Les incroyables infographies sur le viol…

commentaire(s)

Certains d’entre vous ont du tombé sur ces informations / infographies sur des sites généralistes (e.g. France Inter pour les sérieux, Konbini pour les moins sérieux) qui ont repris, il y a quelques semaines, ces résultats de l’enquête IPSOS commandée par l’association Mémoire Traumatique.

Malgré la diffusion déjà faite dans les médias, je voulais reprendre ces informations ici, le blog étant parcouru par des personnes plus sensibles que la moyenne par la sécurité personnelle, et je l’espère par des sujets comme le viol.

Je ne vous cache pas que j’ai été très surpris des résultats de l’enquête… surpris par la méconnaissance global du sujet par nos concitoyens (même si je ne me considère pas expert du sujet, certaines réponses sont simplement hallucinantes), et questionné par l’origine de cette méconnaissance : le « ça ne m’arrivera jamais ou n’arrivera jamais à mes proches » ou bien le « oh c’est pas bien grave un viol » (2e origine qui serait bien triste à entendre).

Quelques perles :
– 29% pensent qu’à l’origine d’un viol, il y a un malentendu 😀 (oui, en effet… on est dans le très gros malentendu là quand même)
– 27% pensent que si la victime était habillée « sexy », c’est moins grave ! (euh, bah oui, et pour les vols de portables, le fait d’avoir un joli portable devrait aussi atténuer la peine pour l’agresseur — il faut le comprendre, il a bon goût)
– 25% pensent que si la victime avait suivi quelques règles basiques de précaution, ce ne serait pas arrivé… (ah ben j’aimerais bien, Protegor rendrait alors les gens invincibles)
– 24% pensent qu’une fellation forcée n’est pas un viol… (rooo allez, sucer ça compte pas…) — ni un doigt d’ailleurs

Et aussi des découvertes pour moi : 90% des viols sont commis par des proches de la victime ! (et oui, les violeurs ne sont pas tous des Guy Georges)

N’hésitez pas à partager & à en parler autour de vous.

Infographie-1-CULTURE-DU-VIOL
Infographie-2-STEREOTYPES-SEXISTES Infographie-3-ADHESION-CULTURE-VIOL Infographie-4-MISE-EN-CAUSE-DES-VICTIMES Infographie-5-MECONNAISSANCE-LOI Infographie-6-MECONNAISSANCE-STATISTIQUES Infographie-7-RECONNAISSANCE-IMPACT-VIOLS



COMMENTAIRES RESEAUX SOCIAUX

Pour commenter cet article, vous pouvez soit utiliser le module réseaux sociaux ci-dessous (s'il ne s'affiche pas c'est que votre ordinateur bloque l'affichage de facebook sur les sites tiers), ou bien le module traditionnel du blog situé un peu plus bas.

6 Comments

  1. Evilemile

    30 mars 2016 at 10:34

    C’est marrant qu’on parle de viol après les exemples de Cologne où l’aspect « culturel » n’est absolument pas pris en compte dans cette enquête aux résultats vraiment surprenants, genre le viol n’est qu’un incident et faut vivre avec, comme les attentats d’ailleurs.
    Je pense malgré tout que les victimes n’ont pas toujours le flair et n’ont certainement pas la protegor attitude quant à suivre un ou plusieurs individus en présence d’alcool, drogue, cultures diverses ou quand le curseur passe du sympa au franchement sexuel.
    Le viol est complexe, ça passe de l’inceste en huis clos aux viols de masse comme arme de guerre. Si ça a toujours existé, notre culture bisounours ne fait qu’insécuriser la femme occidentale chez elle.
    S’il faut draper nos compagnes et les faire accompagner par un cousin, frère ou père dans la rue, non merci.

    • Humbert

      29 avril 2016 at 12:55

      -attention, humour de troll – Gaffe! Si on les fait accompagner par un cousin, frère ou père, le cousin frère ou père risque de la violer! On en sort plus!

