Milipol 2013, c’est fini !

36 commentaires


Milipol 2013, qui se tenait au Parc des Expositions cette semaine, est un grand salon professionnel Militaire-Police.

Les stands comme à chaque fois étaient très nombreux, et couvraient à la fois une grande variété de produits & services (du tactique à la sécurité informatique en passant par la sécurisation de bâtiments, etc.) et une grande couverture géographique (Europe, US, Chine, Inde, Moyen-Orient…).

La société MP-SEC / Terräng souvent citée dans ses colonnes car elle couvre un grand périmètre de produits pour l’outdoor & la sécurité personnelle, y avait un grand stand (photo en haut à droite), et des nouveautés intéressantes sur ces différentes marques (5.11, Arktis, Camelbak, Surefire, etc.).

Premier sujet très intéressant : la marque américaine ASP, leader des bâtons télescopiques et aussi créateur des fameux ASP Defenders que je vante depuis des années ici, est désormais distribuée par MP-SEC / Terräng. Dès que la position des bombes lacrymogènes sera claire dans la nouvelle loi sur les armes, les ASP Defenders seront enfin bien distribués en France.

A noter aussi que 5.11 a lancé une gamme « sport » pour le fitness & MMA. Elle s’appelle « Recon ».

J’ai eu l’occasion aussi de tester différents produits de rechargement solaire (notamment powermonkey), sujet certes pas tout nouveau, mais maintenant les produits sont plus solides.

Enfin, un produit d’entraînement portatif intéressant, TheGymBox (TGB) de la société BeaverFit. A l’origine cette caisse métallique sur roulette qui permet de monter une barre de suspension/traction (1,2m de large, à 2m de haut) et du matériel (1 système TRX, 1 harnais Ankorr, 2 kettlebell, 2 sacs de sable, cordes à sauter, gants de MMA et pao).

Et à côté de Terräng, il y avait aussi plein d’autres trucs… des jolis camions (en vert ci-dessous, le genre de camping-car qui permet de voyager tranquille, bon il consomme un peu), de nouveaux camouflages bizarres, un détour par le stand de Verney-Carron (je ne comprends toujours pas pourquoi un tel produit n’est pas dans toutes les maisons aujourd’hui… un vrai problème de communication/promotion je pense), de Sabre (marque de sprays OC la plus répandue aux US), etc. On ne s’ennuie jamais sur un Milipol 🙂

Cliquez sur les photos pour les agrandir.




COMMENTAIRES RESEAUX SOCIAUX

Pour commenter cet article, vous pouvez soit utiliser le module réseaux sociaux ci-dessous (s'il ne s'affiche pas c'est que votre ordinateur bloque l'affichage de facebook sur les sites tiers), ou bien le module traditionnel du blog situé un peu plus bas.

36 Comments

  1. François B.

    25 novembre 2013 at 14:43

    Bonjour,

    Je vous cite : « stand de Verney-Carron (je ne comprends toujours pas pourquoi un tel produit n’est pas dans toutes les maisons .. » je dirais : législation tatillonne et complexe ……

    perso je préfère la version police en métal…..mais c’est encore plus compliqué…dommage

    Cordialement

    • Guillaume [admin]

      25 novembre 2013 at 14:51

      Pour moi, il y a un déficit de communication sur ce produit… l’entreprise ne réagit pas quand M6 descend cette arme en prime-time. Alors qu’il y a plein de choses positives à communiquer autour de ce produit

      • Christophe

        25 novembre 2013 at 16:55

        Pourquoi ?
        Trop cher, seulement 2 coups, efficacité douteuse, ou alors dangereuse (CQB oblige)
        Sans oublier les papiers à fournir pour son achat :
        Justificatif de domicile et certificat médical
        Bref, j’aime pas les demi-mesures, quitte à se défendre autant le faire bien.

