EDC by Kevin, pompier

commentaire(s)


Kevin, personnel des secours d’urgence parisien, nous détaille son EDC et sac de train, modifié à la suite des récents attentats :

Mon ensemble EDC ainsi que mon sac de train ont connu une grosse refonte suite aux derniers événements qu’a connu Paris. Etant professionnel des secours d’urgences, j’ai un regard sur ces attentats différent de celui d’un policier ou d’un « civil ». Le matériel restant à ma disposition en permanence a été revu et corrigé.

Mon approche a également évolué. Auparavant, je ne pensais qu’à me préparer à ce qu’il pourrait arriver (agressions, accidents, faits de guerres, pannes, ennuis…). Aujourd’hui, je me dis « ça a eu lieu, que faire… ». Pour ma part, c’est un pas énorme, ce n’est pas seulement me préparer à une chose qui arrivera peut-être, mais reconnaître que le fait a eu lieu, qu’on ne le maîtrise pas, mais qu’il faut agir quand même. Peut-être étions-nous bercés depuis trop longtemps, confortés dans une apparente sensation de sécurité, et qui a fini par faire baisser la garde à une majorité d’entre nous, restant juste focalisés sur notre sécurité personnelle, et les ennuis & risques du quotidien. Au final, je ne suis plus dans la préparation à un événement, mais plutôt dans la réaction à un événement, et dans ce moment-là, malheureusement, je pense ne pouvoir compter que sur moi-même, ou les très proches personnes impactées avec moi dans les événements.

Jusqu’à ce jour, mon sac de train était composé d’un sac à dos étanche HPA, le modèle militaire, portant l’ensemble de mes affaires et un kit EDC pour la réalisation de ma mission. Aujourd’hui, ce sac a changé et évolué. J’y transporte désormais mon EDC ainsi que du matériel de secours spécifique type « secours de guerre ». La raison de cet équipement de premiers-secours spécifique est que dans les premières heures, nous ne pouvons compter que sur nous-mêmes pour porter assistance (à soi-même ou à autrui), les secours d’urgences ne pouvant pénétrer dans les zones impactées avant une sécurisation parfaite de la zone par les forces de police, ceci pouvant être très long (plusieurs heures). Egalement, ne comptez pas sur les premiers intervenants des forces de l’ordre pour vous porter assistance, ce n’est pas leur mission, ils ignoreront les victimes quelque soit leur état de santé. C’est pourquoi je transporte un garrot (« tourniquet »), 2 tampons hémostatiques, de la ouate « militaire » pour « bourrer » dans les plaies, ainsi que 2 bandes de maintien. Ensuite, j’ai intégré aussi à mon équipement une lampe « tactique » Nitecore MT1A, une paire de gants de froid en cuir et un tour de cou « fire resist » de la marque Buff.

Mon sac (contenant) a lui-même été changé. Fini l’encombrant d’un sac à dos étanche qui demande à chaque ouverture d’être « déroulé » et déballé quasi intégralement. Désormais, j’ai ressorti un sac tactique d’environ 30-35 litres de mes affaires :
• Encombrement réduit, ce qui me permet de courir, me battre, me faufiler dans des petites zones
• Possibilité de l’ouvrir pour prendre des choses sans tout déballer
• Agencement à ma façon avec ses passants MOLLE
• Possibilité de glisser une plaque balistique dans la poche « Camelbak » (à défaut de pouvoir porter un gilet pare-balles, j’aurai une protection dorsale — en cas de fusillade, je serai soit couché face contre le sol, soit en train de courir, autant protéger le dos)

Dans mon sac, on trouve aussi le reste de mon équipement, nourriture pour mes déplacements, de l’eau dans une Nalgene 1L, mes activités de loisirs (livres, musique), ainsi que quelques vêtements contre les intempéries et de rechange. Enfin, dans ma poche de pantalon, je porte désormais en permanence une matraque télescopique petit modèle (la P12 de chez ASP) ainsi qu’un Guardian Angel pour ma défense personnelle.

edc-kevin-pompier



COMMENTAIRES RESEAUX SOCIAUX

Pour commenter cet article, vous pouvez soit utiliser le module réseaux sociaux ci-dessous (s'il ne s'affiche pas c'est que votre ordinateur bloque l'affichage de facebook sur les sites tiers), ou bien le module traditionnel du blog situé un peu plus bas.

14 Comments

  1. Max

    23 décembre 2015 at 11:20

    Super article, par contre le lien pour le tourniquet ne marche pas (chez moi du moins), il y en a sur amazon mais attention au prix (ou alors au contrefaçon pour les modèles pas cher), et les compresse hémostatique non plus, quand on regarde du celox ou du quickclot sur amazon ou de manière générale les prix sont hallucinant (du moins pour la version gauze pas la version éponge qui est pas si bien pour une blessure par balle). Quelqu’un aurait un lien pour en trouver en France ? Je connais Rescue essential et North American rescue qui font des prix « correct » mais les frais de port depuis les US sont très prohibitif…

    • Kevin

      23 décembre 2015 at 12:18

      Malheureusement,les quicklot sont très chère en France.
      La version « gauze » commence à arriver en grand public, et j’ai pu avoir la surprise de voir le prix élevé du produit.
      J’espère que cela va se généraliser et les prix baisser.

      Sinon, sur Paris, l’armurerie Arme Bastille, et le shop Terrang en commercialisent.

      • Claude

        23 décembre 2015 at 13:15

        Le XGAUZE est plus performant notamment face à un éventuel choc sur la plaie pendant l’évaluation. Tarif légèrement moins cher… même éponges que dans la XSTAT30.

    • Sophie

      4 janvier 2016 at 11:43

      Salut Max,
      Tu trouveras sur le lien suivant les produits Rev’medx si cela t’intéresse :
      http://www.terrang.fr/marques/revmedx.html
      Bonne journée à toi !

  2. Bernard

    23 décembre 2015 at 16:28

    Merci piur cet EDC très intéressant !

  3. Coyote

    24 décembre 2015 at 13:33

    Merci pour ce témoignage intéressant. Etant formé au secourisme de combat (SC1) et prenant très régulièrement les transports en commun parisiens, moi aussi j’ai revu mon EDC à la suite des attentats.
    Le garrot est un outil indispensable : robuste, léger et facile à mettre en place (même sur sa propre personne, à condition de l’avoir préalablement « préparé ») et surtout extrêmement efficace même sur des membres arrachés (suite à une blessure par IED par exemple). Problème : il ne sert à rien sur une plaie au buste. C’est pour cela que j’ai également investi dans des compresses Quikclot 25g sur ebay (attention aux prix cassés, bien vérifier la date de péremption qui doit être de 2 ans donc jusqu’à fin 2017 pour des produits récents). Associé à des bandages compressifs israéliens (prix très correct sur Amazon), on aura là un excellent moyen de stopper une hémorragie au thorax (attention, ne pas oublier que dans le cas d’une blessure par balle on a généralement un trou d’entrée et un trou de sortie, souvent plus gros).
    J’ai également investi dans un insert balistique de classe IIIA sur ebay de marque AAshield, aux dimensions adaptés à mon sac à dos de tous les jours. Très léger (moins de 700g), l’insert se fait totalement oublié dans le sac mais n’arrêtera pas à lui seul des calibres d’armes de guerre (typiquement le 7,62). Ceci dit, c’est toujours mieux que rien, et associé au contenu du sac (livre, ordinateur, parapluie, etc) cela offre quand même une très bonne protection dorsale lors d’une fuite.
    Enfin, concernant les accessoires de défense, j’ai opté pour une lampe tactique (Fénix PD 35 Tac, 1000 lumens) que je porte tous les jours dans la poche côté main forte. La lampe tactique est, pour moi, le meilleur compromis encombrement/efficacité/risques juridiques encourus en cas d’utilisation. J’invite les lecteurs à être très prudent vis-à-vis des autres accessoires de défense (notamment le bâton télescopique dont il est question dans l’article), dont le port est strictement interdit aux civils et dont l’utilisation, même dans un cadre de légitime défense, pourra apporter bien des ennuis judiciaires au détenteur.

    • Guillaume [admin]

      1 janvier 2016 at 17:58

      J’ai eu un Heco.Stop avec moi pendant longtemps, c’est similaire à ce CHUT… par rapport au Quikclot, c’est 2 fois plus gros à transporter, l’emballage moins solide (j’en ai eu un qui s’est ouvert tout seul à force de frotter dans mon sac), et surtout le Quikclot Gauze est fait pour être mis dans la plaie, le coussin ne fait qu’une compression externe et n’a pas de produit anti-coagulant imprégné… voilà en gros pour les différences

  4. chris

    26 décembre 2015 at 21:56

    Complément: sinon pas tres « sexy » et moins couteux la serviette hygienique avec 1 bandage ordinaire.@+

  5. Boris

    4 janvier 2016 at 12:23

    Bonjour Kevin.
    Tu n’as pas peur d’aller en garde à vue si tu es contrôlé avec un bâton de défense télescopique sur toi ?
    Et pire, si tu dois t’en servir !? Conséquences juridiques ++.
    J’en ai un aussi. Mais chez moi.

    Que conseilles tu ? Car c’est pas autorisé il me semble. Merci.
    Boris. Profession de SANTE

    • Kevin

      11 janvier 2016 at 16:10

      Pour ma part, je porte ma carte professionnelle avec moi.
      Certe, le port et l’utilisation reste illégal, mais à moi de savoir à quel moment je la sors.
      Si ça part vraiment en c#+@;;e, je serais peut-être bien content de l’avoir avec moi.
      Et, dernière info, je ne le porte que pour mes trajets sur Paris quand les période sont sensibles, le reste du temps, il reste à mon domiciles.

  6. Hirondelle

    6 janvier 2016 at 5:51

    Le bâton télescopique de défense est une arme de la catégorie D, dont le port et le transport est illégal. Ceci constitue donc une infraction à la Loi. Il n’a rien à faire dans un sac de secours !

    • Kevin

      11 janvier 2016 at 16:12

      Il n’est pas dans un sac de secours, il est dans mes affaires personnelles.

COMMENTAIRES BLOG

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *