Mon kit « EDC cabine » en avion

15 commentaires

camelback-urban-assaultSuite à cet article sur les bagages pour les longs voyages en avion, HHL m’a demandé ce qu’était mon « EDC cabine ». Voilà plus largement comment je gère mon bagage cabine.

En général on a droit à 2 bagages cabine… je prends donc :
– Option A :
1 sac à dos (Camelbak Urban Assault depuis un an, avant j’avais eu un Tactical Tailor Multicam et un Blackhawk 3-Day Assault Pack — les 3 ont tous été pratiques, mais le Camelbak a plus de rangements intérieurs)
1 – un sac à appareil photo (le 5.11 PUSH)

– Option B (au retour en général) :
1 sac à dos (idem ci-dessus), avec le sac à appareil photo à l’intérieur
1 sac quelconque quand je suis trop chargé en soute et que j’ai besoin de délester

Le sac cabine comprend :
– un layer pare-balles, pris d’un vieux gilet pare-balles… ce n’est pas vraiment utile dans l’avion (surtout que je place le sac dans le compartiment bagage, loin de moi), mais c’est pour toutes les fois où j’aurais le sac sur le dos
– un pansement compressif Quikclot (avant de connaître Quikclot, je prenais du HecoStop, mais il est assez encombrant)
– 2 piles CR123
– une couverture de survie
– un kit d’urgence du commerce rouge et marqué en gros « First Aid Kit » (ne comprenant pas de liquide), dans lequel je rajoute en général un préservatif, 2 comprimés d’immodium… venant de la boîte complète qui est dans ma trousse de toilette (en soute) qui comprend le reste des médicaments & vitamines
– un rouleau de sparadrap style « élastoplaste »
– un cadenas RSA, 4-5 serflex
– quelques vêtements toujours (au cas où la compagnie ait la bonne idée de perdre mes bagages), et un Stoaway Arktis pour les jours de pluie
– mon laptop (je pars rarement sans…) et une poche avec tous les câbles nécessaires (alimentation, de sécurité, Ethernet, Data USB, Apple, ainsi qu’1 ou 2 adaptateurs pour le pays de destination et une petite clé USB)
– un ou deux stylos jetables
– un peu de lecture

Par ailleurs, j’ai en général un blouson avec pas mal de poches (Blackhawk Ops Layer ou 5.11 Sabre jacket), et j’y vide toutes mes poches de pantalon (y compris montre, bijoux éventuels) avant de passer sous le portique… je passe souvent sans aucune sonnerie, ce qui évite une palpation ou aux US, leur nouvelle machine X-Ray.

Ensuite je replace ce qui sera dans les poches de mon pantalon (en général un 5.11 ou un Carharrt) et donc sur moi (car le blouson finit la plupart du temps dans le compartiment bagages) :
– mon mobile (rechargé à fond)
– mon portefeuille Jimi
– 1 poche de cou avec une face transparente (achetée en Chine, de la marque Hong-Kongaise Phantom Tactical) qui me sert pour le passeport, le billet d’avion, mes clés et quelques devises ; je ne la garde au cou que pour passer les différents filtres dans l’aéroport
– 1 petite lampe Surefire Backup ou Luxeon Rebel
– 1 stylo tactique
– 1 carnet de notes (toujours pleins d’idées dans l’avion…), dernièrement un Moleskine
– 1 poche fait-maison pour des devises, protégées dans une poche plastique

En conclusion, dans l’avion, je prends mes EDC habituels, sauf ce qui est OC & lame qui vont en soute 🙂

COMMENTAIRES RESEAUX SOCIAUX

Pour commenter cet article, vous pouvez soit utiliser le module réseaux sociaux ci-dessous (s'il ne s'affiche pas c'est que votre ordinateur bloque l'affichage de facebook sur les sites tiers), ou bien le module traditionnel du blog situé un peu plus bas.

15 Comments

  1. Eric B de GNB

    30 mars 2011 at 12:40

    Salut.
    Le préservatif en avion, c’est pour…heuu le fantasme de l’hotesse de l’air?

    Bon vol!

  2. H.H.L

    30 mars 2011 at 15:42

    Merci por cet article, qui va m’aider à préparer mes vacances .

  3. Sylvain

    30 mars 2011 at 19:15

    Tu n’as jamais eu de problèmes avec une plaque de Kevlar dans ton sac en cas de fouille par les douanes ou la TSA aux US?
    Je sais que ce n’est pas interdit en cabine mais on peut imaginer l’interet pour des pirates de l’air d’avoir des protections ballistiques en cabine et donc tu pourrais être questionné sur la raison pour laquelle tu transporte ça en cabine.