        • Guillaume [admin]

          25 novembre 2013 at 17:54

          Christophe,

          Je suis 100% d’accord avec toi sur le « trop cher » (pour ce que c’est), cela empêche le produit de devenir un accessoire de défense « de masse ».

          En revanche, je suis 0% d’accord avec le reste :/

          Cette arme démontre une véritable volonté de non létalité de son part du propriétaire, ce qui peut être très utile pour les conséquences judiciaires.

          Et je trouve important qu’un contrôle minimal soit fait à la vente d’armes, même de défense (là ça reste light quand même).

          Ne pas rendre les armes accessibles très simplement à n’importe qui, n’importe quand (pour éviter les achats impulsifs), c’est un principe de sécurité personnelle.

          Je suis tireur et peut-être presqu’autant hoplophile que toi, mais la sécurité personnelle c’est justement de la demi-mesure 🙂

          Merci de participer au blog,

          Guillaume

          PS : j’adore ton flickr

  2. Robert Marchenoir

    25 novembre 2013 at 21:09

    Et comment fait-on pour visiter ce charmant salon, et admirer le joli camion ? Il faut être enfouraillé jusqu’au menton ? faire partie de la maison Poulaga ? ou bien c’est ouvert aux peigne-culs dans mon genre ?

    • Guillaume [admin]

      26 novembre 2013 at 21:45

      2 options :
      – une des entreprises qui a un stand t’invite
      ou
      – tu justifies une activité dans un des secteurs de la sécurité couverts par milipol

      • Robert Marchenoir

        27 novembre 2013 at 0:11

        Merci Guillaume, c’est bien ce que je craignais…

        Je suis allé voir les flash-ball sur le site de Verney-Carron, et je suis stupéfait de découvrir que ce sont des armes légales, accessibles apparemment avec des formalités dérisoires (si tant est que la nouvelle loi ne change pas la donne).

        Je pose alors la question : comment se fait-il qu’elles ne soient pas beaucoup plus répandues ? Cela mériterait un article, si cela n’a pas déjà été fait.

        – Est-ce une arme de défense recommandée pour se protéger des home-jackings ou protéger un commerce contre les hold-ups ?

        – Peut-on s’entraîner avec dans un stand de tir ? Existe-t-il des stages pour apprendre à manier ces engins dans un contexte d’auto-défense civile ?

        – La limitation à deux coups n’est-elle pas un sérieux handicap dans ce contexte ?

        – Y a-t-il des types d’agression dans lesquels ce genre d’arme est déconseillé en auto-défense ?

        – L’aspect jouet du modèle grand public ne limite-t-il pas son effet dissuasif ?

        – Le modèle police est-il accessible au public ? La réglementation est-elle différente pour les deux modèles ?

        – Y a-t-il une jurisprudence concernant la légitime défense civile avec ces armes ?

        – Y a-t-il des munitions d’entraînement ?

        Etc.

        Par ailleurs, ça m’a l’air hors de prix… Mais si l’efficacité est avérée en auto-défense, et qu’en plus c’est légal, je ne comprends pas que tous les buralistes (par exemple) n’aient pas ça sous le comptoir.

  3. François B.

    26 novembre 2013 at 8:28

    A Robert Marchenoir : je pense que c’est réservé aux forces de l’ordre ……..(j’en fais partie et je rentre sur présentation carte pro donc jamais posé la question )mais il y a peut être des « options »……..Guillaume pourra sans doute nous éclairer.

    Cordialement

  4. François B.

    26 novembre 2013 at 8:30

    PS : pour les ASP Défenders on en trouve désormais à la Coutellerie Tourangelle ( je n’ai pas d’actions chez eux ……)à des prix très corrects (selon moi ) .

    Cordialement

  5. EvilEmile

    26 novembre 2013 at 9:27

    Très belle édition cette année. Un peu de rêve chez Herstal. Un peu déçu par le catalogue TR Equipements et aussi par certains exposants qui avaient plié les gaules dès le vendredi après-midi (genre HK).

