Câble de sécurité : code ou clé ?

13 commentaires

Câbles Sécurité
Ordinateur portable, ordinateur de bureau, home cinema, projecteur… un nombre conséquent d’équipements électroniques peuvent se sécuriser avec un câble. Dans les entreprises qui ont un minimum de règles de sécurité, il est désormais obligatoire d’attacher son ordinateur (combien d’exemples de vols pendant la pause déjeuner, où lorsqu’un échafaudage est en place sur le bâtiment !). Pour ma part, j’applique aussi cette règle à la maison.

Les câbles de sécurité n’empêchent pas directement le vol, puisqu’une pince permet de les couper. C’est juste un frein, un peu plus de temps pour s’emparer de l’objet (et après pour retirer le cadenas), donc un peu plus de chance de ne pas se le faire voler.

Il existe 2 types de câbles : à code ou à clé. Les deux peuvent se « craquer », il existe des tutoriaux sur le net.

J’ai les 2 types de câbles, et avec celui à code, j’ai par deux fois, en déplaçant le câble, modifié le code aléatoirement. J’ai à chaque fois, avec du temps, pu retrouver le code (une fois en glissant le coin d’une carte de visite pour sonder les numéros où s’enfoncent les 4 clavettes, et une fois par simple observation des irrégularités par la lumière entre chaque molette). Pour les câbles à clé, un petit bricolage avec un carton ridige permet parfois de remplacer la clé.

Les entreprises préfèrent les câbles à codes, car cela évite de gérer des clés, ce qui dans une grande organisation est toujours compliqué. Mais les utilisateurs ont tendance à oublier les codes sur les câbles détachés, ce qui fait qu’il est facilement possible de repérer un code.

En conclusion, il vaut mieux avoir un câble à clé, si on est sûr de toujours garder les clés sur soi !

13 Comments

  1. JC

    3 juin 2011 at 22:31

    Dommage qu’il n’existe pas de câble avec de vraies clef.

  2. aramis

    3 juin 2011 at 23:05

    tout ça pour dire, qu’en fait, ça ne sert à rien…..Comme on dit chez moi, y cause, y cause, mais y dits pas grand chose.

  3. admin

    3 juin 2011 at 23:10

    Tu as raison, je me rends compte que j’ai trop mis l’accent sur les points faibles de ces câbles — ça ne sert pas à rien, en entreprise, une disparition de laptop est vraiment problématique (plus pour les infos/travail qu’il contient que pour la valeur de l’objet lui-même), et les câbles évitent de nombreux vols (la tentation de voir un ordinateur abandonné pendant la pause déjeuner par exemple).

  4. aramis

    4 juin 2011 at 13:16

    c’était de l’humour, pour justement mettre en évidence qu’à trop tergiverser sur les faiblesses de la protection, le non-initié pouvait y perdre son latin. Genre, j’utilise ou j’utilise pas ?

  5. admin

    4 juin 2011 at 13:23

    C’est vrai.

    Moi j’utilise le câble très rigoureusement au bureau (et j’incite très fortement mes équipes à le faire), et aussi chez moi — j’ai acheté un lot de 5 câbles Kensington (à clé) sur eBay et j’ai attaché un max de choses 😉

  6. Robert Marchenoir

    4 juin 2011 at 18:22

    Pour les ordinateurs portables, mesures complémentaires obligatoires :

    – Crypter le contenu du disque dur (par exemple avec True Crypt, logiciel open source et gratuit).
    – Sauvegarder tous les jours, à l’aide d’un logiciel automatique, son contenu sur un support externe, non susceptible d’être volé en même temps que le portable.
    – Equiper son portable d’un logiciel anti-vol, générant une alerte dès que l’ordinateur volé se connecte à Internet (existe aux Etats-Unis ; j’ignore si ces services sont opérationnels en France).

  7. admin

    4 juin 2011 at 18:37

    Oh oui Robert, il y a de quoi en écrire des pages… les câbles ne sont qu’un détail.

    Le rythme des sauvegardes n’est pas forcément quotidien, tout dépend de ce que l’on est prêt à perdre (et de que ce l’on produit chaque jour).

    Un point important de la sauvegarde est la gestion du support externe (crypté aussi). Si on le laisse au même endroit que l’ordi (même sécurisé dans un coffre par exemple), il reste le risque de l’incendie/innondation/… qui peut tout détruire. Du coup, tous les N mois, je fais une copie distante pour ma part (N étant grosso-modo le nombre de mois de travail que je suis prêt à perdre si un gros problème arrivait chez moi…).

    C’est finalement le même principe déjà adopté par les entreprises dont le SI est clé : un hot-site (système tournant en même temps que la prod) ou un cold-site (avec un délai de mise en oeuvre si besoin de remplacer la prod) est en place pour prendre le relai si un problème survient sur le système principal. Ayons donc tous un « cold-site » 🙂

    Mais je m’éloigne du sujet là 🙂

  8. k_ma

    5 juin 2011 at 1:26

    j’en ai tout le temps 1 avec moi en voyage. Outre pour l’ordi il me sert à attacher mon sac de voyage quand je prends le train ou certains bus longs trajets.

  9. admin

    5 juin 2011 at 1:32

    Moi aussi… et j’attache l’ordi (qu’il soit sorti ou dans le sac) dans le train, quand je veux somnoler 🙂 d’ailleurs les sièges/rabats des TEOZ sont super mal foutus pour faire passer le câble, lol !

  10. Robert Marchenoir

    6 juin 2011 at 1:31

  11. lisle

    24 juin 2012 at 13:33

    Je voudrais juste savoir comment entrer le code perso ?

  12. Patrick

    29 septembre 2012 at 8:57

    Le code perso de quoi Lisle?

    Si c’est du cable, tu as un petit bouton pression dessous, sur lequel tu appuis dessus via par exemple un stylo.

    Tout en le maintenant enfoncé, tu tournes les numéros pour choisir ton code et, quand c’est bon, tu relâches… et voilà!

    • Guillaume [admin]

      29 septembre 2012 at 10:08

      Ca dépend des marques & modèles, il faut aller voir sur le site du fabricant.

      Certains modèles professionnels ne permettent pas de changer le code (il y a une référence sur le câble et le service qui distribue les câbles en entreprise dispose du référentiel — ils ont intérêt à bien sécuriser le fichier en question)… si son code est dévoilé, il faut aller changer de câble (et le câble au code dévoilé sera ré-attribué à un autre employé au hasard)… ça marche pour les grosses entreprises.

Laisser un commentaire