Les variations du Kubotan

3 commentaires

Le premier article qui m’a permis de travailler pour des magazines d’arts martiaux, il y a une quinzaine d’années, était sur Tak Kubota, ce maître d’arts martiaux japonais, basé à Los Angeles, qui lança le tonfa (« PR24 ») dans les forces de l’ordre outre-atlantique, et le fameux Kubotan, devenu un grand classique des accessoires de self-défense.

(et pour les plus fans d’histoire des arts martiaux, il tenta aussi de lancer le Kubotai, sorte de nunchaku de défense utilisé pour placer des clés de bras/poignet… mais ce fut un échec, contrairement aux deux précédents accessoires)


Qu’est-ce qu’un Kubotan ?

Un Kubotan est un cylindre plein (à l’origine) en plastique dur d’environ 15cm de long, 1cm de diamètre, doté d’un anneau porte-clés à son extrémité. Il s’agit donc d’un porte-clés facile à saisir, qui permet des frappes & des piques (que ce soit avec le cylindre ou avec les clés) & des points de pression douloureux. Il tire son nom de son inventeur Takayuki Kubota (窪田孝行). Le Kubotan est une application urbaine moderne (porte-clés) du traditionnel Yawara japonais (dont on retrouve le principe aussi dans les arts philippins : le « Dulo Dulo »).

Pourquoi le Kubotan est un bon accessoire de défense ?

Car low-profile (peu agressif), peu létal, discret, léger, pratique, associé aux clés donc toujours sur soi, contondant mais diamètre suffisamment petit pour rendre les pressions très douloureuses, solide, permet des frappes & des piques mais aussi de faire pression/levier sur des articulations.

Quelles sont les variations du Kubotan ?

Les sites américains mentionnent parfois Kubaton & Kobutan… ce ne sont pas des produits différents du Kubotan, mais plutôt un problème de typo ou dyslexie du vendeur 🙂

Le concept Kubotan a été décliné largement en variations :
– les variations de forme du Kubotan de base (le cylindre simple) sont multiples : cylindre lisse, forme plus ergonomique pour une meilleure prise en main, extrémité plate ou pointue (variation non recommandée car plus létal), avec un gros anneau permettant de passer un doigt (comme celui de Tony Lopes), qui se dévisse pour cacher une lame ou pique (déconseillé), etc.
– la variation « spiked » (parfois dit « ninja », no comment) qui rajoute 2 extrémités perpendiculaire au milieu du Kubotan pour rajouter 2 pointes de frappe (rendant aussi l’objet plus encombrant & moins anodin)
– la variation dite « Koppo-Stick » (comme ce Boker SO4Pro-K) qui consiste à fixer un anneau en corde au milieu du Kubotan pour renforcer la prise en main et éviter d’échapper l’accessoire dans l’action
– les variations fonctionnelles, comme le Kubotan/Telesco de Fred Perrin, ou la gamme de Kubotan lacrymogène ASP Defender
– le Travel Wrench de Kelly Worden, qui introduit un angle à 90° dans la forme et permet de reprendre certaines techniques du Karambit
– le  Comtech Stinger de James Keating
– le récent Yoogo canadien
– le Monkey Fist ou Pomme de Touline intégrant une bille (on s’éloigne un peu du Kubotan)
– et toutes les variations (souvent utilisables en porte-clés) des « defense tools » du coréen Raidops, ou de l’américain Dokdo
– etc.

Merci à Karate-Bushido pour l’autorisation de reproduction de cet article paru en Avril 1999, et à Steven Heyl pour les photos.



COMMENTAIRES RESEAUX SOCIAUX

Pour commenter cet article, vous pouvez soit utiliser le module réseaux sociaux ci-dessous (s'il ne s'affiche pas c'est que votre ordinateur bloque l'affichage de facebook sur les sites tiers), ou bien le module traditionnel du blog situé un peu plus bas.

3 Comments

  1. chris

    18 mai 2014 at 17:58

    Bsr,
    Merci de cet article.
    Une mini-lampe =kubotan legal = 1 outil 2 fonctions
    🙂
    @+

  2. Thanorval

    6 août 2015 at 23:09

    À noter la manie des fabricants consistant à faire inscrire sur de tels objets un mot précisant sa destination (c’est la même chose sur certains stylos « tactiques »). Si l’on était amené à l’utiliser, autant qu’il puisse passer pour un porte-clef « standard ». Mention spéciale au Stinger qui propose des couleurs discrètes, mais sur lequel est inscrit « combat tech » (aux USA, la mentalité est différente… et les lois aussi). Pour ma part, je n’en ai jamais trouvé un avec une ergonomie réellement satisfaisante (je conseillerais le Stinger, mais tout le monde ne partage pas mon avis). Bref, je reste avec mon Tuff Writer, un stylo tactique presque parfait… et en plus il écrit super bien.

  3. Alefe

    7 décembre 2015 at 18:09

    + 1 sur le principe : deux en un et low profil (stylo ou lampe par exemple)
    Ma lampe ( dite tactique) ne me quitte pas, même en avion long courrier.

COMMENTAIRES BLOG

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *