Vêtements pare-balles pour « tous »

Commentaire

spycatcher-bulletproof-jackAujourd’hui, porter un gilet pare-balles est encore réservé à certains professionnels, et reste relativement visible.

En France, à première vue, il n’y a pas véritablement de raisons pour un particulier de se promener avec un gilet pare-balles dans la rue (voire même, cela pourrait paraître suspect). Et pourtant, il peut y avoir certaines situations pour un francophone sur cette planète de se poser la question du port d’un tel gilet : une personne qui a reçu des menaces, un expatrié dans un pays « chaud », etc.

L’intérêt est bien évidemment de se protéger, tant que faire se peut, des balles mais aussi des coups de couteaux (sachant encore une fois que pour contrer un bon coups d’estoc, cela ne suffira pas toujours).

Sans entrer dans le détail des classifications de gilets (se reporter à l’ouvrage Protegor), il faut viser :
– soit un gilet dit de type classe IIIA, qui protège d’une bonne partie des munitions d’armes de poing,
– soit un gilet dit de type classe IV, avec des plaques dures, pour protéger des munitions plus pénétrantes (e.g. fusils d’assaut).

Les modèles de ce type qui puissent être portés sans attirer l’attention sur soi sont rares… et souvent d’une esthétique très relative. Nous n’avons trouvé que 2 modèles conjuguant un bon niveau de protection et une esthétique correcte :
– le Black Weatherproof Disguised Bullet/Stab-proof Jacket de la marque anglaise SpyCatcher of Knightbridge (en photo)
– le Civil Jacket de la marque Bulgare Mars Armor (beaucoup plus compliquée à se procurer que le précédent)

A noter que les deux modèles sont en classe IIIA et proposent un système « anti-stab » pour limiter l’efficacité des coups d’estoc. Leur coût est encore élevé (dans les 1000EUR) car la demande reste faible… après tout est question de « risk management » ! 🙂

Commentaire

  1. Pingback: Shield Wall, plaque balistique pour sac à dos – PROTEGOR® sécurité personnelle, self défense & survie urbaine

Laisser un commentaire