EDC, êtes-vous Samurai ou Ninja ?

15 commentaires

Les récits sur les Samurai & les Ninja mettent parfois en lumière une différence devenue cliché entre ces deux classes de guerriers japonais.

Les Samurai portaient un intérêt particulier & un grand respect à leurs équipements, avec notamment un ensemble de sabres d’excellente facture, souvent uniques, réalisés par un maître artisan qui se souciait de la qualité des métaux employés, et cherchait une coupe parfaite.

Les Ninja quant à eux, ne voyaient les équipements qu’ils utilisaient que comme des objets fiables & pratiques qu’ils pouvaient maltraiter & laisser sur place lors de leurs missions.

C’est dans cet esprit que je m’amuse à faire un parallèle avec les EDC (« every-day-carry »), pour finalement distinguer :
– Les EDC « Samurai », sélectionnés pour leur qualité irréprochable & fonctionnalité maximale, sans soucis de leur coût, parfois artisanaux-custom, souvent haut-de-gamme, dans l’esprit de « si je dois garder un objet sur moi tous les jours avec moi, autant être exigent et que ce soit le top ! »
– Les EDC « Ninja », sélectionnés pour leur rapport qualité/prix optimal, avec le soucis de la bonne affaire, souvent de fabrication industrielle, dans l’esprit « aucun attachement à l’objet, je veux pouvoir le changer aisément si cassé et ne pas craindre de le perdre… »

Vous, vous êtes SAMURAI ou NINJA dans vos choix d’équipements ?
=> résultat de l’enquête, sur 100 réponses de lecteurs :
65% NINJA, 35% SAMURAI


edc-samurai-ou-ninja

15 Comments

  1. Un citoyen

    14 octobre 2010 at 15:03

    Plutôt ninja. Mais plus par refus du snobisme et de l’overkill que par détachement vis à vis de l’équipement. C’est donc Rhodia plus que Moleskine, G-Shock plus que Rolex, Fenix plus que Surefire, et Ka-bar plus que Chris Reeves 🙂

  2. Galaad G.

    14 octobre 2010 at 20:49

    J’ai répondu au sondage. Et après réflexion, je ne comprends pas pourquoi catégoriser radicalement les deux. Tout dépends du contexte et des menaces que nous pensons voir se réaliser. (même je prêche des convertis depuis longtemps)

    Pour ma part j’ai une doctrine, ce que je peux perdre: Ninja
    Ce que si je le perd veut dire que je suis déjà foutu: Samouraï

    Pour m’illustrer:
    Mes chaussures Lowa Renegade GTX II, si je me retrouve pied nu c’est soit que je ne suis pas dans un environnement propices à une menace ou dans un environnement ou mes chaussures sont inadéquates. En gros soit dans une maison de quelqu’un que je connais bien ou à la piscine. Si j’ai pas mes chaussures dans la rue c’est qu’on m’a déjà dépouillé. Donc « Samouraï ».

    Mes crayons, je les perd, oublie, prête, mâchouille tout le temps, alors j’ai que des crayons gris, des bic aussi bon marché que possible. Certes j’ai un ou deux posca sur moi mais c’est pour un autre usage. Et je ne pourrai pas avoir un stylo de valeur sur moi, ça me stresserai beaucoup trop d’envisager de le perdre. Donc « Ninja »

    Bref comme je le disais ce que je ne peux pas perdre « Samouraï » et ce que je peux perdre « Ninja » comme ça je suis toujours zen et emplis de sérénité qui sont surement aussi une forme de sécurité, intérieure. D’autant plus que serein on analyse mieux l’environnement.

    PS: Le fait de parler de lame et de guerrier/assassin Nippon me font penser à l’équivalent de l’opinel mais japonais les Higonokami et les Higonaifu. Toujours fabriqués semi-artisanalement et ce pour un prix très abordable (moins de 40$ importé du japon pour l’entrée de gamme). Un tranchant redoutable, aucun mécanisme pour bloquer la lame donc peut être assimiler à un opinel/ couteau utilitaire. Mais ce qui les rends si particulier c’est surtout leur style de katana de poche, avec des Kanjis et motifs japonnais tout à fait magnifiques. Les choix de couleurs, finition du manche, du dos de la lame et la production semi artisanale font que chaque produit est unique.

  3. Christophe

    14 octobre 2010 at 21:28

    Un site pour les higonokami ?

  4. zzz

    14 octobre 2010 at 23:55

    dans le edc ninja ya pas de montre??

    je recherche aussi un equivalent a moleskine ( couverture rigide papier blanc et elastique) pour mon edc , mais avec un prix correct

    d un point de vue survivalisme , il vaut mieux choisir le style ninja : matos de qualité , pour le prix du kit samourai on achete 4 kit ninja qu on peut disperser un peu partout
    definitivement c est une strategie plus safe

  5. ghost

    15 octobre 2010 at 10:08

    pour ma part je serais plus pour un kit « ninja » surtout dans les grande villes. Le matos doit etre fiable mais a la fois je ne veux pas avoir peur de le perdre ou de devoir m’en séparer.

    -couteau: victorinox sentinel ouverture one hand lame serrated qui coupe tres tres bien!!! et est toujours tres bien passé en cas de controle ou fouille

    -stylo: fred perrin ou tout autre stylo en metal dont la prise en main me convient . le cold steal me semble trop gros !

    -lampe: une petite lampe porte clef en forme de stick qui eclaire vraiment bien,marque inconnue acheté 15 euros il y a deux ans et toujours opé.

  6. JC

    15 octobre 2010 at 11:12

    Il manque les prix de la version samurai ?

  7. admin

    15 octobre 2010 at 11:26

    Ben oui, puisque la motivation côté « Samurai », c’est la qualité & que le prix ne rentre pas fortement en ligne de compte.

    Il y a le prix côté « Ninja », car la motivation est le rapport « qualité/prix ».

  8. Hawk

    16 octobre 2010 at 14:14

    C’est difficile de mettre sur un pied d’égalité Ninjas et Samurai, surtout lorsque l’on se penche sur une connaissance véritable et moins wikipédiesque.
    Pour ma part j’ai lu le Hakagure (Livre des Samurais) et le Shoniki (Rouleaux ninjas), et les deux sont très différents.

    Pour ma part, je suis « samurai », pour ce qui touche à l’edc tranchant, où j’ai aussi un bali en modèle très économique mais huilé, nettoyé et aiguisé grâce à une pierre naturelle à 3 euros trouvée chez Nature & Découverte (qu’ils ne font malheureusement plus) avec un angle fin, car je trouve qu’on se blesse moins avec un couteau aiguisé, qu’un qui ne coupe pas et oblige à forcer (car on à toujours un truc en plastique, en papier, carton ou autre à découper, quand on à pas de ciseaux pour l’occasion et qu’on à pas le temps d’en chercher).

    Dessinateur, je taille mes crayons pour le dessin d’extérieur avec, et je le préfère largement aux opinels.

    Ninja après pour le reste, car le guerrier silencieux n’investissait pas beaucoup sur la qualité de matos mais en emportait toujours des montagnes avec lui. C’est pratique d’avoir toujours des lampes à piles LR3 sous la main, de simples stylos en métal sous la main (Critérium Stabilo 2mm) Des cr

  9. admin

    16 octobre 2010 at 15:08

    « C’est difficile de mettre sur un pied d’égalité Ninjas et Samurai, surtout lorsque l’on se penche sur une connaissance véritable et moins wikipédiesque. » => d’où le terme « cliché » employé.

    L’idée est ici juste d’imager un peu 2 tendances, pas d’évoquer le détail des différences entre Samurai & Ninja, ce qui serait éditorialement assez déplacé p/r aux sujets traités dans ce blog.

  10. Manu

    17 octobre 2010 at 14:10

    Bien que les choix d’E.D.C soit rarement aussi tranchés, l’idée de les classifier en les comparants aux guerriers Japonais est assez interressante.
    Cependant tu oublis une catégorie importante: Les Ronins. Ces guerriers sans attaches, souvent sans fortune, devenant des bandits de grand chemin ou vendant leurs services aux plus offrants pour pouvoir survivre(Cf:le film « les 12 samouraïs » de Kurozawa).
    L’E.D.C du Ronin serait alors composé de bric et de broc, récupérés de ci et de là et ne valant que trés peu d’argent ou encore mieux de fabrication maison ce qui me semble être plus en phase avec l’esprit survival

  11. admin

    17 octobre 2010 at 14:32

    Intéressant Manu 🙂

    D’accord avec toi, le choix n’est pas si tranché, ce sont des macro-tendances. J’hésite moi-même souvent beaucoup entre les 2. Mais il m’intéressait d’opposer « je l’ai toujours avec moi donc je veux de la qualité » versus « je veux pouvoir le perdre sans soucis », car c’est une sorte de dilemne.

    Donc si Samurai = Qualité, Ninja = Qualité/Prix, que serait Ronin ?
    Prix seulement ? Peu importe la qualité, le Ronin cherche l’efficace dans le gratuit (récup/bricole) ou le très économique (objet de grande distribution détourné/adapté) ?

    J’aime bien ton idée =)

    (PS encore pour les puristes de l’histoire japonaise : ce ne sont que de gros clichés, on en est tous conscients, mais imager permet de conceptualiser/simplifier :-D)

  12. Manu

    17 octobre 2010 at 15:31

    super definition de l’E.D.C Ronin = l’éfficacité par le biais d’items récupérés (ou de trés faible valeur économique) bricolés et réadaptés

  13. chris

    24 décembre 2011 at 22:52

    Bsr,

    Je me range du coté de l’économe…car mon portefeuille n’est pas extensible….

    @+

  14. romain

    30 mai 2012 at 21:27

    c’est quand même difficile de trancher…
    dans les exemples on a ou une rolex ou pas de montre du tout…

    moi je suis un mélange des deux

  15. Pingback: Tactical Pineapples, le site des EDC « by Loïc » – PROTEGOR® sécurité personnelle, self défense & survie urbaine

Laisser un commentaire