  4. admin

    30 mars 2011 at 19:20

    Jamais personne ne m’a posé de question sur cette plaque.

    C’est une plaque souple, issue des gilets pare-balles usagés (je te montre à quoi ça ressemble ce soir :-)). Elle a une étiquette qui dit que c’est pare-balle et le niveau de protection… au pire, ils me la prendront (j’en ai plusieurs en stock à la maison, une par sac), et c’est toujours plus simple de défendre le port d’un objet de pure protection que celle d’un objet potentiellement d’attaque (je pense aux lampes crénelées par exemple, ce sont mes plus grosses craintes de confiscation — du coup je prends du « pas trop crénelé » en avion, genre la Surefire Backup)

  5. Hawk

    31 mars 2011 at 0:24

    Juste une question, où trouver ces fameuses plaques pare-balles -et pour quel niveau Ia – sans avoir à dépenser une fortune ?

  6. admin

    31 mars 2011 at 9:03

    C’est du niveau II ou IIIA en général, et je n’ai pas encore trouvé de filière « fiable » pour s’en procurer… pour le moment, j’ai trouvé les miennes à la débrouille, par un ami américain qui s’occupe du matériel d’une unité de police, et qui avait récemment changé un lot de gilets.

    Sur le net, je me souviens d’un site qui en proposait dans les 50$… le voici :
    http://www.bulletproofme.com/Bullet_proof_Vests_Catalog.shtml
    (modèle « heavily worn » = « fortement usé »…)

  7. Yann C.

    31 mars 2011 at 22:55

    Si par « pas trop cher », on entend d’occasion, il est possible de trouver ça sur le net même sur ebay ! mais dans quel état !
    le kevlar est une fibre aramide qui entre en décomposition lente dès qu’il sort de la chaine de fabrication d’où la durée de vie de 5 ans d’un gilet même non utilisé.

    En plus ce matériaux ne supporte pas bien les rayons solaires, l’humidité naturelle et corporelle et demande un stockage à plat si possible.

    A vérifier, donc, si possible sur pièce, la date de fabrication normalement sur l’étiquette de taille, et l’état du liner c’est à dire l’enveloppe de protection thermo-soudée dans lequel sont les plis de kevlar. (l’état de la soudure en particulier)

    J’ai connu des « jamesbond » qui passaient leurs plaques à la machine à laver !! oupsss

    Sinon les polyéthylènes balistiques genre dyneema durent 10 ans, ne craignent pas l’eau d’où leur succès mais supportent mal le feu (à l’inverse du kevlar !)

    Ne pas oublier un niveau NIJ IIIA ( le max en protection souple à ce jour) ne peut stopper que de l’arme de poing et en aucun cas de l’AK47 ou du M4

  8. Cyril

    1 avril 2011 at 20:16

    Le pare-balles c’est pas un peu « over the top » ?
    C’est un composant habituel de l’EDC, il y a un risque spécifique en avion ou c’est lié à la destination du voyage ?

  9. admin

    1 avril 2011 at 23:38

    C’est une habitude 🙂
    C’est léger (c’est une plaque souple, pas dure), la plaque fait presque partie du sac, je ne la retire quasiment jamais.

  10. Sylvain

    2 avril 2011 at 2:00

    Tu vas faire un article sur cette fameuse plaque Kevlar sur le blog?
    Je vois que beaucoup de gens sont curieux à ce sujet.

  11. Jermy

    2 avril 2011 at 4:13

    Cool petit sac. Au fait, Tactical Tailor s’écrit sans « y » ! ¨^^

    J’ai le Removable Operator Pack de chez eux qui est très très sympa aussi bien que destiné initialement à être fixé sur des PALS.
    http://www.ops-equipement.com/descriptif.php?article=869

  12. Cyril

    2 avril 2011 at 8:10

    Merci de la précision. 🙂

  13. admin

    2 avril 2011 at 12:14

    Jermy : corrigé pour le »y », merci !

    Sylvain : non pas encore, je ne fais que l’évoquer (de mémoire, je l’avais déjà fait apparaître & légendé sur une photo du bouquin), sans trop mettre le focus dessus, car je n’ai pas de source fiable d’appro…

  14. Bil

    21 octobre 2016 at 22:01

    DU coup en 2016 peut-on prendre un surfire en cabine ?

    • Guillaume [admin]

      22 octobre 2016 at 21:16

      J’ai tjs eu une lampe Surefire ou type Surefire dans une poche en cabine en avion, jamais aucun soucis. La dernière fois, c’était il y a 5 jours

Laisser un commentaire