      Plus sérieusement:
      L’aspect culturel interviendra toujours. Quand dans un pays la tenue habituelle est de ne pas montrer un millimètre de peau et que dans un autre on pratique le nudisme, un visiteur d’un pays comme de l’autre peut être confus.
      Et ce, quelque soit le pays. J’ai cité plus bas l’exemple du français qui débarque en Angleterre et au vu des micro-jupes s’imagine que toutes les anglaises sont des « chaudasses » nécessairement consentantes, mais j’en ai d’autres. Un ami originaire d’Afrique Noire m’a raconté une anecdote. Des touristes américains ont débarqué dans son village. Or la tradition locale veut que les femmes adultes soient seins nus. Un des touristes a cru que cela l’autorisait à tripoter les seins d’une des femmes. Ce qui a faillit déclencher son lynchage :D.
      Les méthodes de séductions et les mœurs varient aussi d’un pays à l’autre. Dans certains pays, il est normal de s’embrasser sur la bouche en pleine rue, dans d’autres c’est un tabou absolu.
      Bref, l’idéal est que le touriste se renseigne, et dans le cas de réfugiés, que les autorités locales se chargent de prévenir des mœurs locaux.

  2. Humbert

    29 avril 2016 at 12:43

    « Et aussi des découvertes pour moi : 90% des viols sont commis par des proches de la victime »
    ah, vous ne saviez pas? Je connais au moins 3 femmes qui ont été violées/ on faillit être violées dans mon entourage. Toutes l’ont été par un proche. Le scénario type: le si gentil garçon qui dérape, ou qui croit que « non » ça veut dire « oui » et qui prend la sidération de la victime pour un consentement/ un manque d’expérience.
    Facteurs favorisant: victime isolée, alcool, situation ambiguë, manque de renseignement sur le viol.
    – victime isolée: comme disent les anglais: En boite, surveillez-vous entre copines. Si l’une d’entre elle tombe sur un « si gentil garçon », les autres interviennent.
    – alcool. Que ce soit l’agresseur (qui prend ses fantasmes pour des réalités) ou la victime (qui aura plus de mal à protester). Bref, picolez seul ou entre amis fiables.
    – situation ambiguë: différence culturelle qui fait que certains interprètent mal le comportement des autres. Exemple caricatural: le français qui débarque en Angleterre et découvre des tas de filles à micro-jupe: non, la micro-jupe ne signifie pas: « je veux baiser avec le premier couillon venu », c’est juste une mode locale.
    – manque de renseignement: coté agresseur: peu sont au courant du phénomène de la sidération, et que « non » ça veut dire « non ». Bilan, un garçon bien intentionné peut commettre un viol sans le savoir. Coté victime: une fellation c’est un viol, le viol existe au sein du mariage, il ne faut pas subir juste pour lui faire plaisir. Yup, la culture du viol est cause de viols.

    Pour les viols à la « Guy Georges », à mon avis plusieurs facteurs jouent:
    – les « Guy Georges » ne sont pas très nombreux comparé au total de la population française (heureusement!).
    – en général une victime de « Guy Georges » finit morte, donc le meurtre est plus médiatisé que le viol. Guy Georges est d’ailleurs classé dans wikipédia sous le titre « tueur en série ».
    – les « Guy Georges » ont souvent un parcours de petit délinquant qui les fait repérer par la police (quoi que… Cf Roland Cazaux (dit « le Chat »). Ou Josef Fritzl). Rectificatif: à mon avis c’est surtout que les psychopathes en liberté porté sur le viol et prêt à passer à l’acte sont relativement peu nombreux! Alors que les gens biens sous tout rapport qui croient que « non » ça veut dire « oui » sont très nombreux.

    • Evilemile

      3 mai 2016 at 11:41

      Vous me permettrez de ne pas être d’accord avec vous. Depuis quand les bikinis sont des incitations au viol, de même que le nudisme?
      En général, un acte sexuel est consenti par les deux personnes (On reste basique et on se contente de 2 personnes). Dès lors qu’une des deux ne veut pas, ben ça en reste là.
      Vos exemples montrent surtout des malotrus et le manque de renseignement ne joue pas: Quand on est à l’étranger, on observe avant d’agir. J’ai vu des Français en Allemagne se comporter comme des porcs…Avec des Françaises qui nous accompagnaient. Ils ont très vite retrouvé leurs esprits après un cours de bienséance un peu plus musclé que ceux de Nadine de Rothschild.
      Selon vous, à partir de quelle surface de peau découverte on peut excuser un « dérapage »? Quelle frontière faut-il passer pour se comporter comme un porc en invoquant l’ignorance des moeurs locales?
      Une femme seule doit donc fatalement subir des assauts de malotrus?
      En dépit du fait qu’une femme seule est vulnérable, rien n’autorise de punir celle-ci de la pire des façons.
      Même en situation ambigüe, genre avec une allumeuse, rien n’oblige à lui passer dessus car « on a cru » que tous les voyants étaient au vert.
      Pour vous, la confusion permet un passage à l’acte? Au mieux vous êtes rapide, au pire vous approuvez.

      • Humbert

        11 mai 2016 at 17:20

        Je crois que je me suis très mal fait comprendre. Désolé de répondre si tard.
        Quelque soit la culture, tout ne passe pas par les mots, même si ce serait l’idéal. Une partie du langage est du non-verbal.
        Si en France vous voyez une dame faire le pied de grue au bois de Boulogne, dans une tenue légère, il y a une forte probabilité que vous considériez que c’est une prostituée. C’est un langage non-verbal utilisé par vous comme par cette dame. Dès lors, si vous lui demandez: « combien pour la passe? » elle ne se sentira pas offensée, alors que si vous lui dites « vous n’avez pas trop froid madame? » elle croira que vous vous moquez d’elle.

        « En général, un acte sexuel est consenti par les deux personnes[]Dès lors qu’une des deux ne veut pas, ben ça en reste là. »
        Le problème est la manifestation du « je ne veux pas ».
        La « culture du viol » en France fonctionne parce qu’une certaine… culture (renforcée par une certaine pornographie), voudrait que « qui ne dit mot consent » et qu’une femme qui ne dit pas « non » fermement « pense oui ». Je pense pour reprendre les éléments que vous mettez dans vos propos, sur les attentats de Cologne, qu’une partie des hommes présents d’origine non-Allemande ont interprété les tenues féminines des Allemandes comme un consentement implicite à une activité sexuelle, ceci associé aux préjugés qui circulent là bas sur le comportement des Européennes. Et je suis d’accord, ce sont des gros porcs qui méritent la prison.

        « Quand on est à l’étranger, on observe avant d’agir. »
        Je pense que ce qui a joué c’est que ce n’étaient pas des touristes venus de leur plein gré, avec la volonté d’apprendre une culture et les connaissances de base requises. C’était des réfugiés qui ont débarqué en Allemagne comme ils auraient pu débarquer au Groenland: ils ne connaissaient rien à ce pays ni à ces moeurs et avaient atterris là par hasard. Je pense même que la plupart d’entre eux n’imaginaient pas qu’il y avait des moeurs autres que celle de leur pays.
        Nous mesurons mal l’écart entre l’excellente éducation que nous recevons en France, avec son ouverture sur le monde, et celle dispensée dans certains pays gouvernés par des autocrates. Je me souviens d’un jeune Afghans qui débarqué par hasard en France qui racontait les chocs et la stupéfactions que lui avait causé son voyage forcé. Il avait vécu 20ans dans un village, sans sortir à moins de 30km, et il voyait maintenant des paysages et des gens qu’il n’aurait jamais imaginé et qu’il avait parfois du mal à comprendre.
        Bref, fournir des logements et de quoi manger aux réfugiés c’est une chose, il faut aussi leur fournir d’urgence un guide de « comment on se comporte dans ce pays ».
        J’ai cru aussi sentir, mais j’ai du me tromper, dans votre propos une tendance à dire que le viol est nécessairement le fait de l’étranger. Or en France, ce n’est apparemment pas le cas. Notre culture, à tous les niveaux, est elle-même imbibée d’une croyance du consentement implicite des femmes, comme le révèle la récente affaire Baupin.

        « Selon vous, à partir de quelle surface de peau découverte on peut excuser un « dérapage »? »
        Les dérapages ne sont pas autorisés. Même en absence de peau!
        Et la couverture de la peau ne garanti pas l’absence de dérapage: cf les agressions de femmes voilée en Egypte.
        Je ne faisait pas référence à cela lorsque j’évoquais le cas des français ayant des comportement déplacé à l’égard des anglaises. Je voulais montrer que la culture du viol est universelle et qu’il convient donc d’éduquer les mâles. Comme il faut apprendre aux femmes à ne pas se laisser faire. Et comme il faut apprendre aux deux sexes à réagir s’ils sont témoins d’une agression sexuelle, même de la part d’un ami d’un proche qui veut « juste rigoler ».

        « Pour vous, la confusion permet un passage à l’acte? Au mieux vous êtes rapide, au pire vous approuvez. »
        Désolé. Je me suis mal fait comprendre. Je n’approuve pas, je ne valide pas. Tout mâle, fut-il mon propre frère, qui aurait un comportement déplacé en ma présence aurait droit: 1- à un avertissement verbal sévère 2- à la mise en place d’une stratégie d’annihilation de son comportement.
        Mon propos a pour but d’analyser le comportement des mâles qui passent à l’acte afin de déterminer les causes de ce passage à l’acte afin de le supprimer.
        Pour prendre un parallèle: je vois un chiot plutôt pacifique d’ordinaire qui mord une personne. J’analyse de comprendre ce qui a déclenché ce comportement agressif afin de le supprimer chez ce chiot et de prévenir son apparition chez tous les autres chiots.

        • Evilemile

          12 mai 2016 at 11:03

          On va peut être arriver à parler le même langage. En attendant, qu’est-ce qui vous incite à communiquer avec une dame au bois de Boulogne alors que les cartes sont brouillées? Si je lui parle, j’attends quelque chose et si elle me parle également.
          Une femme qui ne dit pas non ne dit pas oui non plus. Ici encore le langage verbal joue un peu. La pornographie n’y est pour rien, de même que les mini-jupes et les décolletés: rien n’autorise de se servir même si c’est montré, d’ailleurs, les viols domestiques (les plus nombreux) ne prennent pas ce critère de « l’exhibition » en compte.
          Je ne fais pas une fixette sur les étrangers dès lors que j’évacue de mon propos le viol à huis clos, contre lequel on ne peut rien. Toutefois, il faut bien reconnaître que ce ne sont pas des Allemands qui ont agi en violant tout ce qui semblait être de type caucasien. Mon premier réflexe a été de penser aux Russes et aux troupes coloniales françaises qui se sont servis en natures sur le vaincu en 1945.
          Votre exemple des femmes voilées violées en Egypte est parlant, car ça se passe aussi en Algérie, Tunisie et Maroc…Et en Allemagne avec des populations similaires. Il ne s’agit pas d’étrangers mais d’une catégorie dont les motifs hostiles à l’encontre des femmes sont multiples. Violeraient-ils leurs soeurs ou leurs tantes si celles-ci envoyaient des signes perçus comme une invitation? J’en doute.
          Dans leur éducation, leur enseigne t-on de prendre ce qu’ils ne peuvent acquérir dans les règles? Dans ce cas ce n’est pas à nous de les éduquer, ni de les prendre en charge.
          La plupart des gens n’auront pas la même attitude face à un groupe de touristes japonais ou un groupe de Russes vociférant.
          Comme je l’ai dit, le viol est complexe, du huis clos familial aux viols de masse comme arme de guerre, car je vois ce triste fait divers comme une démonstration de force.
          Non, la culture du viol n’est pas universelle dans le sens il n’y aura jamais des centaines de Français qui chercheront à culbuter des Anglaises sans leur consentement, et que d’autres Français s’opposeront farouchement à ça.
          Le viol n’est en aucun cas de l’amour mais une possession par le vol…Et d’une destruction. J’ose espérer que les gens qui pensent ainsi soient écartés définitivement de nos sociétés car, même castrés chimiquement, ils continuent d’infliger des souffrances par le même biais sexuel (c’est donc persistant).
          Maintenant, pour reprendre pied avec la protegor attitude, il suffit de ne pas se mêler aux gros rassemblements; s’habiller de manière à pouvoir courir vite dans le froid; éviter les cultures différentes et la viande saoûle; éviter de montrer qu’on est seul(e); avoir les yeux grand ouverts.
          Là où notre propos diverge, c’est que vous souhaitez du curatif (analyse après coup et traitement) alors que je souhaite du préventif ( Tout faire en amont pour que ça n’arrive pas). Dans les deux méthodes, il y aura du sale mais elles seront complémentaires.

COMMENTAIRES BLOG

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *