Concealed carry… ne pas se fier aux apparences

10 commentaires

Le « Concealed Carry » désigne aux Etats-Unis, le port caché d’arme (à feu). Certains Etats prohibent le port d’armes à feu (ex. Californie), d’autres l’autorisent en port apparent (ex. Texas) et d’autres en « Concealed Carry » (ex. Washington). Du coup, les fabricants américains ont développés de nombreux systèmes de ports d’armes à feu qui dissimulent très efficacement l’arme sous un vêtement.

concealed-carry
Voici une photo de votre serviteur pendant un séjour dans l’Etat du Washington (« Concealed Carry » autorisé). Pour rappel, un tel port est bien évidemment totalement interdit en France/Europe.

En testant différentes formes de port, j’ai pu vraiment mesurer :
– la variété de systèmes de ports discrets et leur efficacité (ici par exemple un holster intérieur Bianchi en cuir lisse pour limiter le frottement avec l’arme déjà suffisamment comprimée par le pantalon)
– l’absence généralisée d’attention portée aux détails (personne ne vous « capte », même quand un bout de crosse se dessine sous un vêtement)

Même dans une tenue très civile/minimaliste, simplement un jean & un polo, un individu peut dissimuler une panoplie d’armes conséquente. Cela renforce deux règles fondamentales de la sécurité personnelle :
– ne jamais se fier aux apparences (autrement dit, « assumptions are the mother of all the fuck-ups »)
– porter attention aux détails

COMMENTAIRES RESEAUX SOCIAUX

Pour commenter cet article, vous pouvez soit utiliser le module réseaux sociaux ci-dessous (s'il ne s'affiche pas c'est que votre ordinateur bloque l'affichage de facebook sur les sites tiers), ou bien le module traditionnel du blog situé un peu plus bas.

10 Comments

  1. Killy

    24 août 2010 at 11:53

    Pour ma part j’étudie l’emploi d’armes blanches en contexte urbain et juridiquement restreint.

    Conclusions (provisoires).

    Sans entrer dans l’emploi d’outil et d’objets détournés de leur emploi initial (tournevis, tire bouchons etc.).

    Les pliants sont à exclure: en cas de nécessité de réaction rapide, l’acte de déplier la lame fait perdre trop de temps.

    Les lames fixes présentent l’inconvénient d’un encombrement important du fait de l’ensemble manche + lame.

    Les push daggers, avec leur manche en forme de « T » réduisent considérablement l’encombrement. Par exemple, le safe keeper II de chez cold steel, imposant double tranchant spear point, possède une lame de 10 cm pour une longueur totale de 14cm. Il existe évidement des push daggers plus petits.

    La forme en « T » du manche et les étuis modernes en Kydex permettent un port horizontal de lame tout en permettant une préhension ferme et définitive avant extraction. On peut très rapidement effectuer un dégainer-frapper avec ce système.

    L’ensemble est totalement invisible sous un t shirt et ne gène en rien les mouvement car les 14cm sont situés dans l’axe de l’articulation et non en travers.

    Un conseil pour les forces de l’ordre: un push dagger est une arme blanche rapide d’estoc au pouvoir de pénétration très très important sur une allonge maximale (coup de poing). Vos gilets pare balles ne résistent pas aux coups d’estoc des armes blanches. Qu’en est il des inserts pare couteaux ?

  2. Bernard

    24 août 2010 at 16:15

    Effectivement, c’est impressionnant. Je m’en vais partager cet article avec mes collègues de boulot…

  3. admin

    24 août 2010 at 18:31

    Et pas de retouche photo pour masquer les formes de l’arme sur le polo, promis. Je me suis surpris moi-même dans une glace à me dire « ben on voit rien ». Heureusement pour toi, en France, ces cas de port doivent être bien moins courants qu’au pays des cow-boys.

  4. Alcaeus

    24 août 2010 at 19:14

    Il serait intéressant de faire un article qui détaillerait la plupart des objets que l’on peut cacher sur soi (push-daggers, holsters « low-profile », mini lampes, etc…)

  5. admin

    25 août 2010 at 0:57

    Hormis le fait que c’est irréalisable en 1 article (il faudrait 1 bouquin), je ne vois pas l’intérêt.

    L’objectif est dans ce blog de sensibiliser les lecteurs à la sécurité personnelle, et les aider à mieux se protéger (e.g. ici démontrer qu’un individu au look basique peut détenir une arme aussi grosse qu’un pistolet automatique sans que cela saute aux yeux… en étant conscient de cela, on limite les préjugés genre « bah non, lui il est pas armé, regarde comment il est fringué » et les surprises ; et en s’exerçant à regarder les détails vestimentaires et de « tenue du corps », on apprend à deviner des armes cachées).

    Lister des armes que l’on peut cacher sur soi aurait, j’ai peur, l’effet inverse de ne pas contribuer à la sécurité de chacun mais d’inciter les personnes dangereuses en manque de créativité à dissimuler de nouveaux types d’armes :-S

  6. chris

    25 août 2010 at 15:30

    Bjr,

    Je vais encore inclure mon grain de sel 😉

    Sachant que moultes objets usuels & légaux peuvent être détournés de leurs premiers usages en vue d’en constituer une arme.

    Il vaut mieux partir du fait que toute personne peut porter sur soi un tel objet détourné, il me semble non?

    Surtout par les temps qui courent.

    @+

  7. admin

    25 août 2010 at 17:54

    Ton grain de sel est tjs bienvenue =)

    Tu as raison, on peut partir du fait que tout le monde peut avoir sur lui (ou même dans son environnement proche), un objet légal qui peut se transformer en arme.

    Mais là je vais plus loin, je dis qu’il n’est pas du tout irréaliste de pouvoir avoir un gars en face de soi avec un Glock, objet gros et globalement plus létal que tout objet usuel.

    Après, et encore une fois comme expliqué en intro de Protegor, le but n’est pas du tout de nous rendre parano « ahhh tout le monde peut porter un Glock sur soi »… je propose juste d’éviter de penser le contraire (ie éviter de penser qu’il est impossible de tomber sur un mec en polo avec un Glock dans le pantalon « naaaan c pas possible, c’est dans les films »). Quelque soit le pays où l’on est / voyage.

    a+

  8. chris

    26 août 2010 at 9:08

    Bjr,

    Travaillant & vivant avec les chiens depuis pas mal d’années, je les préfère bien souvent à mes semblables:

    -francs, directs

    -sans aucun vice ni embrouille

    Quant une personne plus ou moins hostile, j’essaie de me méfier et de garder un angle plus difficile pour elle à l’attaque.

    Puis en dernier, je garde confiance à ma « petite lumière interne » qui se met au rouge quand une e**erde se profile…

    Merci à toi @dmin.

  9. Aurélien Pinard

    26 août 2010 at 23:14

    Bonjour !

    En protection personnelle il y a une seule règle à mon sens qui est la plus importante et à retenir, « c’est de ne jamais se fiers aux apparences quoiqu’il arrive »

    Pour tout individus même les plus sain et a qui on l’imagine pas peut dissimuler une arme létale sur soi, petit flash back dans l’enfance… qui n’a jamais essayer de dissimuler un paquet de bonbons dans ses poches ou manteau sans être pris ?, pour en revenir sur les individus qui dissimules des armes létales nous sommes pas programmés pour savoir que cet individu peut dissimuler une arme dans son pantalon.

    Mais le corps réagit aux anomalies et le retranscrit sur le corps de l’individu par des tensions musculaire, une marche anormale, respiration anormale ou rapide, individu stressé,etc… pleins d’anomalies comportementales qui peuvent être aperçues ou être senti par les personnes !

    à bientôt !
    Aurélien

  10. Samir CARTIER

    28 juin 2012 at 12:39

    En cas de dog fight, une ceinture tout à fait banale peut se révéler une excellente arme et la boucle (de préférence en métal) peut faire pas mal de dégâts (étranglement, fouet, enroulée autour du poing)… à condition de savoir l’utiliser. Les ceintures Triplex sont un parfait exemple d’arme possible à partir d’un accessoire vestimentaire. Evidemment il vaut mieux ne pas perdre son pantalon au cours de la bagarre ! 🙂

Laisser un commentaire