Je suis à l’heure (mais j’aurais pu sauver quelqu’un)

commentaire(s)

La thématique de la sécurité personnelle est souvent au cœur des films de cinéma, qu’ils soient d’action ou pas… tout simplement, encore une fois, car on est dans les besoins « de base » de l’être humain (cf. Maslow) et que c’est un sujet qui touche tout le monde, même si nos sociétés actuelles ont tendance a vouloir essayer de gommer ce besoin car il n’est pas toujours agréable à envisager.

Au Festival Nikon, c’est un (très*) court métrage) qui focalise sur des thématiques récurrentes de la sécurité personnelle & la self-défense : l’aide d’un tiers, la non-assistance à personne en danger, défendre un proche. Je vous laisse d’abord regarder :

je-suis-a-lheure

Alors, tout d’abord, je pense qu’il faut aller soutenir ce court métrage sur le site du festival car quelque soit votre appréciation artistique ou réaliste de cette vidéo (je la trouve parlante mais pense que dans la réalité peut être même pire, avec plutôt que des gens qui regardent hagard, des gens qui s’échappent & tournent la tête, faisant semblant de ne pas voir), c’est un moyen de sensibiliser tout le monde à la sécurité personnelle… et c’est l’objectif de PROTEGOR ^^

Maintenant, c’est aussi un bon prétexte pour lancer le débat du :
Mais pourquoi les gens ne réagissent pas quand un tiers se fait agresser devant eux ?
Réponses (attention, il y a des arguments horribles hein ^^) :
– car ils n’ont pas le « courage » d’y aller, ils ont peur (la base de la plupart des autres raisons)
– car ils ne veulent pas prendre de risque pour leur propre sécurité
– car ils ne veulent pas aider les autres (absence d’altruisme / fraternité)
– car ils ne veulent pas changer leur train-train / plan, ils n’ont « pas le temps », « autre chose à faire que gérer ça »
– car ils ne veulent pas prendre parti / ils ne savent pas exactement ce qu’il se passe parfois et qui a commencé (dans la vidéo c’est assez clair toutefois)
– car ils en ont rien à faire (méga-égoisme)
– car ils ont peur des conséquences judiciaires pour eux (légitime défense ?)
– car ils estiment que la sécurité est déléguée à la police et ne doit pas être du ressort du citoyen
– car la victime ne leur parait pas sympa / mériter leur aide (« pas envie de l’aider »)
– ouais bon, car ils ont peur

Et du :

Que faut-il faire dans une telle situation ?
Réponses :
– a minima appeler la police (17) ou la sécurité SNCF (3117) ; sinon on est coupable de non-assistance à personne en danger
– bien observer l’agresseur pour retenir des détails morphologiques & d’habillement qui pourront être utile ultérieurement ; éventuellement photographier ou filmer avec son portable (NB : cela peut déclencher un retournement de l’agression contre soi)
– intervenir si l’on se sent capable d’intervenir : déjà verbalement avec fermeté (cela fera a priori « pauser » l’action un moment, qui pourra d’ailleurs se retourner contre vous)
– en théorie, si et seulement si cela déclenche un début d’agression de votre personne alors il faudra intervenir physiquement, à mains nues ou avec un accessoire de défense (journal roulé, clés, etc.)
– en pratique, l’initiative est toujours la défense la plus efficace, mais si trop violent & agresseur pervers, cela peut se retourner légalement contre vous (vous êtes le premier à frapper, vous êtes l’agresseur finalement… même si la demoiselle portera aussi plainte en parallèle, enfin on espère, on ne sait jamais)
– asperger l’agresseur (et sûrement la victime du coup) de lacrymogène peut avoir un peu le même effet qu’un saut d’eau sur 2 chiens qui se battent, mais peut aussi être considéré, sorti du contexte, comme une agression
– l’idéal est un cas où l’on arrive à immobiliser l’agresseur, appeler les forces de l’ordre, que la victime reste sur les lieux pour témoigner et porter plainte… pas simple tout ça
– faut-il tirer le signal d’alarme du train, « à utiliser en cas de danger » (il y a bien un danger pour une personne là) ? J’aurais tendance à répondre qu’arrêter le train en pleine campagne pourra peut être faire stopper l’agression plus tôt (le conducteur demandera à l’interphone ce qu’il se passe, il faudra lui répondre — si dans la 1e voiture du train, il se déplacera peut-être), mais éloignera le train d’un quai où l’intervention de force de l’ordre est a priori plus simple/rapide…
– aider la victime après l’agression (a fortiori si elle est physiquement blessée) en portant les premiers secours
– se signaler comme témoin aux forces de l’ordre pour le cas où il y ait un procès (certes, ce sont des ennuis / du temps « perdu », mais on aimerait bien avoir la même chose le jour où ça nous arrive ou arrive à sa copine)

Qu’en pensez-vous ?

 

Lien direct : http://www.festivalnikon.fr/video/2014/139#comment-1657783393

* très court car en 140 secondes, c’est le principe du festival

8 Comments

  1. J Scar

    30 octobre 2014 at 10:03

    Ah, ce fameux syndrome de l’inaction… Il y a eu pas mal d’études de psycho à ce sujet (l’effet spectateur) qui ont essayé d’expliquer pourquoi, par exemple, personne n’a secouru une victime alors que le crime s’était passé sous les yeux de centaines de personnes. Paradoxalement, un paramètre essentiel semble être le nombre de personnes témoins de la scène : en gros, une victime a plus de chances d’être secourue par une personne seule que par des éléments d’une foule ou d’un groupe (les plus pessimistes diraient que le QI d’une foule est inversement proportionnel au nombre de ses éléments). Quand on est entouré d’autres personnes, on se dit forcément que quelqu’un va agir. On attend, on attend, et puis vient le moment où il est trop tard.

  2. Alefe

    30 octobre 2014 at 10:26

    Insupportable ! Insupportable de rester assis dans mon fauteuil sans agir. Besoin irrésistible d’intervenir.

    Superbe travail (conception et réalisation) Bravo !

  3. ilu

    30 octobre 2014 at 16:16

    Bon court métrage.
    Sur la thématique de la réaction des personnes il y a les émissions Camclash (FR) et What would you do (US) qui montrent en caméra caché les réactions des passants face à différents types d’incivilités.

  4. chris

    30 octobre 2014 at 21:35

    Bsr,
    la legitime defense en france est tellement pourrie que l’agresseur devient victime.
    Alors un temoin intervenant faut pas rever à part aimer les affres de la justice…
    @+

  5. L

    2 novembre 2014 at 0:46

    Je trouve que les arguments « si on défend on passe devant la justice » et « c’est dangereux de défendre quelqu’un » ne fonctionnent pas : déjà, appeler la police ou tirer l’alarme n’est ni répréhensible, ni dangereux, et souvent personne ne le fait.
    Et dans un autre genre, quand quelqu’un tombe dans les pommes et que personne de va l’aider/personne n’appelle une ambulance, c’est exactement le même type de comportement, mais il n’y a ni danger, ni risque au niveau de la loi (enfin si, la non assistance à personne en danger).
    Les gens me font sérieusement flipper.
    Et cette vidéo est vraiment hyper angoissante. (Bien réalisée, mais quelle horreur).

  6. Bastien

    3 novembre 2014 at 23:58

    Oui, les gens regardent ou tournent le regard ailleurs après avoir croisé le tien. J’ai vécu une altercation il y a quelques années sur un quais de gare à 7h du mat : 8 néo-nazis, surtout un qui m’a plaqué contre le train mais les 7 autres formaient un demi cercle autour. Tout sa à cause de mon keffieh et de ma bombers… Je l’ai maintenu à distance comme j’ai pu avec mes bras tout en criant, après environ 60 secondes qui m’ont semblé être une éternité il m’a relâché en me promettant qu’on allais se revoir quand le contrôleur a sifflé le départ du train. J’ai pris le train plus tôt pendant des semaines par peur de les recroiser! Depuis j’ai quelques notions de self-défense et toujours un spray au poivre avec moi, je me suis promis que je ne resterais pas inactif en voyant une personne se faire agresser. En commencent par la parole avant de jouer au héro et être gravement blessé de manière stupide en fonçant dans le tas…

  7. Humbert

    12 décembre 2014 at 17:36

    Excellent film.
    M’a juste donné des idées de violence, pour ne pas dire autre chose :D. Un peu à tort.
    Comme Bastien, j’ai été agressé, et comme Bastien personne n’est intervenu.
    Et comme Bastien, depuis ce vécu, je suis beaucoup plus sensible à l’agression d’autrui. Disons que quand je vois une personne se faire agresser, je me met beaucoup plus facilement à la place de la victime. Je me sens beaucoup plus concerné. Ca joue.
    Et souvent suffit de pas grand chose pour désamorcer une situation. La grosse majorité des agresseurs se dégonflent quand ils réalisent que les gens interviennent. Pour la minorité qui reste… ben faut faire avec. Ca évite que la prochaine fois il agressent ta femme ou ton gosse, ou toi.

  8. LG

    30 septembre 2015 at 11:43

    Bonjour,

    le lien ne fonctionne plus.
    et sur le net avec le titre video introuvable.
    Sans doute retirée une fois le concours achevé ..

    merci de vos informations reunies, de votre travail
    Salutations

Laisser un commentaire