    • Guillaume [admin]

      26 novembre 2013 at 22:32

      Je crois qu’il faut se mettre à la place des commerciaux sur les stands… ils se sont tapés plusieurs journées très chargées (sur le stand HK par exemple, ça chômait pas) loin de chez eux ; compréhensible que le vendredi ils aient envie de partir tôt pour être chez eux le soir 😉

      (je fais pas mal de salons, le dernier jour, c’est souvent ça => quand on y va qu’1 jour, éviter le dernier jour)

  6. FP

    26 novembre 2013 at 13:02

    Le salon finissant le vendredi à 17h, c’est un peu logique…

    @GUILLAUME
    « Et je trouve important qu’un contrôle minimal soit fait à la vente d’armes, même de défense (là ça reste light quand même). »
     »
    « Ne pas rendre les armes accessibles très simplement à n’importe qui, n’importe quand (pour éviter les achats impulsifs),  »
    Ces deux opinions me genent et posent a l’inverse d’autres questions :
    -ce contrôle social (car c’est bien ainsi qu’il faut l’appeler) est-il efficace ? Non, a l’evidence, au vu de ce qu’il se passe a marseille et en guadeloupe, a titre d’exemple.
    -ce fichage orwellien (donc flicage)est-il admissible au regard des libertés individuelles fondamentales ? Va-t-on demain, au nom d’une securité illusoire, inscrire sur un fichier tout acheteur d’un couteau ou de ce qui ressemblerait a une arme de près ou de loin ? Avec remise d’un guide pedagogique ? Obligation d’un suivi psychologique annuel afin de determiner la capacité a detenir une petite lacry ou une telesco ?
    -qui decide de qui est « n’importe qui » et du « n’importe quand », que l’achat est compulsif ? C’est la un curieux raisonnement qui me parait bien dangereux et me rappelle certaines democraties populaires de l’autre côté d’un certain rideau(je n’exagère pas, c’était très exactement cela).
    Précisons que l’auteur n’est pas en cause. plus globalement, je souhaite denoncer une vision orwellienne de la securité qui penetre l’esprit des mieux intentionnés et biaisent le discours en s’écartant des réels enjeux de la securité personnelle.
    Croire que plus de contrôle social permet de garantir plus de securité est un leurre. Cette reponse etatique a la violence ne vise qu’a renforcer le controle (deja tentaculaire et je ne souscris pas au terme « light » concernant le controle des armes, bien au contraire)de l’état sur la société, non à lutter contre la delinquance et son corollaire, la violence. Remarquons au passage que ce contrôle social ne touche que les citoyens qui n’ont rien a se reprocher. Sauf, et c’est a mon avis le raisonnement adopté, à considerer le detenteur d’une arme comme un meurtrier en puissance. On en revient à la société orwellienne.
    L’état veut bien accepté la vente (restreinte)d’armes aux citoyens, activité économique oblige, mais il refuse dans un même temps (on en revient a un debat precedent sur la legitime defense)a ces mêmes citoyens tout possibilité d’utilisation et l’astreint au contraire a un controle social permanent. Auquel le citoyen sans reproche est seul soumis, le voyou n’en ayant que faire.Il achète rarement son attirail dans l’armurerie du coin…Il la cambriole plutôt.
    Ce contrôle de la vente d’armes aux particuliers vise a ancrer dans l’esprit de la population qu’elle doit s’abstenir de TOUTE IDEE de preserver par elle-même sa securité. En clair, achetez des armes mais vous etes tenus de les stocker de manière a les rendre inutilisables en situation d’urgence. Demain va-t-on rendre obligatoire la mise dans un coffre a domicile de la bombe lacrymogène ?
    Un cadenas sur le tiroir des couteaux de cuisine ? Un bilan psychologique du pratiquant de sports de combat ou de self-defense ?
    Tout cela est a l’opposé du principe de la securité personnelle qui est l’exercice d’une liberté fondamentale : le droit de se protéger et de se defendre soi-même.

    • Guillaume [admin]

      26 novembre 2013 at 22:28

      Sur le droit de se protéger et se défendre soi-même, je pense que Protegor me positionne plutôt parmi ceux qui soutiennent ce droit.
      Ceci étant dit, se protéger ou se défendre soi-même, ce n’est pas non plus « faire la police » (et encore moins se venger bien sûr).

      Libéraliser les armes en France aujourd’hui serait une catastrophe, car notre société n’est pas la société américaine (enfin, certains états : Oregon, Nevada, Texas…), la culture de l’arme a été perdue. C’est à la fois triste car être humain & armes sont nés ensemble & indissociables le jour où la société tremble, et à la fois (éphémèrement) joyeux car cela montre que notre société a eu la chance de vivre des décennies loin des conflits et que les civils pouvaient avoir l’insouciance des armes. En tous cas, c’est comme ça.

      Il faut donc trouver une solution entre les 2 (ie qui ne soit ni de l’impossibilité de se défendre, ni de la libéralisation sans contrôle des armes), et ce sont les modalités de cette demi-mesure sur lesquelles le législateur patine & personne ne s’entend.

      Le fichage n’est pas une pratique qui me plaise. Mais remettons le contexte de ce post et du commentaire associé.
      L’objet ici n’est pas de définir ce que serait, pour nous (ceux qui donnent de l’importance à leur sécu perso), les modalités idéales (et réalistes p/r à la société actuelle) pour pouvoir se défendre et accéder aux outils qui le permettent. Le propos était juste de dire que les modalités d’accés du Flashball ne sont pas rédhibitoires. Amener un certif médical & un justif de domicile n’empêche pas la majorité des gens d’en acquérir un et de l’avoir chez soi pour se défendre. C’est un petit frein rapidement surmonté pour une personne un tant soit peu motivé pour équiper son chez soi. Et inversement, je pense que si les Flashball étaient dans les rayons à Carrefour, ils pourraient être rapidement détournés pour un usage qui n’est plus de la sécurité personnelle (mais de l’agression).

      Je maintiens donc ma position, et sans me sentir du tout Orwellien.

      • Boris

        27 novembre 2013 at 13:02

        Bonjour,

        Je souhaitais contribuer au débat par une très modeste expérience : j’ai déjà vu ledit flashball, mais aussi des poings électriques, dans les mains de personnes liées à la petite délinquance. Quelle que soit la position qu’on adopte, il est clair qu’en cas de trop forte libéralisation du marché des armes de défense en France, les personnes soucieuses de leur sécurité n’auront pas l’exclusivité sur ce genre de matériels… Pour revenir sur la légitime défense, elle sera appréciée au regard de ses circonstances (proportionnalité de la riposte etc.), mais le juge s’intéressera implicitement aussi à ses conséquences. De ce point de vue, il est certain que le flashball présente un intérêt certain par rapport aux armes à feu.

        Bonne journée.

      • Robert

        2 décembre 2013 at 20:13

        Bien d’accord sur l’usage du Flashball. Quand on voit que des professionnels entraînés font parfois des bavures (œil perdu, etc.) avec, on se dit que le simple citoyen mal entraîné risquerait de faire une grosse bêtise…
        Je ne suis pas pour rendre l’accès aux armes faciles et je suis pour une formation obligatoire et un contrôle stricte des personnes possédant des armes.

  7. FP

    26 novembre 2013 at 22:57

    Attention a ne pas me preter des propos que je n’ai pas tenu. Je n’ai pas revendiqué un quelconque droit a faire la police. Il s’agit d’ailleurs d’un argument/amalgame bateau des opposants a l’auto-defense pour la discréditer.
    Mon propos etait de dire que ce contrôle des armes n’en est pas un et n’est qu’un flicage de plus. Il faudra que l’on m’explique a quoi sert de fournir un certificat medical et de faire un justiicatif de domicile pour un flash-ball. Sinon a ficher.Les honnêtes citoyens. A les dissuader de se servir de l’outil qu’ils ont acheter. Où s’arrêtera-t-on ?
    ce qui n’implique pas que je souhaite que les Flashball soient dans les rayons de Carrefour. Il y a des armureries pour ça, comme il y a des sex-shop pour les sex toys !
    Cela dit, la multiplication des obstacles dressés par une société schizophrène (point que vous mettez bien en exergue) ne peut qu’inciter ceux qui veulent assurer leur defense, à s’equiper par des moyens detournés.
    Il ne me paraissait pas inintéressant d’elargir le debat, face aux enjeux futurs (proches…) des reponses qui seront apportées au développement d’une violence de plus en plus sans limite.

  8. Guillaume [admin]

    26 novembre 2013 at 23:16

    Je donnais juste mon point de vue, sans vous prêter ces mots sur « faire la police ».

    Le sujet est vaste, intéressant et sujet à de longs débats, donc pas idéal dans les commentaires du post Milipol 🙂
    (c’est mieux sur un forum ce genre de débat, l’ergonomie s’y prête mieux)

  9. FP

    27 novembre 2013 at 10:25

    surement !

  10. Nico

    27 novembre 2013 at 11:44

    Concernant le Flash Ball compact (le modèle grand public dont on parle ici), je tenais à intervenir en tant que possesseur depuis quelques mois.

    Suite à un cambriolage durant lequel j’ai surpris les mafrats, je me suis vite renseigné et j’ai découvert un peu par hasard que le FlashBall Compact était accessible sur simple présentation d’un certificat médical. Inutile de dire que c’était fait dans la semaine et j’ai donc depuis un FlashBall au pied du lit. J’ai eu beaucoup de chance de ne pas ma faire prendre à partie une fois, je ne prendrais plus ce risque à mon domicile.
    J’ai depuis repris une licence de tir et je me suis remis au tir mais c’est sans lien avec cette affaire et je n’envisage pas une seconde d’utiliser autre chose que le flashball pour me défendre à la maison. Pas question de risquer de passer ma vie en prison à la place des malfrats. Je pense que c’est le but de la démarche d’achat d’un FlashBall, celui qui veut faire son cowboy et n’exclue pas de blesser ou tuer sortira plutôt un arme létale.

    C’est bien là le problème autour du FlashBall, il est perçu comme une arme dangereuse et injustifiable au même titre qu’un quelconque fusil de chasse (Verney Caron ne fait rien pour lutter contre cela). Pourtant il me paraît clair que faire le choix d’un FlashBall, vu son prix, les démarches administratives etc… plutôt que de simplement se procurer un simple Cal. 12 du grand père, cela montre bien la volonté de respect de la loi d’une part mais aussi les précautions prises pour éviter un drame. Comme souvent c’est aux gens normaux et censés de réfléchir à la place des autres.

    Nouveauté à noter et déjà écrite sur le blog, bien que non létal, le nouveau classement de cette arme nécessite de la stocker en sécurité donc plus question de l’avoir à portée de main, hélas… Du coup une caisse avec un cadenas speed dial (style Master Lock One) et je suis prêt à agir en quelques secondes si le besoin s’en fait sentir tout en respectant la loi…

  11. FP

    27 novembre 2013 at 12:32

    « Je pense que c’est le but de la démarche d’achat d’un FlashBall, celui qui veut faire son cowboy et n’exclut pas de blesser ou tuer sortira plutôt un arme létale. »
    vous utilisez les arguments des adversaires de l’auto-defense. Le problème n’est pas d’être un cow-boy et ce n’est pas parce que vous sortez une arme letale que vous etes un cow-boy. Je ne suis pas un cow-boy mais je n’exclus pas de blesser ou tuer un agresseur.J’utiliserai une arme letale (pas forcement une arme a feu. Mon manche de pioche est une arme letale)si les circonstances le necessitent, c’est a dire si la vie de mes proches ou la mienne est en jeu. Ce sont les circonstances qui commandent et je refuse de me mettre des barrières mentales imposées par le socialement correct. M%a vie vaut beaucoup plus que cela.

    Acheter un flash-ball ne montre en rien une volonté de respecter la loi. Le texte sur la legitime defense (122-5 et122-6 du CP) ne s’interesse qu’aux circonstances de l’acte, pas au type d’arme utilisée. Votre raisonnement est biaisé, car on pourrait vous repondre que la meilleure manière de respecter la loi, c’est de ne pas avoir d’arme du tout…
    Question : mes mains, mon corps sont-ils letaux ? Si je pousse dans l’escalier l’individu qui est entré par ruse chez moi, et qu’il se brise la nuque, j’ai respecté la loi ? On peut aller loin dans ce genre de raisonnement.
    Concernant les obligations sur la detention a domicile du flash-ball, je vous met au defi d’etre en mesure de vous en servir dans ces conditions, surpris en pleine nuit par un cambrioleur :
    Les personnes physiques ou morales détentrices d’armes à feu, de leurs éléments de catégorie C et du 1° de la catégorie D doivent les conserver :
    1° Soit dans des coffres-forts ou des armoires fortes adaptés au type et au nombre de matériels détenus ;
    2° Soit par démontage d’une pièce essentielle de l’arme la rendant immédiatement inutilisable, laquelle est conservée à part ;
    3° Soit par tout autre dispositif empêchant l’enlèvement de l’arme.
    Les munitions doivent être conservées séparément dans des conditions interdisant l’accès libre.
    Il est donc interdit de l’avoir au pied du lit et votre caisse avec un cadenas speed dial n’est pas un lieu de stockage reconnu. Il faut un coffre-fort. La legislation vous met dans l’impossibilité technique d’utiliser votre arme.
    Sachant cependant que le non-respect de ces dispositions n’invalide pas la reconnaissance de la legitime defense en cas d’utilisation.

    • Nico

      27 novembre 2013 at 13:23

      @FP :

      Vous avez sans doute raison, j’ai mal formulé mes propos. Pour moi arme non létale = absence de volonté de blesser/tuer donc on n’est pas dans le même registre qu’une arme à feu ou une batte de baseball.

      Pour ma part je ne suis pas mentalement prêt à risquer de blesser grièvement voire ôter la vie d’un individu car c’est bien de cela qu’il s’agit. J’ai mon scénario de « home jacking » défini avec ma famille. Une pièce de repli pour tous avec un accès facilement supervisables et pas d’utilisation d’arme sauf intrusion dans un périmètre prédéfini. Donc pas de discussion possible sur l’aspect de légitime défense.
      Pour la « surprise » pendant le sommeil demandant une réaction instantanée j’ai mon bâton ASP et mes lampes tactiques à portée de main…

      Pour ce qui est de la réglementation, ma « caisse » étant elle même fixée au mur, cela répond parfaitement à la condition 3 qui est l’empêchement d’enlèvement de l’arme. Mais avouons que s’agissant d’une arme purement destinée à la défense ces obligations de stockage sont bien le moindre des soucis des possesseurs… Dans mon cas, cela m’embêterai de donner une raison à la confiscation des mes armes de tir donc je fais au mieux pour respecter les nouvelles règles, y compris avec le flashball.

      • FP

        27 novembre 2013 at 13:41

        je comprends votre raisonnement.
        Sur le coffre-fort, pas d’accord avec vous. La règlementation prevoit bien un vrai coffre-fort, dont vous devez fournir la facture aux services prefectoraux.

