Archive pour la catégorie Conseils & astuces

Sécurité PersonnelleConseils & astuces

Changez de wagon !

Changer de wagon, dans le métro, le RER… c’est pénible, fatigant, on risque de perdre sa place assise, et puis on a l’impression de passer pour un imbécile, quelqu’un de bizarre, de louche, ou de parano.

Et alors ?

Si, dans un wagon, vous sentez une atmosphère bizarre (*), ou bien identifiez un individu au comportement spécial qui vous fait penser qu’il pourrait décider de vous importuner IL FAUT CHANGER DE WAGON, et laisser ceux qui veulent nourrir leur ego ou bien continuer à se conduire en victime, prendre les risques.

Le « changez de wagon » vaut aussi pour « changez de place ».

(*) lorsqu’un individu a agressé une personne ou tenu un comportement inhabituel dans une rame de métro juste avant que vous n’entriez ou sans que vous n’en soyez témoin, cela crée généralement une tension parmi les personnes présentes. Cette tension est parfois encore palpable, décelable… de la peur sur les visages, ou de l’exaspération, une vigilance inhabituelle des personnes présentes, et surtout des regards dirigés vers l’endroit où le danger est.

Pour bien comprendre ce qui peut nous empêcher de bouger à l’approche d’un danger potentiel, et notamment dans le cas des transports en commun, faisons le point sur les raisons qui peuvent motiver à ne pas « changer de place/wagon » :
- ne pas avoir décelé le danger (manque de vigilance, pas de sensibilité /état d’esprit « sécurité personnelle »)
- la « flemme » (« oh non, c’est bon, je suis bien assis »)
- l’ego (« je ne vais pas perdre ma place à cause de ce type »)
- la peur (« si je bouge, je vais devenir la victime »)
- un obstacle physique (« il me bloque le passage »)

Vous en voyez d’autres ?


Sécurité PersonnelleConseils & astuces

#safedanslarue ?

Le hashtag (*) #safedanslarue est un des sujets du moment sur Twitter, listant des témoignages & des conseils pour les femmes souhaitant être en sécurité dans la rue. Cela montre le besoin pour les femmes de s’exprimer sur cette problématique au coeur du quotidien… une problématique d’ailleurs souvent peu discutée ouvertement par beaucoup car elle fait envisager les cas d’agressions (de viols, de vols, de violences) et qu’il est tellement plus confortable de ne jamais y penser (la fameuse technique de l’autruche :) ).

(*) hashtag = mot clé placé dans un tweet pour que le message puisse être identifié comme lié à une thématique (et donc créer ainsi l’équivalent d’un sujet de discussion)

Les médias ayant repris la thématique, le hashtag est un peu pollué par des messages non liés directement à la sécurité personnelle, mais on y trouve tout de même pas mal de choses intéressantes (ça tourne quand même beaucoup autour de la thématique « apparence physique »… pas forcément « ne pas ressembler à une victime » (**), mais « ne pas donner l’impression d’être désirable ou provoquante ») et des mauvais conseils aussi (**).

Extraits :
- Pour être #safedanslarue, je ne m’habille pas féminin. Du tout. J’évite les regards et je fonce tête baissée quand j’entends des insultes.
- Pour être #safedanslarue je fais semblant d’être au tel et je dis « t’es où chéri ? Moi je ne te vois pas. C’était bien ton match de rugby ? »
- Pour être #safedanslarue je ne sors pas #GeekKnowsBest
- C’est pour ça que quand je sors, j’essaye de devenir inexistante. Pour que ce ne soit pas ma faute. #safedanslarue
- Pr être #safedanslarue , mes parents m’interdisaient de rentrer tard le soir alors que mes frères rentraient quand ils voulaient.
- Baisser les yeux par réflexe quand on croise un groupe de mecs, se préparer psychologiquement aux remarques.#SafeDansLaRue
- Je regarde souvent les reflets dans les vitrines/vitres pour voir s’il y a quelqu’un derrière moi le soir. #SafeDansLaRue
- Quand je pense qu’un mec me suit, je m’arrête pour faire un truc du genre je matte mon portable pour qu’il me dépasse. #safedanslarue
- C’est quand même dingue de devoir être vigilente en permanence comme ça. Et le pire, c’est que beaucoup trouve ça normal. #SafeDansLaRue
- Le pire, c’est le mansplaining : on t’explique que non, ça ne sert à rien d’avoir peur, et arrête de faire ta gamine. #safedanslarue
- Pour être #safedanslarue, je baisse le son du casque quand je suis seule pour entendre si quelqu’un se rapproche.
- Pour être #safedanslarue je me suis interdit de sortir le soir et finalement c’est à 16h30 en plein jour que je me suis fait agresser.
- Pour etre #safedanslarue, je fais parfois mine d etre au telephone quand je passe devant un groupe de mecs.
- Pour etre #safedanslarue je garde mes écouteurs pour avoir l’air occupée mais j’éteins la musique pour détecter si quelqu’un approche.
- Pour être #safedanslarue je me déguise en mec quand je sens que je ne suis pas « crédible en femme »
- Pour être #safedanslarue je ne montre jamais que je cherche mon chemin, même quand je suis perdue
- Pour être #safedanslarue j’évite de sortir trop tard le soir, ou je demande à des ami(e)s de m’accompagner.
- Pour être #safedanslarue j’ai toujours un regard déterminé, même quand je me trompe de route je fais semblant que je gère la situation.
- Pr être #safedanslarue je ne fais pas d’eye contact avec les mecs. J’ai peur qu’ils pensent que c’est une invitation.
- Désolée de ne pas paraître assez avenante à votre goût, tout ça pour me sentir #safedanslarue. En fait non, je ne suis pas désolée.
- Pour être #safedanslarue, je mets des écouteurs, je regarde le sol, je marche en rasant les murs et le plus vite possible.
- Pour être #safedanslarue je mets mes écouteurs, je regarde personne, je prétends toujours savoir où je vais et ne pas avoir peur.
- Je fais une tête d’enterrement, aussi, je me referme complètement sur moi- même. D’ailleurs, on me le reproche parfois. #safedanslarue
- Pour être #safedanslarue je fais semblant de chercher quelque chose dans mon sac quand j’entends quelqu’un marcher derrière moi la nuit
- Pour être #safedanslarue quand des ouvriers me regardent passer, je fronce mes sourcils et leur lance un regard noir. J’ose pas faire plus.
- Pour être #safedanslarue, je mets mes écouteurs pour pas qu’on me parle, mais sans le son pour tout entendre autour. Et je regarde le sol.
- Marcher vite, pas fumer pour pas donner un prétexte, mettre qu’un écouteur pr entendre ce qui se passe #safedanslarue
- Pour etre #safedanslarue, les ecouteurs, jamais allumés mais sur les oreilles
- Pour être #safedanslarue Je marche vite, d’un pas qui se veut « assuré », j’évite de regarder les gens que je croise pour pas « provoquer »…
- Pour être #safedanslarue je marche le plus vite possible, je regarde par terre, j’essaye d’être invisible et de n’être pas remarquée.
- J’évite de me balader avec une bouteille d’alcool bien visible pour être #safedanslarue

(**) voir commentaire de Messmer ci-dessous. Eviter de regarder les gens (plutôt que regarder sans fixer), baisser la tête, marcher vite, sont autant de signes que « je suis une victime ».


Sécurité PersonnelleConseils & astuces

Survie UrbaineAide juridique

Comment réagir si l’on a tué son agresseur ?

Au détour d’un surf sur le site Reddit, je suis tombé sur une réponse à la question « que faire si je tue une personne en me défendant ? » que j’ai voulu partager avec vous, car elle est plutôt smart.

Je vous laisse la lire directement sur le site en anglais, et voici la traduction française :

1 – Appelez les secours. « Mon nom est [nom] and j’ai été attaqué à [l'endroit]. Mon agresseur a besoin d’une ambulance. J’ai besoin de [le surveiller / me protéger / me soigner], donc je vais devoir raccrocher. » Vous pouvez leur laisser confirmer la localisation de l’endroit, mais ne restez pas en ligne.

2 – Appelez votre avocat. Si vous n’avez pas déjà une carte dans votre portefeuille avec le nom & numéro de votre avocat (ou d’un avocat qui se spécialise dans la légitime défense), trouvez-en un aujourd’hui.

3 – Appelez votre famille. Dites-leur que vous avez été impliqué dans une situation de self-défense. Ne donnez pas de détails. Dites-leur de ne parler à PERSONNE sans qu’un avocat ne soit présent — cela inclut la police & les médias. Dites-leur de ne consentir à aucune enquête.

