Mon dernier FAK (first aid kit) de sport

6 commentaires

First Aid Kit de sport (2)Ayant décidé de remettre au propre la trousse de secours de mon sac de sport, j’en ai profité pour prendre une photo et détailler son contenu. Ce FAK (First Aid Kit) est en fait plutôt un Boo Boo Kit, un kit de « bobologie »… c’est-à-dire gérer efficacement des maux qui ne sont pas gravissimes.

On y trouve de gauche à droite sur la photo :
– une boîte de pansements de diverses tailles  « johnson & johnson »
– des doses de chlorure de sodium (solution nasale & ophtalmique, pratique pour rincer un oeil ou une plaie par exemple)
– du gel hydro-alcoolisé pour se laver les mains sans eau (en général je ne mets pas ça dans le FAK, mais dans une poche… mais là j’avais de la place)
– une boite d’Advil (anti-douleur à l’ibuprofène, je prends ça ou du paracétamol générique ou idéalement de l’Efferalgan « Odis » qui se prend sans eau)
– 4 cachets d’anti-diarrhéiques genre Immodium
– un pansement chinois aux plantes « gaoyao » (top en cas de douleur musculaire)
– un préservatif
– des gélules homéopathiques d’Arnica (parfait anti-douleur quand on a reçu un coup)
– des compresses désinfectantes Pharmadoses (imprégnées d’alcool)
– des compresses Quikclot pour stopper une petite hémorragie (a servi dès le premier jour de constitution de mon FAK sur une petite ouverture du cuir chevelu d’un membre du groupe… très efficace, ça saignait pas mal et le temps qu’il parte se faire recoudre, je n’ai pas vu le sang pointer à travers la compresse !)
– un rouleau d’adhésif type élastoplaste
– du baume du tigre (ici en 2 conditionnements, je n’en prends qu’un des deux) pour chauffer un muscle, ou calmer une piqûre, ou déboucher le nez (grippe), etc.

Il manque 3 éléments sur la photo que j’ai rajoutés entre temps  : une paire de ciseaux pour l’élasto, une petite bombe de « froid », et 2 barres chocolatées genre Snickers (en cas de manque de sucres).

Pour les plus curieux, les autres articles de la photo sont un sac DIMA-PROTEGOR en fond, le contenant du FAK à savoir une trousse rembourrée 5.11, un tee-shirt Nike Pro Combat et une coquille Shock Doctor (du costaud).

First Aid Kit de sport (1)

Cette trousse rapide m’a servi déjà deux fois en 10 jours, et je l’ai faite en prenant ce que j’avais chez moi, sans vraiment réfléchir consciencieusement à comment la constituer. C’est juste un exemple, imparfait mais duquel on peut prendre quelques idées.

Si vous souhaitez toutefois plus de rigueur, voici une approche plus méthodique :
1 – identifier/lister les maux que vous voulez pouvoir soigner avec cette trousse
2 – trouver un produit ou ensemble de produits pour traiter chacun des maux identifiés
3 – emballer ces ensembles dans des zip-loc étiquetés de manière intelligible pour quiconque aurait à utiliser le kit : « anti-douleurs », « anti-brûlure » (par exemple non traité dans mon FAK, ma compresse hydrogel BurnTec est trop grosse !), « anti-hémorragie », « anti-venin » (et piqûres…), « booster » (un peu de vitamine C serait à ajouter en effet), etc.

COMMENTAIRES RESEAUX SOCIAUX

Pour commenter cet article, vous pouvez soit utiliser le module réseaux sociaux ci-dessous (s'il ne s'affiche pas c'est que votre ordinateur bloque l'affichage de facebook sur les sites tiers), ou bien le module traditionnel du blog situé un peu plus bas.

6 Comments

  1. Geo de Grenoble

    13 janvier 2011 at 9:24

    Une remarque tout de même : il y a aujourd’hui un consensus scientifique pour dire que l’homéopathie ne fonctionne pas plus qu’un simple effet placébo.
    Il me semble donc que mettre de l’homéopathie dans une trousse 1er secours constitue une charge supplémentaire inutile. On peut obtenir des effets équivalents à l’homéopathie par de simples techniques de relaxation.
    source : http://www.pseudo-sciences.org/spip.php?article886

    • admin

      13 janvier 2011 at 11:13

      « Absorb what is useful »… à chacun de tester les effets des médecines tierces/douces sur soi et de juger de l’intérêt de l’homéopathie, des huiles essentielles, de la médecine chinoise, etc. seul le résultat (sur soi) compte 🙂 les sciences « exactes » ne sont hélas pas encore assez avancées pour pouvoir les suivre en fermant les yeux.

      Pour l’Arnica (plante connu pour son effet sur les coups), si la version homéopathique ne vous plait pas, il y a une version en gel à appliquer directement sur le coup qui marche pas mal aussi (mais ça prend un peu plus de place).

  2. kay

    14 janvier 2011 at 19:08

    Bonjour j’ai trouvé quelques anti venin de serpent sur http://www.asian-snake-wine.com mais je cherche toutes les autres sortes d’anti-venin pour une exposition scientifique merci pour votre aide.

  3. Indo

    14 janvier 2011 at 23:59

    Certes cette trousse est faite pour les ptis bobos. Mais avec l’adjonction de 4 items, on peut doter cette trousse d’un aspect « secourisme ».

    – une couverture de survie
    – un pansement hémostatique (stoppe les saignements, ralentit les hémorragies)
    – des gants en latex
    – un protection pour faire du bouche à bouche sans attraper l’herpès (hypothétique) du secouru (et euh, vis versa).

    C’est pas lourd, c’est pas volumineux et même si vous n’êtes pas secouriste, si vous vous trouvez dans une situation avec blessés, ils se peut que vous soyez en présence de secouristes non équipés. Voiloup.

  4. Indo

    15 janvier 2011 at 0:00

    Ah j’oubliais, je ne sais si la chine est infestée de moustiques, mais un petit flacon d’huile essentielle de géranium permet de ne pas se faire bouffer la nuit.

  5. Indo

    15 janvier 2011 at 0:06

    J’attends avec impatience votre article sur les produits Quicklot (apparemment un excellent produit pour panser les plaies ?). (toujours dans une optique de secourisme plus que l’aspect trousse à pharmacie de voyage/sport … qui est tout a fait pertinente en voyage, ne faites pas dire ce que je ne dis pas hein =)

Laisser un commentaire