Comment se protéger d’un tir de Kalashnikov ?

commentaire(s)

Avec les récents événements, beaucoup se demandent quelles sont les solutions de protection contre un tir de Kalashnikov, ou plus généralement de fusil d’assaut.

Déjà, pour ceux qui n’ont pas de vernis culturel sur les calibres d’armes à feu, il faut comprendre les points suivants :
– les armes de poings (revolvers, pistolets), tirent des balles propulsées avec généralement moins de poudre que les munitions de fusil d’assaut, et souvent avec des diamètres supérieurs (9mm, 11.43mm (le fameux .45))
– alors que les fusils d’assaut ont des munitions avec une grosse charge de poudre et des diamètres de balle inférieurs (5.56mm pour le M4 américain, 7.62mm pour la AK47)
– en conclusion, une munition de pistolet ou revolver aura une forte puissance d’arrêt (elle s’arrêtera souvent dans le premier obstacle qu’elle trouvera, s’il est un peu épais…), alors que la munition de fusil d’assaut est très perforante (une balle plus fine avec plus de vitesse) et pourra transpercer plusieurs obstacles… cela est totalement logique avec l’utilisation faite de ces armes : les armes de poing en zone urbaine sont faites pour toucher une cible et minimiser les risques de dégâts collatéraux, alors que les fusils d’assaut sont des armes de guerre (dans sa forme conventionnelle), qui essaient de faire le plus de dommage au camp ennemi situé dans la direction du tir

Il y a des exceptions à cette petite histoire, mais l’idée derrière est de bien comprendre qu’on ne se protège pas d’un tir d’AK47 comme on se protège d’un tir de Glock 19 (pistolet tirant du 9mm).

Pour rappel, le sujet des niveaux de protection des gilets pare-balles selon les calibres d’armes à feu a déjà été explicité dans ces colonnes.

Pour se protéger d’une arme de poing, il faut un gilet pare-balles de niveau IIIA. Ce sont des gilets souples, certains pouvant même se porter sous les vêtements, de manière relativement discrète.

gpb-police-mili

A gauche un policier avec un gilet souple IIIA (non protégé d’un tir de fusil d’assaut), au milieu un policier avec un gilet III ou IV (plaques dures) de plus en plus courant depuis les attaques de 2015, et à droite un militaire français au Mali, lui aussi équipé d’un gilet de classe « NIJ » IV

Pour se protéger d’un fusil d’assaut, il faut :
– un gilet pare-balles de niveau III ou idéalement IV. Ce sont des gilets avec des plaques dures situées devant et derrière (au niveau des organes sensibles du corps), et parfois sur les côtés
– une autre option, plus aléatoire, est d’avoir une plaque de niveau IV stand-alone (qui ne nécessite pas un gilet souple dessous) et de la glisser dans son sac à dos, qui pourrait servir dans un moment de repli en protection de bouclier pour protéger ses zones vitales

Ce genre de produits se trouvent en France à des tarifs assez variables, mais souvent élevés. Le meilleur rapport Q/P que j’ai trouvé jusqu’à présent est une petite société française qui importe des produits en ayant testé chaque modèle avec de multiples tirs des calibres visés pour valider par eux-mêmes la classification.

Ils proposent un GPB discret IIIA (2,6Kg en M 2,9Kg en XL), en aramide, garantie 5 ans, pour 425€ TTC (vente au public avec fourniture de copies complètes de 2 pièces d’identités valides).

Ils proposent aussi des plaques de niveau III stand-alone (1,5Kg, 25cm x 30cm) en polyéthylène balistique. Cette plaque résiste notamment au calibre 12 balle plomb (la fameuse Brenneke des fusils de chasse ou à pompe), le 5,56 NATO, le 7,62×39 AK 47 à balle standard (elle ne protégera pas des munitions à noyau d’acier), garantie 5 ans, pour 250€ TTC (vente sur copie complète de carte pro à jour (presse, police, pompier, etc…) et copie de pièce d’identité valide).

Commandes possibles sur http://special-options.com

6 Comments

  1. YannC

    10 décembre 2015 at 19:49

    A fabrice : En fait on est obligé de porter une attention extrême aux acheteurs de ce type de produits afin qu’ils ne soient pas utilisés par les criminels et autres terroristes de tout type….
    Comme pour les armes, il y a des filières illégales aussi.
    On préfère garder nos tops produits pour les « gentils » afin qu’ils conservent un longueur d’avance.

    • tadeus

      4 août 2017 at 14:03

      Les gentils que vous fichez quand même… il y a des logiques qui me laissent perplexes …. Quand au fait que les kalachnikovs ne soient pas en vente libre, elles circulent vu le nombre d’attentats donc je ne vois pas pourquoi on ficherait les personnes qui veulent se protéger à défaut de l’être par des pouvoirs qui ne font pas leur travail ou qui laissent faire peut être aussi

  2. Galaad

    10 décembre 2015 at 20:40

    Je sais pas ce qui est le plus aberrant restreindre en partie l’accès aux GPB pour réduire le risque de Northen Hollywood Heist 1997. Vu que nos poulets non pas vraiment de gros pétards. Ou bien penser que M. Tout le monde a besoin de se protéger avec un GPB.

    Si on est pas pro ou dans un pays vraiment exposé, les 500 balles tout les 5 ans (durée de garantie des produits qui colle a peu près à la durée de vie des produits, parce qu’un GPB ça périme.) seront mieux dépensés dans une mutuelle santé ou l’entretien de sa bagnole, une solide formation aux premiers secours, une adhésion à club de sport, sur le compte épargne des gamins. Enfin un truc utile quoi.

  3. Alexandre W.

    11 janvier 2016 at 20:01

    Pour résister aux tirs de Kalashnikov permettez-moi de vous conseiller un pick-up au blindage dissimulé fabriqué en Biélorussie. Le «SWAT F-350-PRS» 4×4 est un pick-up blindé tactique pour les unités spéciales antiterroristes de la police et les services de protection de hautes personnalités. Le véhicule a été créé par la Société Biélorusse « Practic-Service» sur le chassis de Ford F-350 Heavy Duty, le pick-up le plus puissant et le plus fiable de sa catégorie.
    Le «SWAT F-350-PRS» est un véhicule bien blindé, pare-balles, certifié par le Service de standards d’état (les normes GOST), tout en ressemblant au pick-up ordinaire pour dissimuler sa mission principale.
    Le «SWAT F-350-PRS » assure à l’équipage de 10 hommes la protection contre les balles des armes légères. Sa classe de protection blindée est « Бр3 »* selon les normes GOST 50963-96 9 (Russie) et STB 51.3.01-96 (Bélarus) sur tout le périmètre du véhicule.
    *A savoir :
    Classe Бр3 – Resistance aux tirs de pistolets et revolvers et des fusils d’assaut Kalashnikov AK-74-5.45×39 mm et AKM-7.62×39 mm à balles à noyau d’acier encapsulées de plomb à la distances de 5 a 10 metres. La 3-ième classe de protection biélorusse est officiellement équivalente au niveaux FB-4 du Din1522 (Allemagne) et niveau С3 du Din52290 (Allemagne) et du niveau G2-R1 du standard BS-UK (UK). Ces standards correspondent au niveau-1 du standard NATO AEP-55 STANAG 4569. Si l’interet existe, contactez nous via PROTEGOR.

  4. tony

    29 janvier 2016 at 16:30

    Pour gilets pare balle et plaques vous pouvez jetter un coup d’oeil par ici:
    http://www.vep.sk/kat/en/1/Body-armour

    Ils ont plusieurs options, même pour se proteger d’un AK47. Mais c’est assez chère pour un citoyen banal.

  5. gesivi

    4 août 2017 at 19:55

    Bonjour à toutes et tous. Cette page pour quelques infos de plus sur le sujet

    http://gesivi.fr/Espace-stagiaires/Fusillade-protection-voiture

Laisser un commentaire