4 – Quand la sécurité le permet, et avant que la police n’arrive, rangez votre arme à feu dans son holster & gardez vos mains de sorte que les policiers puissent toujours les voir. S’il est risqué de ranger votre arme, vous devez bouger pour aller dans un endroit sécurisé.

5 – Taisez-vous. Quand la police arrivera, ils ne sauront pas ce qu’il se passe. Ils considéreront que tout le monde est dangereux jusqu’à ce qu’ils aient identifié qui a fait quoi. Dites votre nom et précisez quelle personne vous a attaqué. Montrez tout élément de preuve potentiel et témoins, puis dites aux policiers que vous allez attendre votre avocat avant de faire une déclaration ou signer un document.

6 – Maintenant, taisez-vous (si ce n’est répéter la dernière phrase au sujet de l’attente de votre avocat).

Alors bien sûr, cette « procédure » est très américaine, et se base sur une situation grave d’utilisation d’une arme à feu face à un agresseur, dans un pays où la légitime défense ne suit pas les mêmes règles que par chez nous.

Toutefois, la logique & chaque point de la démarche est applicable chez nous aussi : l’approche très carrée, le 1e point qui est l’appel direct des forces de l’ordre / des secours est bon et contribue à souligner de quel côté vous êtes, puis le point 2 qui consiste à toujours avoir un contact avec un avocat et son numéro sur soi (déjà évoqué dans Protegor, le livre) est clé. Le point 3 est très smart : cela évite qu’une personne de votre famille qui ne soit pas au courant de ce qu’il s’est passé, soit interrogé par un journaliste et lui explique en détail que vous adorez le paintball ou la chasse, ou que votre arrière-petit-cousin-germain-par-alliance a volé une poule (ce qui peut très vite, dans certaines têtes fonctionnant sur base de clichés & apriori, se transformer en un article qui manipulera l’opinion en votre défaveur). Etc.


Sécurité PersonnelleConseils & astuces

Sécurité des seniors – précautions élémentaires

Jean Malterre, le senior présent dans le guide PROTEGOR revient sur une série de précautions élémentaires de sécurité pour les retraités, « anciens », « expérimentés »… les fameux seniors. Au programme : sécurité de son domicile, sécurité au DAB, manifestations, ne pas avoir peur, vigilance, rester actif dans la cité !


Sécurité PersonnelleConseils & astuces

30% des bagarres de bar sont interrompues

Une étude récente publiée dans le magazine Agressive Behavior (article Third Party Involvement in Barroom Conflicts) et reprise aussi dans le journal University Herald, basée sur l’analyse de 860 bagarres qui ont eu lieu à Toronto en 2004 (on notera donc déjà le caractère « culturellement nord-américain » de l’étude… donc les résultats seraient sûrement sensiblement différent en France/Europe), et qui tire les conclusions suivantes :

- Les personnes témoins d’une bagarre de bar sont plus susceptibles d’intervenir pour tenter d’arrêter la bagarre, si la bagarre est très violente ou donne l’impression qu’elle peut devenir très violente

- 30% des bagarres sont généralement stoppées par l’intervention d’un tiers, notamment sur des bagarres homme contre homme

- si l’on zoom sur les incidents entre homme & femme, seulement 17% entraînent l’intervention d’un tiers ; l’interprétation des scientifiques sur cette statistique est que l’intervention est moindre car les témoins pensent qu’il y a peu de chance que l’agression devienne sévère/dangereuse (moi je me dis aussi qu’il y a un cliché social qui pousse à la non-intervention quand un couple s’engueule, car c’est considéré « affaire personnelle » avec risque que les deux se retournent contre le tiers… ce qui n’est pas le cas quand il n’y a pas d’amour en jeu)

- 65% des bagarres interrompues par un témoin, le sont généralement sans violence (paroles ou bien séparation physique sans coup échangé)

- Le taux d’intervention est plus élevé quand les belligérants apparaissent saoûls ou drogués

- Dans les années 60, d’autres scientifiques avaient identifié le « bystander effect », ou l’effet de non-intervention car on pense que quelqu’un d’autre va le faire. Il semblerait que l’étude actuelle montre que cet effet est notablement moins fort dans les cas de bagarres très violentes (ce qui rejoint le 1e point)

Vous, vous avez observé quoi dans les bagarres de bar ?

Merci à Joe Bereta & Elliott Morgan pour l’info


Sécurité PersonnelleConseils & astuces

Où s’asseoir ?