        • Nico

          27 novembre 2013 at 14:00

          Je pense que vous vous trompez, le coffre fort n’est pas obligatoire pour les armes classées en C mais seulement pour les armes ou éléments d’armes classés en B. Il n’est qu’un moyen de conservation acceptable parmis d’autres pour les « C ».

          Je me place (enfin en tous cas je pense) dans les conditions de conservation citées en cas 3 : « Soit par tout autre dispositif empêchant l’enlèvement de l’arme. »
          En somme vous enchaînez votre arme à un point fixe vous êtes conforme.

          Mais qu’importe encore un fois, là n’est pas l’essentiel de la question…

          • FP

            27 novembre 2013 at 14:48

            non relisez bien. Je vous ai donné l’extrait du decret du 30/07/2013.
            en categorie C, c »est soit ou soit. Mais si vous prenez l’option du coffre-fort, ce doit etre un vrai coffre-fort.
            Et relisez bien l’obligation pour les munitions : Les munitions doivent être conservées séparément dans des conditions interdisant l’accès libre.
            Vous etes donc bien dans l’impossibilité d’une utilisation en situation d’urgence.

          • Robert Marchenoir

            27 novembre 2013 at 21:00

            Merci, intéressant échange.

            Donc, il semble bien que même un jouet d’auto-défense aussi bénin que le flash-ball de Verney-Carron, avec ses balles suffisamment grosses pour ne pas pénétrer le globe oculaire en cas d’erreur de visée, soit désormais hors-jeu pour l’auto-défense, même à domicile.

            On cherche vraiment à nous livrer pieds et poings liés aux malfaiteurs.

  12. Luc Astier

    27 novembre 2013 at 13:23

    J’ajoute une remarque :

    si à ma connaissance il suffit d’un certif médical et d’un justif de domicile pour acquérir un flash ball ou un gom-cogn quelconque, la revente entre particuliers n’est soumis à rien de concret (dans les faits, les particuliers ne demanderont pas entre eux de certif médical et de justif d’identité, et aucun contrôle n’est possible de toute façon)

    Donc, le fichage de ce type d’armes non-létales est une blague.

    Enfin, ouvrez les yeux et regardez ce qui se vend sur marche.fr ou naturabuy !
    On est à des années lumières d’armes non-létales puisque les fusils de chasse à 1 coup par canon lisse n’étaient pas fichés avant le 1er décembre 2011, et la loi n’est pas rétroactive.

    Il va sans dire que dans les échanges entre particuliers, les 2 parties se gardent bien de procéder à tout enregistrement, et l’administration n’y peut rien, puisqu’il est impossible de prouver qu’une personne a eu la propriété de l’arme en question avant ou après le 1er décembre 2011
    Vous me rétorquerez que les munitions sont quoiqu’il en soit soumis à possession d’une licence de tir ou permis de chasse en cours de validité (ou de la saison passée pour ce dernier). Et je vous répondrai que si les armes s’échangent si facilement, les munitions aussi.

    Bref, je souscris parfaitement à l’analyse de FP : la (sur)réglementation est le cache-sexe, pour ne pas dire le cache-misère d’un Etat qui n’arrive pas à juguler les trafics et la violence/insécurité.

    On complexifie à souhait (cf. la nouvelle Loi sur les armes) la vie des gens honnêtes au nom d’une lutte contre la délinquance et les trafics, en oubliant systématiquement que les hors-la-loi n’en ont strictement rien à faire (par définition) de la Loi…

    Créant par là-même un déséquilibre entre citoyen honnête qui n’a plus (depuis la nouvelle Loi) aucun moyen de défense Vs le criminel-parasite qui peut utiliser ce que bon lui semble pour arriver à ses fins.

    Pour l’argument de la « culture US Vs. la culture européenne » sur les armes à feu, je m’inscris également en faux et renvoie vers le cas Suisse : un fusil d’assaut fourni par l’Etat à chaque foyer.

    De même, je rappelle que la France est la 1ère nation européenne par le nombre de chasseurs (+ de 2 millions) et que les estimations d’armes légalement détenues (le mot estimation implique bien que le fichage ne fonctionne pas, et pour cause) s’élève à 12 millions.
    Comme le Ministère de l’Intérieur estime qu’il y a 3 armes illégales pour 1 arme légale, on arrive à la bagatelle de 48 millions d’armes circulant en France.

    Soit plus d’une arme par adulte…

    • Nico

      27 novembre 2013 at 14:15

      « si à ma connaissance il suffit d’un certif médical et d’un justif de domicile pour acquérir un flash ball ou un gom-cogn quelconque, la revente entre particuliers n’est soumis à rien de concret (dans les faits, les particuliers ne demanderont pas entre eux de certif médical et de justif d’identité, et aucun contrôle n’est possible de toute façon) »

      Pas si spur, le vendeur doit en effet conserver les justificatifs produits par l’acheteur pendant 5 ans si je ne m’abuse. Donc un contrôle est toujours possible vu que l’arme était bien enregistrée au nom de quelqu’un au départ il serait facile de suivre son cheminement et les responsabilités seraient clairement établies.

      Pour les fusils antérieurs à 2011, là vous avez complètement raison car aucun enregistrement n’existe donc tout est possible car rien n’est traçable. Maintenant personne ne peux être mis en possession de ces armes légalement sans déclaration donc en cas d’usage, tout en légitime défense soit-il, le jugement de détention illégale d’arme tombera s’ajoutant au supplice. Le jeu en vaut-il la chandelle ?

      Je ne dis pas qu’il faut tout réglementer à outrance jusqu’à rendre la détention impossible à chacun mais un minimum de contrôle me semble adéquat, Le vrai problème n’étant de toutes façons pas les armes détenues légalement par des individus responsables mais bien entendu les armes illégales qui circulent. On chasse, je vous rejoins, le mauvais lapin…

    • Robert Marchenoir

      28 novembre 2013 at 0:24

      Le très grand nombre des fusils de chasse légalement détenus en France est bien la preuve que ce ne sont pas les armes qui tuent, mais les meurtriers.

      Si les arguments des opposants aux armes étaient justes, on devrait assister à une série ininterrompue de meurtres commis par des chasseurs.

      Or, ce n’est pas le cas. La disponibilité d’armes meurtrières et de munitions en abondance ne les transforme pas en zombies sanguinaires, pas plus que la vente libres des tronçonneuses en grande surface ne provoque une flambée de meurtres à la tronçonneuse.

  13. bruno

    27 novembre 2013 at 16:47

    « culture US vs culture Française » 4 fois plus de crime au US pour 1000 habitants que la France…
    Au niveau international, la France est relativement bien situé malgré trois points noirs : la corse, la région marseille et seine saint denis.
    Et hélas, les femmes en France sont généralement blessées ou tués par leurs maris ou compagnons très peu par un voleur ou cambrioleur.

  14. FP

    27 novembre 2013 at 17:46

    c’est faux. Cela vient d’une confusion constante dans l’esprit des gens, entre taux d’homicides et taux de criminalité.
    Si le taux d’homicides est (encore ? ) plus elevée qu’en france, le taux de criminalité est inferieur.

  15. Robert

    2 décembre 2013 at 20:14

    Une objection à l’ASP Defenders.
    Vu sa forme, je risque de le confondre avec ma vapoteuse! J’ose pas imaginer ce que donne une bouffée de CS! 😀

  16. claude brunet

    30 décembre 2013 at 18:25

    Dommage vous êtes pas passés nous voir à MILIPOL sur notre stand DIMATEX SECURITE, il y a des choses intéressantes pour votre blog que vous pourriez faire partager à des gens que nous n’avons pas le loisir de côtoyer.
    Merci pour votre Blog très intéressant.
    Respectueusement.

COMMENTAIRES BLOG

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *