Survie UrbaineSécurité en voyage

TSA, Transportation Security Administration


Ceux qui ont déjà voyagé aux Etats-Unis connaissent la TSA, la police en charge de la sécurité dans les transports. On retrouve d’ailleurs le logo « TSA » sur certains articles de voyages, par exemple des cadenas qui peuvent être ouverts par une clé spéciale (détenue en théorie que par les agents de la TSA…).

La TSA tient son blog où elle poste les différents objets dangereux qu’elle a été amenée à confisquer.

Ces objets sont visibles sur le compte Instagram de la TSA.

On y trouve certains objets vus sur ce blog (le couteau Iain Sinclair par exemple sur la photo ci-dessus), et parfois des créations assez uniques. Bon surf, soyez aware de la complexité de protéger un avion, émerveillez-vous de la créativité de certains, et ne portez rien de tout ça sur vous quand vous voyagez en avion.

Merci à Emmanuel pour l’info


Survie UrbaineSécurité en voyage

Sécuriser sa chambre d’hôtel

Bloquer la porte de sa chambre d’hôtel mécaniquement, utiliser l’entrebâilleur, utiliser le LifeLock, identifier les issues de secours, se servir du coffre fort de la chambre, sécuriser ses objets avec un sac Pacsafe… à voir dans la vidéo !


Sécurité Personnelle

Gestion des conflits & self-défense… on en revient à « connais-toi toi même »

Connaissez-vous votre style dominant en résolution de conflits ?

Pourtant, je suis certain que vous savez si vous êtes meilleur dans une confrontation au sol ou debout. A titre d’exemple, si de nature, je suis un style de personne orientée agressif, ma réponse risque d’être excessive par rapport à la situation, je vais chercher à blesser verbalement mon interlocuteur, je vise la personne. Par contre, si je suis son opposé, mon laisser-aller générera encore plus de frustration lors d’une crise relationnelle.

Dans tous les cas, ces styles de résolutions sont guidés par des réactions primitives de notre cerveau, ce qui induit souvent des décisions lourdes de conséquences et allant même, parfois, au-delà de l’antagonisme lui-même. Ainsi, toute personne allant à contre-sens de nos opinions, de notre vision du monde, pourra et sera certainement perçu comme un ennemi potentiel.

Nous nous laisserons guider par nos automatismes comportementaux. Notre vigilance et nos capacités longuement acquises au cours de nos entraînements de self-défense feront surface. Une part émotionnelle nous envahira pour traiter l’ami dont je n’ai pas aimé la remarque comme un danger, une menace potentielle générant, ipso facto, une éventuelle situation de violence ; l’objet réel du conflit sera oublié…

Il paraît donc nécessaire de maîtriser ces facettes de sa personnalité, les comprendre, les analyser et les maîtriser. Nous revenons à la phase essentielle de tout pratiquant : sais-tu vraiment qui tu es ? Si vous ne savez pas si vous êtes meilleur au sol ou debout, vous pouvez certainement améliorer votre pratique ; si vous ne maîtrisez pas – encore – vos réactions par rapport aux situations conflictuelles, vous pourrez aussi progresser. Alors, créez-vous un arsenal complet pour faire face aux interactions complexes ; de l’échange difficile avec son épouse à la confrontation avec des collègues sur des divergences d’opinions, en passant par le prédateur qui tentera de vous voler votre portefeuille, sachez analyser, comprendre, prendre du recul… pour pouvoir réagir & embrasser l’ensemble de ces situations et travailler afin qu’elles ne restent pas sans réponse.

Merci à Olivier Maillot de face-au-conflit pour ce billet et d’intervenir sur le blog Protegor


Sécurité PersonnelleProtection du domicile

5 clés contre les voleurs, fraudes à la carte bancaire & dématérialisation

Je ne suis pas un inconditionnel de la presse gratuite que je consomme principalement dans les transports en commun & que la 3G n’est pas disponible… la semaine dernière ce fut le cas, et je suis tombé sur plusieurs articles très « sécurité ». Je ne sais pas si c’est une recrudescence du sujet dans les médias, ou bien juste l’effet vacances, en tous cas, j’ai relevé :

- Dans Direct Matin du 3/7 (page 10), les 5 clés contre les voleurs :
1 – Compter sur ses voisins ou sur les autorités (mouais, je l’aurai pas mis en premier)
2 – Bien protéger son habitation contre les intrusions (oui !)
3 – Donner l’impression que la maison est habitée (mouais, un vieux classique qui marche moyen, vu que les voleurs repèrent)
4 – Ne pas donner de coup de pouce aux voleurs
5 – Ne pas prévenir la terre entière de son séjour (ce qui pour moi revient au point précédent)
… bon évidemment il manque beaucoup de choses et on est dans de la vulgarisation de base là, mais c’est bien que les journaux le fassent. Moi j’aurais aussi mis de réduire le nombre de choses à voler, de sécuriser certains objets au moyen de coffres & caches (et câbles/sacs de sécurité), et d’avoir une bonne assurance.

- Dans ce même journal, page suivante, un article souligne la recrudescence des fraudes à la CB (« 5 ans de hausse non-stop ») basé sur cette étude de l’Observatoire de la Sécurité des Cartes de Paiement ; voici d’ailleurs leurs conseils

- Dans 20Minutes du 4/7 (page 17), un bon conseil sur la dématérialisation de vos factures et « profiter d’un déménagement pour remettre en ordre la paperasse accumulée »

Bonnes lectures !


Self-DéfenseEntraînement personnel

Canne de défense

La canne de défense, à ne pas confondre avec la canne de combat (ou canne sportive), est un art martial ancien. N’oublions pas que le bâton fut la première arme de l’homme, la canne est tout comme le bâton une arme simple mais qui, lorsqu’elle est bien « servie » se révèle être d’une redoutable efficacité.

Un peu d’histoire s’impose avant toute chose. Dans l’histoire de France récente la canne et son enseignement en tant qu’art de combat refont leur apparition à l’issue des guerres napoléoniennes. En effet , nombre d’officiers français furent interdits du port du sabre suite à la défaite de l’armée française. Ils trouvèrent dans le port de la canne un moyen de contourner la loi tout en pouvant provoquer le cas échéant leurs ennemis. Plus récemment dans le vieux Paris on retrouve le port très répandu de la canne chez le Parisien désireux de repousser les attaques des Apaches. Les Apaches étaient des voyous passés maîtres dans l’art de détrousser le bourgeois et ayant de forts penchants pour les armes blanches. Si le « look » des hommes de l’époque parait désuet les bagarres de l’époque étaient d’une rare violence.

Tombée en désuétude, victime de son manque « d’exotisme » face aux arts martiaux extra-européens, la canne renaît pourtant aujourd’hui de ses cendres un peu partout dans l’hexagone. Nous avons rencontré sur Paris Philippe Choisy (instructeur de canne) et quelques-uns de ses élèves afin d’en savoir plus sur le sujet. La canne a-t-elle encore sa place aujourd’hui comme art de combat et plus généralement comme arme de défense ? Eléments de réponses.

Tout d’abord, il faut rappeler que contrairement aux bombes lacrymogènes et autres bâtons télescopiques la canne n’est pas interdite de port en France à condition que ses deux extrémités ne soient pas ferrées. Le parallèle est cependant pertinent entre canne et bâton télescopique. En effet, qui maîtrise parfaitement la canne retrouvera les mêmes sensations et les mêmes possibilités avec un bâton télescopique, le changement de longueur nécessite simplement un drill régulier.

Le drill est précisément le propre de la canne de défense, répéter encore et encore les différentes possibilités de parade et de ripostes afin que la canne devienne littéralement le prolongement naturel du bras. Nous avons été surpris par la fluidité de ces « cannistes » et du pragmatisme des techniques. Nous avons constaté, de par l’âge des pratiquants (14 à 65 ans) et le sexe (cours mixte), qu’une canne bien servie permet à chacun de rétablir un rapport de force équitable. En effet un bon canniste de 65 kg peut grâce à sa maîtrise de la canne aisément neutraliser un homme de 40 kg de plus.

Parmi les différentes techniques abordées lors de notre passage nous avons retenu la redoutable efficacité de l’estoc avec canne. Les possibilités paraissent infinies et la douleur que provoque un estoc bien placé peut véritablement mettre fin au combat et donc à l’agression. Encore une fois, un parallèle pertinent peut être fait avec un parapluie de grande taille, un parapluie suffisamment solide offre des possibilités en coup d’estoc redoutables avec un port absolument légal. 

Merci à Steve & Philippe pour l’article.

Pour les habitants de la région parisienne désirant s’essayer à la canne, vous pouvez joindre Philippe Choisy par mail (p.choisy@yahoo.fr).


Survivalist, Living Ready, Home Defense, Recoil… mes dernières lectures américaines

J’ai passé une semaine aux Etats-Unis le mois dernier, et à mon habitude, je suis passé dans quelques kiosques à journaux (et Barnes & Nobles) pour voir ce que je pouvais de trouver de nouveau en termes de magazines.

J’ai repris Recoil qui est vraiment mon mag préféré sur la forme (graphisme), et le scope éditorial (de l’équipement au sens large, des couteaux aux armes à feu, en passant par les 4×4 & EDC). On y découvre par exemple, bdstacticalgear.com, les montres Christopher Ward, les holsters blade-tech, blue force gear, le stylo lampe brite-strike.com, le stylo defcongear.com, etc. etc. etc.

Home Defense est peut être le plus orienté sécurité personnelle, c’est un hors-série annuel de Gun Buyer’s… la couverture est faite cette fois-ci sur un fusil à 3 canons, et Michael Janich signe un bon paquet des articles.

Et puis ce coup-ci, je suis tombé sur 2 magazines survivalistes :
- Survivalist, dont ce numéro (9) évoque les émeutes, la protection du domicile, la production de nourriture en zone urbaine, les bug-out vehicles, devenir un « homme gris », le camouflage, etc. etc.
- LivingReady, dont ce numéro (3) évoque les 50 choses à avoir en cas de catastrophes, le vélo de back-up, la purification d’eau, le stockage des munitions, …


11 000 lecteurs

Envie de vous parler aussi en vidéos… je commence par un « merci » aux 11 000 lecteurs du guide (et soyez indulgents, c’est la première :) ) !


Sécurité PersonnelleMatériels & équipements

Tablettes, téléphones… et batteries

En sécurité personnelle, le téléphone (smartphone, rugged phone, ou simple téléphone basique… selon les écoles) tient un rôle important puisque c’est l’outil qui permet d’avertir.

J’ai une vieille voiture, et quand je pars pour un long trajet avec (et même pour les courts d’ailleurs), je veille toujours à avoir un téléphone chargé (et le numéro d’assistance pas loin). D’ailleurs j’ai installé un autoradio moderne avec une prise qui permet de recharger mon téléphone, ce qui depuis m’a détendu sur la crainte de me retrouver coincé en panne sans autonomie téléphonique :/

Autre exemple où je n’aime pas prendre un risque d’absence de téléphonie : les voyages à l’étranger. Bon encore faut-il avoir quelqu’un à appeler sur place. Numéros d’urgence, de l’entreprise de location de voiture, de l’hôtel, d’amis… j’ai toujours une batterie de numéros stockés. Et puis surtout, puisque j’ai un smartphone, il n’y a pas que la fonction téléphone qui peut me sortir d’un mauvais pas, il y a aussi Google Map et toutes les applications de localisation & d’assistance « géographique » / GPS.

En résumé, je n’aime pas ne pas avoir un téléphone opérationnel. Et la conséquence c’est que je me déplace en général avec plusieurs accessoires de recharge : cordon de rechargement via USB, cordon de rechargement via prise de courant, multiprise internationale avec prise USB, et batterie de secours chargée pour le téléphone.

Exemples de quelques accessoires sur une photo prise il y a peu en dépackant mes affaires de retour d’un déplacement :
- en fond (noir), un sac de sécurité (qui permet de sécuriser certains bien en déplacement) que je vous présenterai prochainement en détail
- une housse Intelligent Armour pour tablette, super pratique, imperméable & moltonnée (à la base pour un iPad mais que j’utilise aussi parfois comme housse protectrice générique en voyage, la matière est agréable)
- une multiprise internationale avec port USB « Lifetrons » (trouvée chez Air France)
- un cordon de recharge (variable d’un téléphone à l’autre), avec son embout « USB / prise secteur »
- une batterie de secours PowerTube MP EXTRA qui avec plusieurs embouts permet de recharger des accessoires très différents (achat d’il y a 3 mois environ qui me suit partout et est bien utile pour les fins de journées très télécommunicantes)


Self-DéfenseEntraînement personnel

Survie UrbaineUrgence & premiers secours

Baume du Tigre & Salonpas

Connu par de nombreux sportifs pratiquants de sports de contact, le baume du tigre offre un bon moyen d’apaiser toutes douleurs musculaires liées aux chocs et autres contusions.

Originaire de Chine, il aurait été conçu dans les années 1870 par un herboriste du nom d’Aw Chu Kin en Birmanie, puis amélioré et commercialisé par ses fils. Et, depuis 1926, il est conçu et commercialisé par le même distributeur, à Singapour.

Son odeur forte et bien connue se retrouve dans toutes les salles de sports à travers le monde.

Dans la gamme des « Baumes du Tigre », on peut trouver différents produits, liés à leur dosage de produits actifs :
- Le baume du tigre blanc (idéal pour les maux de têtes, et les gênes respiratoires en période hivernale)
- Le baume du tigre rouge (le produit le plus puissant, parfait pour les contusions et autres chocs musculaires)
- Le baume du tigre soft (un produit léger pour maintenir en « condition » les muscles endoloris)
- Le baume du tigre « liniment », sous forme liquide, c’est une huile qui permet de chauffer les muscles avant l’effort.

Il n’est pas toujours évident de trouver ce produit sous sa forme « originale », il est souvent copié, pas toujours égalé. Une option est de se rendre dans les pharmacies/herboristeries des quartiers chinois des grandes villes (en France, le 13e arrondissement de Paris). Le pot d’une douzaine de grammes y coûte aux alentours des 3 ou 4 euros.

Pendant que vous passerez par ces échoppes, je ne peux que vous inviter à découvrir les patchs SALONPAS. Egalement issus de la pharmacopée asiatique, ils reprennent le principe du baume du tigre, mais sous forme de patchs à disposer sur la zone douloureuse.

Pour conclure, ces différents produits sont parfaits à l’issue d’une séance de sport intense, ou de chocs répétés sur une même zone, même si évidemment, ils ne remplacent pas un échauffement efficace en début de séance pour éviter d’avoir les douleurs. Mais bon, son odeur incomparable, suffit parfois à réconforter les plus aguerris…

Kevin B. sapeur pompier militaire


Self-DéfenseRencontre avec un expert

Arts martiaux traditionnels & self-défense… divergence ou convergence ?

De plus en plus, on observe des courants très différents dans les arts martiaux & sports de combat :
- le courant de la compétition sportive, avec le dépassement de soi, la fixation d’objectifs personnels, la progression très poussée sur un set de techniques bien réglementées… c’est le courant de plus en plus d’arts martiaux anciennement traditionnels & qui se modernisent, c’est aussi le courant des sports de ring et du MMA
- le courant de la self-défense pure, qui n’aime pas la compétition de combat puisque par définition elle élimine les techniques les plus dangereuses de l’arsenal d’une discipline (au nom légitime de la sécurité du pratiquant), et qui développe donc une forme d’entraînement différente, avec des mises en situation, une recherche constante d’efficacité et un objectif de survie plus que celui de victoire au combat
- le courant des arts martiaux traditionnels, qui s’attachent aux formes techniques originelles d’une discipline, à la recherche des découvertes & enseignements des maîtres ; c’est aussi le courant qui permet d’aller plus loin dans la pratique, vers le développement personnel (bien au delà du combat), l’efficacité personnelle, la gestion du stress, la santé, le bien-être, l’ouverture à des cultures différentes, etc.

On reproche souvent au dernier courant (de ma liste) de s’éloigner de la réalité du combat et de l’efficacité pragmatique en cas d’agression. Et c’est en réalité en effet parfois le cas : pratiquer certains kata/taolu/poomse/form… ne contribue que très peu à développer son propre enchaînement efficace en cas d’agression. Ça développe autre chose (maîtrise de son corps, de ses techniques, notion de perfectionnement, d’esthétique corporelle, entretien de la condition physique, etc.).

Mais quand on rencontre des gradés de disciplines traditionnelles qui essaient de rattacher leur pratique à la gestion des conflits et aux agressions, on se dit que l’on aimerait voir beaucoup plus de liens comme ça qui se développent entre les courants cités plus haut.

L’exemple auquel je pense est un article sur Ellis Amdur qui pousse la réflexion vers des sujets finalement très proches des réflexions que nous pouvons avoir autour de la « sécurité personnelle » : les conflits, l’agression, le contexte de l’agression, la peur, la gestion de la peur, la peur de la mort, etc.

Bonne lecture & bons visionnages de vidéos ! 

Merci à Xavier Letertre pour le lien, et indirectement bien sûr à Guillaume Erard, l’auteur de l’article mentionné !


Sécurité PersonnelleMatériels & équipements

Veste réversible à haute visibilité

La veste « Reversible High Vis Duty Jacket » de 5.11 est une veste qui ne manque pas de visibilité.

Une question qui m’a souvent trotté en tête était, comment allier discrétion et visibilité.
Lors de mes déplacement sur Paris, j’utilise régulièrement le vélib’, parfois, à des heures tardives. Jusque maintenant, ma gamme vestimentaire avait plutôt tendance à chercher à se fondre dans la masse, à être discrète. L’inconvénient dans ce cas, était le fait justement de se rendre voyant lors de mes déplacements en vélo, pour une question de sécurité.
Cette veste apporta donc la réponse à ma quête.

Alliant la discrétion d’une veste « civile » à un gilet de haute visibilité, elle trouve parfaitement sa place dans ma penderie. Son « secret », elle est réversible. En dotation dans certains états américains auprès des polices de la route, elle peut remplir sa mission auprès des cyclistes français, où des personnes désireuses de posséder sur soi un vêtement de haute-visibilité (déplacement en véhicule, voyages à l’étranger, croisières, …).

L’inconvénient vient de sa disponibilité en France. Cette veste possède la norme américaine ANSI/ISEA 107-2010 Class II Certified, non reconnue en France. Mais, après un avis, en vous rapprochant des revendeurs Mp-Sec France / Terräng, il peut être arrangé des commandes spécifiques à la demande.

Avec l’apparence d’un simple coupe-vent, elle protège parfaitement des averses et autres aléas de la météo.

Notez que cette veste est taillée haute sur les hanches, ceci, afin de libérer l’accès à l’armement et aux matériels fixés à la ceinture (pour rappel, il s’agit d’une veste d’uniforme de la police de la route américaine).

Kévin B., sapeur pompier militaire


Survie UrbaineUrgence & premiers secours

Stage de « secours opérationnel » le 9 (et 23) juin

Le 9 juin se tient un stage TCCC (voir détails sur le flyer joint). Un autre stage, au nombre de places plus restreint est aussi prévu le 23 juin. Pour plus d’infos, contactez TCCC France directement par email.