseurs n’a pas même été capable de s’apercevoir que ces statues ne sont rien d’autre que des faux grossiers, évidents, indiscutables. Ils sont déjà impossibles sur le seul plan de l’histoire des formes puisque cette découverte d’une telle ancienneté supposée exigeait l’existence préalable de la statuaire statlinienne et nazie – identiques – de l’exposition de 1937, une vulgarisation extrême de la figuration du personnage asiatique apportée par Gauguin, la bande déssinée américaine autour de 1930 (Dick Tracy)… »
    Guy Debord – Cette mauvaise réputation – folio – p 88

    « Premièrement, le fait que cette découverte archéologique concernant l’armée de Qin Shihuang ait eu lieu précisément au moment où Mao Zedong se comparait à ce despote est une coïncidence bien extraordinaire. Deuxièmement, on ne trouve pas mention de cette armée dans la description pourtant détaillée que Sima Qian fait de la tombe de Qin Shihuang. Or la réalisation de cette armée a dû nécessiter des moyens tels qu’elle n’a pas pu passer inaperçue à son époque. Troisièmement, la taille des statues est étonnement grande (1,75 à 1,96 m.) et ne correspond pas à ce que l’on sait de la taille des hommes à cette époque. Il n’y a aucun précédent qui permettrait d’expliquer pourquoi on aurait fait des statues plus grandes que nature. Quatrièmement, le style artistique de ces statues ne correspond guère au style de cette époque de l’histoire chinoise. Pour s’en convaincre, on peut observer l’armée d’outre-tombe d’époque Han, plus modeste (3000 guerriers) et aux soldats miniaturisés, exposée au musée de la ville de Xianyang. Cinquièmement, il est pour le moins étonnant que tant de moyens soient consacrés aux excavations sur ce site alors que rien n’est entrepris pour fouiller la tombe de Qin Shihuang, distante de quelques centaines de mètres, qui devrait receler des merveilles plus considérables encore. C’est à se demander si le régime ne craint pas qu’une telle fouille ne mette à jour des éléments révélant une éventuelle supercherie. Finalement, on notera que les autorités chinoises n’ont jamais autorisé la moindre expertise étrangère indépendante de ces statues. Tous ces faits pourraient laisse penser que cette armée d’outre-tombe spectaculaire a été fabriquée de toutes pièces au début des années 1970 à des fins de propagande et de promotion du tourisme. »

    Térence Billeter, 2007, L’Empereur jaune, Les Indes Savantes, page 476

Laisser un commentaire