Petit jeu où il n’y a rien à gagner :)

Vous entrez dans un RER relativement vide, vous avez peu de stations et décidez de vous asseoir dans cette zone proche des portes de sortie (sur la gauche & droite du photographe de cette photo). Il n’y a pas de danger visible imminent, vous êtes en code couleur « Cooper » jaune. La porte au fond est la porte du sas qui sépare 2 wagons. Elle est fonctionnelle, parfois utilisée (mais très rarement… peu de gens s’amusent à passer d’un wagon à l’autre).

Quelle place choisissez-vous ? (et pourquoi ?)

11/05 15h, je viens de préciser la numérotation en incluant les « bis » (cf commentaires).
Pour référence, l’ancienne photo reste disponible ici.


Sécurité PersonnelleConseils & astuces

Vous dormez dans quelle tenue ?

Vous dormez dans quelle tenue ?

Ne voyez aucune perversion dans ma question, je me fous de savoir si vous êtes plutôt slip ou caleçon ;-)  la vraie question, c’est de savoir si vous dormez nu !

Une anecdote de lecteur (du cas vécu d’un bruit à l’étage inférieur, où il a du descendre voir en faisant un minimum de bruit, et que la tenue d’Adam n’a pas aidé) a ravivé chez moi cette vieille réflexion que je n’aimerais pas me retrouver nu face à un inconnu venu visiter mon domicile… se défendre nu est encore plus difficile. Cela tient au sentiment de vulnérabilité que la plupart d’entre nous avons quand on est dans le plus simple appareil.

J’ai déjà entendu dire que dans certaines écoles d’arts martiaux, à certains niveaux, il y avait un test de combat nu… vrai ou pas, je ne sais pas, en tous cas c’est un sujet difficile à gérer dans un club (imaginez les blagues…) & à entraîner, et donc faute d’entraînement, moi je préfère dormir vêtu un minimum, que ce soit face au risque d’une visite de voleur, ou bien dans le cas d’une fuite immédiate (incendie).

L’illustration est « Sleeping Man » de Irena Jablonski.
Merci à Thibault pour l’anecdote qui a inspiré ce billet. 


Sécurité PersonnelleConseils & astuces

Où se placer sur un quai de métro ?

Dans le guide Protegor est largement abordée la notion de positionnement (dans la rue, dans les transports, etc.), et sur le blog, plusieurs sujets connexes ont été évoqués (comme dégager les angles, utiliser les reflets, etc.).

Hier sur un quai de métro parisien, attendant patiemment une rame, j’ai analysé mon processus de décision de positionnement sur le quai. Ce processus est un mix entre sécurité personnelle & efficacité personnelle (penser aussi au positionnement à l’arrivée, tant pour la sécurité que pour minimiser la marche).

La démarche est présentée sur le schéma ci-dessus (cliquer dessus pour l’agrandir).
Les [choix Pn] sont des priorités.

A noter que les bornes d’appel sont le dernier recours en raison de leur position souvent éloignée des sorties (et je priorise le positionnement près d’une sortie pour fuir). Ces bornes présentent différents outils :
- un système d’appel à un agent (ne pas trop compter dessus pour éviter une agression, mais appuyer dessus en phase amont peut dissuader ou presser des agresseurs potentiels…)
- un système de coupure électrique à utiliser si une personne est descendue sur les voies
- une alarme incendie (que je n’hésiterais pas à déclencher en cas d’agression violente)
- un extincteur (idem)


Sécurité PersonnelleConseils & astuces

Oscar Pistorius, les risques de la sécurité personnelle ?

Pas réveillé, je trempe un croissant dans mon chocolat chaud en feuilletant le dernier numéro de TIME (celui du 11 mars 2013). L’article est sur Oscar Pistorius, cet athlète olympique sud-africain meurtrier de sa petite amie. L’article insiste lourdement sur le contexte Sud-Africain très particulier. Le pays est dans le Top10 mondial de la violence. Le home-jacking est très fréquent, terrorisant les plus riches, décuplant les forces de sécurité privées et encourageant la sécurisation des lotissements « riches ».

L’affaire n’est pas encore jugée et je ne cherche pas la vérité dans cette histoire. Je lis juste l’article du Time qui relate la déclaration d’Oscar Pistorius. Cette déclaration est peut-être vraie, peut-être fausse.

Oscar Pistorius vivait dans une résidence sécurisée, avec une arme de poing à portée de main de son lit. Pistorius indique qu’il a été réveillé en pleine nuit en sursaut par un bruit dans la salle de bains jouxtant sa chambre. Il a pris peur, il a pris son arme, il a tiré. Il a tué sa petite amie (qui était dans la salle de bains). Bizarre. On y croit ou on y croit pas. En tous cas, de cette histoire vraie ou pas, on peut avoir plusieurs réflexions :
- les règles #2 & #4 de sécurité avec une arme à feu n’ont pas été respectées, au sens où la cible n’a pas été clairement identifiée avant le tir, et que l’environnement & risques associés à ce tir n’ont pas été mesurés
- quand on est réveillé en sursaut au milieu de la nuit, on n’a pas les mêmes réflexes / réactions que dans un stand de tir ou une salle d’entraînement de self-défense ; il est donc nécessaire de trouver des façons d’entraîner / simuler ces états de conscience de « sursaut au réveil », « pas réveillé »,  »surprise passive »… dans sa préparation
- la sécurité personnelle peut parfois se retourner contre soi quand certaines principes de base ne sont pas respectés (ici, avoir identifié le danger avant d’agir)

Finalement, l’histoire d’Oscar Pistorius est une anecdote à avoir en tête dans sa préparation, et fait réfléchir à l’évaluation du « risque pour soi & ses proches » de la stratégie de défense du domicile que l’on choisit.


Sécurité PersonnelleConseils & astuces

Règles de sécurité en tir, version chinoise

Pour les sinophiles & binationaux et/ou ceux qui voudraient amener des sinophones dans un stand de tir, j’ai rajouté la traduction en chinois des fameuses Règles de Sécurité (dans le post même, en bas).


Sécurité PersonnelleConseils & astuces

Utiliser les reflets… ou l’Art de l’Observation Discrète

Il y a parfois des billets où je me dis, est-ce que je ne vais pas dire une évidence là ? J’avais eu ce feeling sur Ouvrir les angles. Et vu les feedbacks, j’avais eu raison de le faire. Voici donc une nouvelle évidence sur l’observation discrète.

Quand un individu stimule votre « protedar » (nouveau nom pour « radar personnel à dangers ») et vous invite à changer de niveau de vigilance, le premier réflexe à avoir est bien entendu de s’éloigner. Mais il y a des fois où l’on ne peut pas s’éloigner, et puis on ne peut pas non plus fuir à chaque fois qu’un individu « parait » potentiellement présenter un danger… Il convient donc de garder un oeil sur cet individu qui semble présenter un danger potentiel.

« Garder un oeil »… comment ?
La solution de fixer l’individu est évidemment à proscrire.  Certains pourraient dire que c’est lui montrer que l’on n’est pas une victime et lui faire comprendre qu’il doit se tenir à carreaux. #FAIL ! Bon, déjà faut-il pouvoir être plus prédateur que cette personne (que l’on ne connait pas), mais surtout, fixer quelqu’un présente finalement plus de danger de déclencher une agression de sa part (alors qu’il ne l’aurait peut être déclencher autrement). Autrement dit, c’est augmenter son risque d’agression.

La solution de jeter un oeil régulièrement sur l’individu (et vite changer de direction) est classiquement pratiquée. Effectuée habilement, ça passe. Mais on perd le contact visuel avec l’individu régulièrement.

La dernière solution est, vous l’avez compris, de profiter des reflets… et surveiller les différents reflets de l’individu dans les glaces environnantes permet souvent d’observer discrètement un tiers, de manière assez continue.

Dans les transports en commun, bus, métro, RER, trains… on a généralement 2 reflets (parfois plus) disponibles pour surveiller une personne, sur la fenêtre de gauche et sur la fenêtre de droite. Sur la photo, prise dans une rame récente du RER C, le revêtement plastique des parois est tellement brillant qu’il reflète lui aussi… l’individu (pris ici de dos pour des raisons pratiques) se reflète même au plafond !

C’est un bon entraînement, que je suis sûr déjà beaucoup d’entre vous font (ne serait-ce que sur certaines jolies demoiselles) dans les transports en commun que de regarder une personne par reflet pour ne pas être repéré. On peut se faire repérer (car beaucoup de gens font ça). L’étape suivante est donc de passer d’un reflet à l’autre pour mieux masquer son attitude d’observation vigilante.

Bonnes observations à tous !


Sécurité PersonnelleConseils & astuces

Votre carte bancaire a disparu ?


Page 1 sur 101234510Dernière page »